avril 24, 2014

LA NAPPE INACHEVÉE

J'ÉCRIS
.

nappe inachevée5 nappe inachevée1 nappe inachevée4 nappe inachevée6 nappe inachevée3Lorsque j’étais enfant, j’allais chaque été passer des vacances à La Rochelle chez ma grand mère paternelle. j’y retrouvais mes cousins et mes cousines, ma grand mère s’occupait seule de nous. À l’heure de la sieste des plus petits, je tournais souvent en rond. Ma grand mère a très vite compris qu’elle pouvait faire une croix sur l’idée que je dorme.

« Demain nous irons à la mercerie, je vais te mettre quelque chose dans les mains pour que tu arrêtes de gesticuler comme une anguille »

Je crois qu’à l’époque elle n’imaginait pas le cadeau qu’elle allait me faire.

Je devais avoir un dizaine d’années. La virée chez la mercière le lendemain a été une fête. Les fils, les toiles Aïda, les lins, les aiguilles. J’ai choisi un modèle avec des fruits, une grosse toile bien ajourée pour que ce soit simple. Mamina m’a montré comment faire les croix, « Croise toujours dans le même sens Millette, prends de longues aiguillées de fils, les fils courts c’est pour les paresseuses. Et surtout ne fais pas de noeuds derrière ton ouvrage » .

Je ne me suis plus arrêtée, cet été là il a fallu retourner voir la mercière pour me ravitailler. Ma grand mère devait me faire les gros yeux pour que j’arrête de broder en cachette à la lumière de ma lampe de chevet.

J’attendais chaque vacance pour entamer une nouvelle broderie, bien souvent je la finissais dans le train qui me ramenait vers ma mère.

J’ai su broder bien avant de savoir tricoter ou encore crocheter. D’années en années mes petits projets devenaient de plus en plus conséquents. J’ai découvert de nouveaux points, de nouvelles matières. Juste après mon mariage je me suis offert un kit pour broder une nappe. Avec le recul je la trouve furieusement kitch cette nappe avec tous ces fruits. Le papa de Sacha me regardait d’un air un peu moqueur en me disant « Tu auras quarante ans quand tu finiras cette nappe » .

J’en avais vingt quatre à l’époque, j’en ai trente six maintenant. Douze ans pour en broder la moitié.

En rangeant ce matin je l’ai retrouvée intacte, avec tous ses fils et ses diagrammes. J’ai eu envie de la finir, même si aujourd’hui je pense que je n’aurais jamais choisi un tel modèle, même si elle parait démodée ou désuète.

Il me reste quatre ans pour la terminer.

Deux longues aiguillées de fil de coton pour deux fils de lin. Les croix toutes dans le même sens. Et surtout, surtout, pas de noeud derrière.

Promis.

 

Article précédent Article suivant

Lire encore...

44 commentaires

  1. Répondre Eve avril 24, 2014 à 6:30

    génial cette histoire… en tout cas elle est plus avancé que mon tapis 😀

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:32

      tu sais que j’y pense au tapis de ta mère!!! purée t’es sure qu’il est introuvable?

  2. Répondre louison avril 24, 2014 à 6:50

    Rhooo! Mais c’est trop bien!!!!

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:32

      🙂

  3. Répondre Charlie les Yeux Bleus avril 24, 2014 à 7:06

    J’adore quand tu nous racontes tes histoires <3

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:32

      j’aime bien raconter, je suis contente que ça te plaise!

  4. Répondre bliss cocotte avril 24, 2014 à 8:11

    C’est un vrai trésor cette nappe! Effectivement, tu vas devoir t’y remettre…
    J’aime ce genre d’histoire!

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:33

      ça y je m’y remets! mais purée je n’ai pas d’aussi bon yeux qu’il y a douze ans!!!

  5. Répondre virginie avril 24, 2014 à 8:57

    Très très belle histoire 🙂

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:34

      merci Virginie!

