septembre 30, 2013

MAINTENANT JE COMPRENDS, MAMAN

J'ÉCRIS
.
Lorsque j’attends patiemment qu’ils aient fini de manger, alors qu’il me reste tant à faire. lorsque je monte pour la troisième fois leur faire le millième câlin et les border encore et encore. 
Lorsque nous rions. 
Quand je pleure de rage parce que j’ai l’impression de ne pas savoir quoi faire pour qu’ils aillent mieux, quand je m’impatiente.
Quand j’ai besoin d’être seule.
Lorsque je les trouve si beaux que je me demande comment c’est possible. Lorsqu’ils mettent leur mains sur ma joue. Lorsqu’ils me caressent distraitement le bras.
Lorsque je les portent endormis, leurs têtes lourdes sur mon épaule.
Quand ils sont nés, qu’ils sont sortis de moi pour vivre un grand coup. Lorsque je les ai vus pour la première fois, hirsutes et rêveurs. Quand mon coeur n’a jamais été aussi gros.
Lorsque je m’apprête à leur dire non, lorsqu’il me manque du courage, lorsque j’ai tant sommeil…

Je pense à toi maman. 
Moi aussi j’ai été si petite, moi aussi je t’ai fait exploser le coeur et fait râler un peu.
Je sais les longues heures que tu as passées à m’attendre, je reconnais tes angoisses.  Je comprends maintenant lorsque tu disais « Apprendre c’est un état d’esprit », « Fais en sorte que tes cheveux soient toujours brillants », « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres », « Mets de l’ordre dans ta chambre ma chérie, tu en mettras dans tes idées ». Elles me hérissaient les poils toutes ces phrases. Mais maintenant…
Oui.
Maintenant je comprends tout. 
Tes inquiétudes, tes éclats de rire, tes yeux qui  brillaient, tes angoisses, tes ras le bol. Je comprends maintenant maman.

Et bien souvent lorsqu’il me manque un peu de force ou quelques heures dans mon lit, je repense à toi.
À toi qui comme moi aujourd’hui, range inlassablement, console, gronde, cajole, câline, embrasse et aime.
Je pense à toi, maman, ma petite mère.J’aurais dû dire merci, j’aurais pu dire pardon. Je ne savais pas que le temps que tu me donnais était précieux ou compté.
J’aurais dû t’aider à faire le ménage, j’aurais dû ranger. Te regarder droit dans les yeux et te demander: et toi ça va maman?

As tu regardé ta montre lorsque je tardais un peu? As tu eu peur lorsque je suis devenue jeune fille? Comment as tu fais lorsque je suis partie si loin?

 
Je m’attends à tout ça aujourd’hui. Et je prends la mesure de ta vie de mère en vivant la mienne.
Je t’embrasse là. Mon endroit préféré.
Et je vous embrasse aussi, avec de doux baisers qui claquent  un peu quand même.

***cette photo qui date un peu est l’une de mes photos de moi-maman préférée.***
Article précédent Article suivant

Lire encore...

30 commentaires

  1. Répondre l'atelier de riviole septembre 30, 2013 à 6:26

    c’est tellement vrai, ma mère me disait : un jour tu comprendras…

  2. Répondre Charlie Les Yeux Bleus septembre 30, 2013 à 6:46

    Un jour je comprendrai alors 🙂
    Très joli texte comme d’habitude <3

  3. Répondre Pauline k septembre 30, 2013 à 7:09

    C’est tellement juste… Le nombre de fois que je me le dis comme toi… Ma mère aussi me disait « tu comprendras quand tu auras des enfants » phrase qui n’avait, par ailleurs, aucun impact.
    Très beau texte ♥

  4. Répondre Arc En Ciel septembre 30, 2013 à 7:14

    je suis ta mère (à lire avec la voix de Dark Vador)

  5. Répondre delph septembre 30, 2013 à 7:31

    les larmes sont refoulées, là au bord des cils. c’est tellement beau, tellement juste, et tellement tout ce que je ne pourrais jamais dire à ma mère, par pudeur, parce qu’on ne se dit pas ces choses là, par chez nous.
    merci de l’avoir écrit…

  6. Répondre madamezazaofmars septembre 30, 2013 à 7:32

    Me voilà avec les larmes aux yeux…
    Demain en voyant ma maman, je repenserais a ton texte c’est sûr

  7. Répondre Koxie septembre 30, 2013 à 7:39

    Tellement juste et tellement beau ! Merci pour cette petite douceur du soir qui me donne envie d’aller border ma fille et d’embrasser ma mère. ♥

  8. Répondre Mel Herve septembre 30, 2013 à 7:52

    J’ai pleuré. C’est exactment ce que j’ai dit récemment a une amie, que je comprenais les décisions de mes parents. La lumière fut! le déclic! Je me dis parfois que je n’ai pas été assez ouverte, pas assez mature pour comprendre ça … Et comme Delph, par pudeur ce n’est pas le genre de chose que l’on se dit.

