FERMETÉ ET BIENVEILLANCE : LE CONSEIL DE FAMILLE

FERMETÉ ET BIENVEILLANCE : LE CONSEIL DE FAMILLE

famille3 famille5 famille4 famille1

Depuis quelques mois déjà nous avons pris l’habitude de faire un conseil de famille. Le plus souvent cela se passe de façon informelle à table. Nous n’avons pas de dates précises, rien n’est figé sur le rythme de ces discussions. Pour l’instant elles sont à l’initiative de Rod et moi, (ou du papa de Sacha et moi lorsqu’il s’agit uniquement de lui) mais les enfants savent qu’ils peuvent tout à fait en demander.

Un peu après Noël, j’ai trouvé que les deux frangins étaient particulièrement excités après les repas du soir, ce qui compliquait sensiblement leur couchers. Ils prenaient aussi un peu par dessus la jambe les règles de vie que nous avions instaurées et qui font que tout le monde se sente bien au sein de la famille. Ni une ni deux nous en avons tous parlé.

Je commence toujours par leur dire que nous sommes contents pour telle ou telle chose, par exemple nous sommes très fiers que sans le demander à longueur de repas, ils débarrassent la table . Violette est assez grande maintenant pour se charger de ça avec son frère. Voilà le genre de point positif sur lequel nous débutons.

Ensuite nous leur expliquons ce sur quoi nous avons besoin qu’ils fassent tous les deux des efforts. Dans le cas que j’évoquais plus haut, nous leur faisons remarquer qu’il y a un peu d’abus sur l’hystérie collective du soir. Nous leur expliquons qu’à la fin de la journée nous sommes tous fatigués et que parents comme enfants nous avons besoin de calme pour se préparer à raconter l’histoire du soir, puis dormir.

Puis c’est au tour des enfants de nous dire ce qu’ils aimeraient faire différemment, ce qui les préoccupe, ce pourquoi ils ne sont pas d’accord. Invariablement, Violette se plaint de ne pas manger de frites à tous les repas mais plus sérieusement les enfants ont réclamé dernièrement plus de jeux en famille et plus de sorties le week-end.

Nous essayons toujours de chercher des solutions ensemble. Pour le soir par exemple, il est ressorti que les enfants avaient besoin que nous soyons plus présents au moment du brossage de dents et du choix de l’histoire. Et c’est vrai que c’est un moment de flottement propice à l’excitation. Ils ont aussi décidé de se brosser les dents chacun leur tour et non plus ensemble pour éviter de faire les dingos

En trouvant eux même les solutions à une situation donnée, il est plus facile pour nous ensuite si cela dérape de nouveau, de dire aux enfants « vous aviez trouvé de vous même une très bonne solution souvenez vous ». Plutôt que de leur imposer quelque chose qu’ils n’auraient pas décidés, nous les mettons face à leurs propres décisions.

Nous essayons d’instaurer un vrai dialogue où chacun a droit à la parole à tour de rôle. Seul impératif, chacun parle jusqu’au bout de son idée sans que personne ne lui coupe la parole à tort et à travers. À la fin de la discussion dans ce cas particulier Nous avons été d’accord pour faire plus de jeux à quatre, nous avons promis de réfléchir à l’avance sur un choix de sortie le week end, les enfants ont mis en place une stratégie pour le soir. En revanche pour les frites ça a été plus compliqué !

 

Ces conseils de famille sont très enrichissants pour l’ambiance générale de la maison. Tout n’est évidemment pas toujours parfait. Je répète beaucoup ces derniers temps, les consignes, les règles de la maison. Mais j’ai quand même l’impression que ce climat de confiance, de coopération et d’écoute est entrain de doucement porter ses fruits.

N’hésitez pas à me dire comment ça se passe chez vous et à partager vos idées à ce sujet,  je suis curieuse de savoir !

À vite.

Partager

30 commentaires

  1. Cilou

    Coucou,

    Rien de formalisé ici, on parle pas mal à table et en dehors mais elle est grande c’est sans doute un peu different.
    Des gros gros bisous Camillette !