  6. Répondre Dol avril 24, 2014 à 9:29

    C’est une belle histoire ! Ça me touche parce que ma grand-mère m’a appris aussi, le point de croix, la couture, le tricot… C’est le plus bel héritage que l’on puisse recevoir je trouve… le goût des fils, de la laine, du tissu… une technique, une habitude oubliée mais dont nos mains et notre cœur de souviennent des années plus tard. Tient, ça me donne envie de retrouver ce canevas kitschissime de Blanche-Neige que j’ai eu tant de fierté à réaliser enfant. Merci de partager cela !

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:35

      Oui c’est, on oublie pas! ahhh! les canevas! ça c’était quelque chose:-) j’en ai fait des terribles quand j’étais gosse!

  7. Répondre Cilou avril 24, 2014 à 9:38

    C’est très émouvant !

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:35

      bisous bisous:-)

  8. Répondre mmembis avril 24, 2014 à 10:08

    Je suis particulièrement fan de tes articles mais celui-ci sort vraiment du lot. Il est très beau, très bien construit.
    Je dois avoir une âme démodée parce que je la trouve très jolie au contraire.

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:36

      mille mercis! Moi aussi en vrai je crois que je l’aime!

  9. Répondre marjoetcie avril 24, 2014 à 10:33

    Avec de belles histoires comme ça, je ne m’étonne pas que tu donnes envie à tout le monde de découvrir les joies des aiguilles.
    Bon, faudrait que tu me donnes un cours particulier au crochet, je ne sais pas comment je me débrouille mais je rajoute une maille à chaque rang…

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:37

      tu dois peut être crocheter deux mailles dans la même maille sans t’en rendre compte. ou bien crocheter une maille dans la maille en l’air que tu fais pour tourner. n’hésites pas à m’envoyer une photo par mail, pour que je me rende compte! bisous bisous!

      • Répondre marjoetcie avril 28, 2014 à 3:45

        ah oui je vais peut-être faire ça alors!
        je penche plutôt pour la 2eme hypothèse…. la fille pas douée de ses 10 doigts, c’est moi….

  10. Répondre sanchone avril 24, 2014 à 11:06

    Magnifique histoire pour une nappe, pas si démodée que ça, avec un motif quasi universel et un lin qui revient à la mode…
    J’ai le souvenir d’un canevas commencé après le décès de mon père, je ne pouvais ni bouger ni parler, mais je brodais… En revanche, je ne vois plus l’intérêt de le finir, mais il est toujours chez moi, planqué dans un tiroir de ma commode…
    Bon, sinon, bientôt, je bouture ! promis !

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:39

      faire quelques chose avec mes mains m’a beaucoup aidé moi aussi, surtout dans les moments difficiles. Je t’embrasse.

  11. Répondre Lady Crafty avril 25, 2014 à 3:20

    Belle histoire, très bien racontée. C’est toujours émouvant ces objets qui ont une histoire!

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:39

      merci:-)

  12. Répondre Anne avril 25, 2014 à 8:36

    Mais elle est superbe cette nappe, et parfaitement désuette justement, allez au boulot, et puis tu vas défier le papa de Sacha, elle sera finie bien avant tes 40 ans cette nappe!
    Ta grand-mère t’a transmis une passon formidable <3

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:39

      Oui, c’est grace à elle tout ça. Elle n’est plus là maintenant, mais elle m’a laissé ça:-)

  13. Répondre miss thelma avril 25, 2014 à 10:12

    ça va redonner de la motivation a toutes celles qui ont plein d’encours :o))
    en tous cas très jolie histoire! et meme si si elle n’est plus completement a ton gout, ce qu’elle represente compense tout ça!

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:40

      allez zou! toutes aux encours!!!

  14. Répondre Toute Petite avril 25, 2014 à 11:27

    Oh la la quelle patience! j’ai un torchon encore moins avancé que ça…

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:40

      ahah! je ne sais pas si douze années de plus vont suffire!