  9. Répondre Lace factory septembre 30, 2013 à 7:53

    Tellement vrai… Je crois que l’on ne pouvait pas comprendre avant de le vivre

  10. Répondre sans chichis septembre 30, 2013 à 8:12

    camille,

    qu’un editeur te propose un projet littéraire sur le champ!

    tes mots sont juste somptueux, criants de verite, magiques…tas le chic pour bouleverser mon cœur et ma tete de femme et maman.

    ton blog devrait etre prescrit en intra-veineuse,

    je l’appelle  » le blog vital »

    laurence

  11. Répondre vanessa septembre 30, 2013 à 8:43

    Comme je suis d’accord avec le commentaire de Sans Chichis juste au dessus 🙂 comme tu écris bien et tes mots sonnent et tombent si justes …que d’émotions à te lire à chaque fois Camille !

  12. Répondre Miss Zen septembre 30, 2013 à 8:44

    Quel merveilleux billet, que d’émotions pures. Tu m’as prise à la gorge. Je crois que je n’ai jamais rien lu d’aussi beau sur l’amour maternel

  13. Répondre Miss Thelma septembre 30, 2013 à 9:58

    tes mots sont toujours aussi bien choisis, aussi touchants…

    et toujours si « vrais » dans ce qu’on peut ressentir…

  14. Répondre celine septembre 30, 2013 à 10:52

    Tu as tout dit. Tu as encore une fois su mettre les bons mots sur des sentiments compliqués.
    Je t’embrasse <3

  15. Répondre the blue school octobre 1, 2013 à 7:46

    T’as bien raison d’aimer cette photo!

  16. Répondre Eve octobre 1, 2013 à 9:08

    j’ai versé ma larme en pensant à la mienne..vraiment

  17. Répondre Sophiefromthetrain octobre 1, 2013 à 9:34

  18. Répondre marjoetcie octobre 1, 2013 à 9:34

    une fois de plus c’est juste et joliment dit.
    dans mon cas, en revanche, sur certains sujets ce serait plus « je te comprends encore moins » mais bon… on fait avec.

  19. Répondre Asaline octobre 1, 2013 à 10:38

    Très beau texte comme toujours… Les larmes aux yeux…

  20. Répondre sweetmillie octobre 1, 2013 à 11:07

    c’est très joliment dit et très vrai. ce texte résonne beaucoup en moi.

  21. Répondre Sophie octobre 1, 2013 à 12:45

    Camille, c’est encore une fois tellement beau, tellement juste ce que tu écris .Tu sais, tu devrais être remboursée par la sécu . je t’embrasse fort

  22. Répondre Mentalo octobre 1, 2013 à 12:58

    J’aurais sans doute voulu comprendre, avoir la chance de pouvoir comprendre, mais il n’y hélas rien à comprendre à un bloc de glace. Aujourd’hui que tout ce que tu décris me submerge, je cherche à comprendre plutôt pourquoi elle n’était pas submergée. Alors j’écris ma propre histoire comme on fait ses premiers pas, et c’est bien aussi, je crois.

  23. Répondre Anonymous octobre 1, 2013 à 8:33

    Camille, encore une fois tu m’émeus… je comprends très bien ce que tu ressens, j’ai la chance de pouvoir remercier ma mère et lui tirer mon chapeau : je ne m’en prive pas ! La maman d’un autre petit sacha !

  24. Répondre LN octobre 1, 2013 à 8:49

    Ça t’amuse de faire pleurer ta maman ?!!!! C’est pas très sympa.

    Mince alors qu’est ce que c’est agréable de te lire.
    J’aurais envie de te copier coller quand je parle parfois mais le pomme V ne s’applique pas encore à la parole. Et c’est tant mieux.

  25. Répondre Le Chat octobre 1, 2013 à 9:09

    arf tes mots…
    du talent je trouve. et de l’amour partout.

  26. Répondre mylittledelightsdotcom octobre 2, 2013 à 4:52

    il est beau, ce texte. Oui, moi aussi, je la comprends mieux, ma maman, maintenant…Belle soirée!

  27. Répondre lesideesded octobre 2, 2013 à 9:02

    maintenant, je la comprends aussi et le piiiiiire c’est quand je prononce ses phrases à elle, avec la même intonation… flashback !

  28. Répondre Camille octobre 9, 2013 à 8:15

    coucou maman je t’écris sur ce blog magnifique que j’adore

Laisser un commentaire