  2. Marjorie Milk and Fabric

    J’aime vraiment ce concept de conseil de famille, de concertation et d’échange autour des règles de vie!
    Ici ça ne nous ferait pas de mal d’en faire de manière un peu plus « formelle » car je leur explique bien souvent au moment du coucher de manière individuelle ce qui m’a fait plaisir dans leur comportement et ce qui m’a déçu ou agacé… Mais j’ai bien souvent l’envie d’établie des règles un peu plus définies à la maison et j’avoue que je n’ai pas trouvé l’énergie pour mettre ça en place clairement…

  3. Lili et ses filles

    C’est une idée merveilleuse. Ma Pimprenelle a 3ans et demi, l’âge de Violette, je crois, mais j’ai l’impression qu’elle n’est pas du tout réceptive à ce genre de discussions. Elle a du mal à se poser, à se concentrer. Comment réagis Violette ? Est-ce que la présence de son grand frère joue un rôle dans sa participation à ce « conseil » ? Je sens qu’on en aurait besoin pour apaiser le climat familial, mais j’ai de gros doutes sur la faisabilité ! En tout cas, j’aime vraiment beaucoup ta façon de voir et de construire tes relations avec tes enfants :)


    1. Post author
      ritalechat

      Coucou. Violette arrive à exprimer ce dont elle a besoin, sans l’aide de son frère je pense. Avec ses mots à elle bien sur. Et puis je l’aide à formuler aussi, à partir de ses idées.

  4. Juebo Cocotines

    C’est certain j’aime chacun de tes articles, mais en ce moment ceux évoquant la fermeté et la bienveillance me parlent tout particulièrement, je commence une vraie démarche d’éducation plus douce avec ma fille, et tous tes conseils et idées sont des mines d’or !!!! Merci et puis bon courage avec les frites ;)

  5. musurinsta

    Moi aussi j’adopte le plus souvent possible ces attitudes d’écoute et de communication le plus souvent possible, c’est pour moi une révélation depuis que j’ai découvert Parents Efficaces de Th. Gordon et la Discipline Positive de J. Nelsen, dont nous avions déjà parlé ici ! :) :) (Mon seul regret est de ne pas les avoir connus plus tôt)

  6. MademoizelleCoco

    J’aime beaucoup cette idée de conseil de famille et de laisser aux enfants la possibilité de s’exprimer et de trouver eux même la solution (ou une partie). Je garde ça en tête pour quand à mon tour je serai maman.

  7. Ginylle

    Oh, mais c’est la fameuse analyse bien/difficile/à améliorer que mon entreprise a mis en place pour tous les managers, pour aider à la cohésion d’équipe ! Je n’aurai jamais pensé moi même l’utiliser pour ma famille…(en même temps, mes deux louloutes de 3 ans et 9 mois sont encore une peu petites…). Bien vu !!

  8. Isabelle

    Bonsoir Camille.
    J’y pense de plus en plus sérieuse, , comme toi mes deux filles ont un grand écart d’âge, 10ans et demi et tout juste trois ans. Ma grande me pousse trop à bout par son désir d’être LA personne qui mérite toute mon attention ce qui me mobilise pour elle en permanence et la petite qui cherche à se faire une place, mon mari absent très régulièrement y compris le week end ne peut hélas pas me soulager. Et chez vous ,Violette arrive à exprimer ses envies depuis longtemps? Sacha ne l’influence pas?
    Bref, merci pour cette idée et toutes ses belles réflexions.
    Ah! je retiens l’idée de musurinsta pour la lecture, j’en avais feuilleté qqs pages ne sachant pas trop quoi en penser.


    1. Post author
      ritalechat

      Coucou. Oui, ça c’est un trait de son caractère depuis tout bébé. Elle dit (ou exprime) ce qu’elle veut. elle n’y va pas par quatre chemins !!!