  15. Répondre Plexiglace avril 25, 2014 à 11:57

    Mais non elle est pas démodée, il y a un ananas dessus !
    J’adorais ça le point de croix, enfant. C’est une activité relaxante.

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:43

      ahaha! tout à fait! l’ananas me sauve la mise!!!

  16. Répondre sweetmillie avril 25, 2014 à 12:59

    Très jolie histoire! Je te souhaite bon courage! Ou bien tu branches Violette sur la broderie dès qu’elle veut zapper la sieste! 🙂

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:41

      j’aimerai bien qu’elle s’y mette un jour! ça ça me ferait très plaisir!

  17. Répondre Marjoliemaman avril 25, 2014 à 8:53

    Je les aime tant ces histoires. Dis, si un jour on se rencontre, tu m’apprendras quelques points ?

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:41

      alors là avec plaisir!!!!

  18. Répondre Manuella avril 25, 2014 à 9:31

    J’ai appris le tricot un peu dans les mêmes circonstances… Ok la nappe est kitsch, mais tu ne pouvais pas prévoir les évolutions de la déco intérieure des 12 prochaines années ! Elle aura toujours le parfum des étés chez ta grand-mère, quand tu découvrais les points, et en cela, c’est la plus belle nappe du monde et tous ceux qui mangeront à ta table devraient en être honorés ! Merci d’avoir partagé cette histoire avec nous !

    • Répondre ritalechat avril 25, 2014 à 9:42

      c’est exactement ça! elle est pleine de souvenirs cette nappe!

  19. Répondre visiteur avril 26, 2014 à 1:18

    Et en commercialisé , ce serait une belle suite à l’histoire…

  20. Répondre mu avril 26, 2014 à 10:59

    Merci de partager ton histoire, celle-ci m’a encore profondément touchée… Et je trouve génial le côté défi de finir bel et bien pour tes 40, quel clin d’œil go go go !

  21. Répondre Oph avril 27, 2014 à 12:18

    Quelle belle histoire et que de jolis souvenirs! Cette nappe va être canon quand elle sera terminée d’autant que tout revient à la mode!!

  22. Répondre desmercieres avril 28, 2014 à 10:11

    Certaine histoire sont si ennuyante . mais les tiennes sont très bien racontes c’est un plaisir de les lire ,j’adore vraiment c’est petites anedoctes 🙂
    On compte sur toi pour finir cette nappe 😉

  23. Répondre Shalima mai 2, 2014 à 8:09

    Oh mais si, elle est jolie cette nappe… j’aime cette histoire ! et le « les fils courts c’est pour les paresseuses » je connais, la maman de mon amie d’enfance qui m’a appris à broder disait la même chose… et pour les nœuds aussi, il fallait que ça soit aussi joli recto que verso 🙂
    (rhaaa, ça me donne envie de refaire du point de croix !!)

  24. Répondre Aline mai 7, 2014 à 10:03

    Encore une fois tu m’as filé la larme à l’œil!
    J’ai aussi une broderie, offerte par ma grand-mère, il doit y avoir 5 ou 6ans, mais j’en suis à plus de la moitié!
    La tienne est kitsch, certes, mais si belle en même temps

  25. Répondre Floriane mai 13, 2014 à 5:24

    Ma grand-mère m’a appris le point de croix et la couture. Elle m’a aussi montré tant d’autres techniques, la dentelle aux fuseaux, la peinture sur soie et toutes les activités imaginables, tout ça en me chantant toujours quelque chose.
    Maintenant que sa tête lui fait défaut la plupart du temps, quand elle ne sait plus qui je suis quand j’arrive pour la voir, j’aime à me souvenir d’elle penchée sur moi pour guider mes doigts. Je chéris cette richesse qu’elle m’a transmise sans même que je le sache. J’ai un garçon et je ne sais pas si il voudra apprendre à coudre ou tricoter mais j’espère tant pouvoir transmettre mon ‘savoir’ à mon tour.

Laisser un commentaire