    2. musurinsta

      Oui c’est vraiment très éclairant, et même sans appliquer textuellement à la lettre, du moins adopter les principes, même avec son propre style : c’est tellement vrai et efficace! Je te souhaite bonne lecture :) :)

  9. Servane

    J’aime beaucoup tes idées pour une éducation plus douce et bienveillante. Nous avons accroché sur le frigo le rituel du matin !
    Les conseils de famille j’adore le concept. Je pense que ma grande devrait pouvoir commencer à y être réceptive (4 ans et demi).
    Je trouve que mon mari et moi-même nous crions trop… que parfois c’est trop l’anarchie dans la maison. Bref, j’aime tes articles de ce type qui nous font réaliser qu’il existe peut être des solutions !

  10. anyo

    Merci de partager avec nous ces moments de famille! Nous en avons eu un très formel à la demande de la grande il y a 2 mois et depuis les repas servent de petits temps de conseil. Sur le mur des dessins est toujours affiché le compte-rendu écrit et illustré par ma grande (8ans et demi)
    Mon moyen de 4ans et demi a bien compris le concept et sorti du « moi je » il a réussi à dire et trouver des solutions.
    La petite dernière (2ans)suivait nos debats depuis sa chaise haute et a finit par nous dire qu’elle nous aimait quand on lui a demandé ce qu’elle voulait dire <3 . Elle a quand même changé un peu son attitude et se tait quand un des grands fait le code "on m'écoute,c'est important" en se touchant l'oreille.

  11. Vi

    Hihi ! Pas trop de rapport mais c’est amusant nous avons jouer pour la première fois au cochon qui rit ce we :-)
    Et merci pour tes idées, car c’est souvent le bazar et l’excitation le soir à l’heure du coucher.
    Et les enfants nous demande de plus en plus la télé et je suis contre en semaine. Et vous niveau tolérance écran (TV, tablette…ect)?

  12. Emma June

    Je trouve ça super sur le papier un « conseil de famille », dans la réalité, chez moi, j’adapte (peut-être est -ce du à l’age de MisterBB -3ans et demi et au fait que nous ne sommes que 3) . Bref, dans le même ordre d’idées, quand les choses partent trop en vrille, j’essaie de capter un moment de calme et d’attention de mon fils et de voir avec lui ce qu’on pourrait faire pour que les situations « énervantes » deviennent plus agréables pour lui et pour moi. Cela étant dit, je lui propose des pistes et toujours quand la situation est proche sinon il n’arrive pas vraiment à se projeter (il me dit oui et finalement, c’est vite oublié).
    Ca a marché pour les dents, pour l’habillage du matin etc…La participation de chacun, l’écoute active, autant d’outils précieux.

  13. Stéphanie

    pas de conseil de famille chez nous mais un rituel le soir à table : chacun doit dire un moment bien et un moment pas bien de sa journée…Et les autres donnent leur avis.On félicite, on encourage et ça permet de trouver des solutions à certains moments pas bien (dispute avec le copain…punition de la maîtresse…repas de cantine pas bon…) et comme nous participons avec leur papa à ce moment de partage ça permet aux enfants de savoir ce que nous faisons de nos journées, et que nous aussi nous pouvons avoir de sales moments dans nos journées (qui expliquent parfois la mauvaise humeur du soir…)Et ça nous permet de savoir ce qui se passe dans leur petites vies quand on est pas là !!!!!!!

  14. nadine

    Nous aussi, nous essayons de discuter avec nos ados-préados…. de moins en moins facile de s’entendre , se comprendre les uns les autres….. mais on essaie.
    Nous avions établi il y a quelques années un tableau de vie affiché en bas de l’escalier. D’un côté : ce qu’ils doivent apprendre à faire, et les stylos : vert, orange et rouge. Chaque soir avant de monter on déterminait ensemble la couleur du point à mettre en face de la case (se laver les dents tout seul, débarrasser la table….) et le tableau des récompenses en face : une heure de jeu en famille, je choisis le dessin animé….. grosso modo, ça les aidait à se responsabiliser : j’ai des envies, mais j’ai aussi des obligations. A eux de trouver l’équilibre et le tableau des points devait les aider à prendre conscience de tout ça.
    Mais si l’un ou l’autre n’avait pas réussi, on jouait 30 minutes au lieu d’une heure, etc… afin qu’ils soient toujours un peu gagnants, sauf en cas de rebellion assumée ;-)
    sinon, il y a sur le chouette site ; lesmotssontdescadeaux des affiches des règles de la maison qui sont top, je viens juste d’en acheter une…

  15. toupie

    Super idée pour les responsabiliser
    J’aime l’idée de se concerter, de prendre un moment au calme pour dire les choses sans être dans l’emportement du moment.

  16. chloé

    Tes écrits sont toujours justes, je ne commente jamais.. à tord, car je devrais plus souvent te le dire, c’est très beau.
    J’ai 22 ans, et j’ai beaucoup reproché chez moi le manque de communication, l’inhibition des sentiments et la verbalisation des choses, mêmes simples…
    Moi j’aime discuter, j’aime dire les choses, même futile, j’aime échanger… et on se rend souvent compte qu’au sein d’une même famille ce n’est pas toujours ce qu’il y a de plus simple finalement.
    Je voulais simplement mettre un petit mot, car dire quand les choses sont positives & agréables fait du bien, surtout en ces temps difficiles. Au plaisir de continuer toujours à lire tes jolis textes. Belle journée,
    Chloé

  17. Loïs - Les Bijoux de Loïs

    C’est très intéressant de lire comment ça se passe chez vous, ça donne envie d’appliquer ces conseils ! (pour l’instant numéro 1 est encore au chaud dans mon ventre, mais on sera vite à une période différente avec des frères et soeurs ^^)

  18. Julie

    C’est dingue comme tout ça fait écho chez moi !
    Chez nous aussi, on fait des conseils de famille.
    On a en revanche un « cadre » assez précis : chacun a le droit d’en demander un, on établit un ordre du jour, on a un cahier pour y noter ce qui est dit, mes filles (bientôt 10, bientôt 6 et 2) font un dessin que l’on colle dans le cahier, on essaye que ça ne dure pas trop longtemps. Chacun parle à tour de rôle, et on ne se coupe pas la parole non plus.
    On a commencé quand ma n°1 avait 3 ans et était encore seule, au moment où mon amoureux s’est trouvé au chômage, pour expliquer les changements à venir. On n’en fait pas très souvent (je dirai… 2 à 3 fois par an ?). Mes filles aussi ont réclamé plus de choses ensemble. Alors des fois, le soir, on joue au lieu de lire, ça change un peu !…
    Ton article me fait penser que ce serait pas mal d’en faire un dans pas longtemps, on a quelques petits réglages à faire ici aussi !…
    Et de façon informelle, on pratique le c’est-quoi-ton-meilleur-souvenir-de-la-journée, qui marche plutôt bien. Au moment du coucher.
    Merci de m’avoir fait penser à tout ça (on a tendance à attendre un « problème » pour faire un conseil de famille), et aussi pour l’idée de commencer par un truc sympa.

  19. chichi mangou

    Très sympa cette démarche coopérative!
    Associer les enfants à la définition du quotidien, c’est important, et valorisant pour eux.
    Quand ça dérape à la maison, je les mets face à leurs responsabilité et leur demande d’évaluer la situation.
    Pour le plus jeune, ça (4 ans et demi) ça passe par un code couleur et pour le plus grand (6 ans et demi), c’est une forme de jeu de rôle. Je lui demande d’imaginer être à ma place pour lui faire comprendre ce que je ressens, pour qu’il se corrige de lui-même.
    Tout ça est long, mais ça porte ses fruits! Gustave cherche à adopter un comportement qui nous rende fier de lui, et Oscar anticipe mieux et gagne en maturité.
    Je pense que chacun mesure mieux l’impact de ses actes sur les autres membres de la famille, c’est ça le vivre ensemble!
    (à suivre avec la petite dernière…)

  20. BeaD

    Merci pour ce partage, je l’ai bien noté dans un coin de mon cerveau car je pense qu’on en aura besoin un jour ou l’autre!

  21. granouche

    J’aime l’idée du conseil de famille mais chez nous ça serait dur à instaurer pas à cause de loustic c’est le papa le soucis lol… Il n’aime pas parler et c’est bien le gros problème de la maison…

    Bizzz
    Granouche (adeline)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>