QUELQUES MOTS DÉCOUSUS

QUELQUES MOTS DÉCOUSUS

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ces deux jours ont été remplis comme quatre, avec cette impression que les journées n’en finissent pas. C’est plaisant pour moi qui me plains toujours de ne jamais avoir assez des vingt quatre heures réglementaires.

On a accroché de la diffu aux fenêtres, on a mis de la mousse dans un bain et de la crème sur les petits bouts de nez. Je reparlerai vite ici du pourquoi de ces photos… On était beaux à voir tiens, nous les quatre parents à filmer nos petits avec les restes de spritz de la veille dans des rires un peu niais. Ah ça, je crois que l’on maitrise bien les doses de ce joli cocktail. C’est bon les gars on a notre diplôme !

On a ri comme des bossus, et que j’aime quand les rires deviennent fous. Parfois la vie est aussi simple qu’une tranche d’orange dans un cocktail avec des bulles.

Hier soir nous sommes partis en amoureux à Montpellier, les petits nous ont à peine fait une bise lorsqu’on les a déposés chez mes parents. Dehors ça dégueulait de lumières de noël et de passants et de paquets. Nous on avait justes deux livres à acheter et une bonne soirée à passer…

À un moment j’ai dit dans une conversation que je ne regrettais pas mon choix d’avoir arrêté les plateaux de cinoche sauf lorsque je vois une équipe de tournage. Non ça c’est un peu trop dur encore. C’est la première fois que je le disais à voix haute, tranquille dehors avec les copines entrain de fumer une cloppe, la tête un peu rentrée dans les épaules pour chasser le froid. En retournant à notre table, j’ai découvert un pot de début de tournage à environ cinquante mètres de moi et une dizaine de gars avec qui j’ai tourné plusieurs fois.

Ça s’appelle une petite claque de la vie ou je ne m’y connais pas.

J’ai ravalé mes larmes et j’ai préféré penser à tout ce qui m’attends l’année prochaine, aux projets, aux chroniques, à cet endroit où j’aime passer du temps, à mon tout petit travail du midi qui me remplit des rires des enfants et qui m’ocuppe les mains en occupant les leurs.

Mais bon quand même. Les hasards de ce genre n’en sont pas vraiment n’est ce pas? Je crois qu’il est temps pour moi de me réaliser sans trainer derrière les fantômes de mon métier passé.

Du coup j’ai remisé à la cave tous les scénars que je gardais depuis des siècles et qui prenaient une place folle. Marie Kondo serait tellement fière de moi.

Aujourd’hui nous n’avons pas dérogé à notre dimanche pyjamas, à travailler un peu ensemble, à retrouver les enfants et à commencer à coudre la petite valise que je remplirai de trésors pour la petite. C’est rare mais j’ai commencé à la batir à la main, à petits points réguliers. La couture à la main est une sorte de catharsis pour moi. Un peu comme si j’assemblais provisoirement des petits morceaux de ma vie avant de prendre de grandes décisions. C’est bête mais j’aime ça.

Nous avons même réussi à faire les devoirs dans un calme olympien autant vous dire que les planètes doivent être alignées de façon spectaculaire, car oui, la discipline positive qui fonctionne par ailleurs plutôt bien chez nous trouve ses limites lorsque je me connecte à l’agenda d’école directe.

Cela mériterait un post en entier, j’essaie de m’améliorer, le grand aussi, nous apprenons à nous parler. Mais sincèrement je marche sur un champs d’œufs chaque soir et week end. Au moindre relâchement de nos efforts commun, ils pètent tous !

Le calme et le passé simple ont fait bon ménage cette après midi, je ne boude pas mon plaisir.

Cette dernière semaine avant les vacances s’annonce calme. Incroyable mais vrai. Alors je vais continuer de profiter un peu de cette douceur qui semble vouloir me coller à la peau. Une trève dans le tourbillon du quotidien. Je prends. Je prends ma bonne dame.

J’espère que ce week fut aussi agréable pour vous que pour nous. On compte les jours avant Noël, ici ça commence à frétiller sec du papier cadeau.

Je vous embrassse, à vite.

Camille

Partager

8 commentaires

  1. Cenina

    La couture à la main….c’est bon de voir écris quelque part de la main d’une autre ce que l’on ressent soi- même. Demain, je sors le fil et l’aiguille ! Merci. ..

  2. pauline

    ah! Comme c’est sain de lire ces choses que tu écris sur ton travail et tes choix de vie!!!
    je suis metteuse en scène, embarquée dans une folle vie à 100 à l’heure avec ma petite et mon chéri, vivant dans une maison isolée à la campagne… Parfois je me dis « et si je plaquais tout ça? les kilomètres, les rendez-vous de production, le stress, le boulot jour et nuit, les doutes et tout le reste » et quand je te lis et je me dis « Camile elle a l’air de bien vivre ça, elle a l’air d’être paisible… » (oui je te lis et j’ai l’impression de te connaitre!!!)
    Et là de lire ces mots, je m’arrête et je me dis, « ben oui, c’est difficile pour tout le monde quelquefois les choix. »
    Merci de ta sincérité, de ta vérité. C’est très précieux.
    Je suis sûre que tu trouveras le chemin qui te convient, tu a l’air tellement douée pour la Vie!!!

  3. Virginie

    Bonsoir jolie Camille…oh oui les choix de vie sont parfois difficiles, mais comme tu dis, n’oublies pas les (bonnes) raisons qui t’ont fait faire ce choix.
    J’adore la photo de Violette dans la baignoire, j’adore tes mots. Merci et belle semaine à vous. « Déjà » les vacances en France ?! comme je suis déconnectée…
    Bises

  4. Aurore

    Quel bel article qui m’évoque tant de choses… moi aussi je revois souvent des personnes de mon milieu dans la rue ou au théâtre et je me dis que j’ai bien fait de tourner la page mais c’est dur parfois… j’ai un sentiment d’inachevé mais comme toi j’ai décidé de me lancer dans d’autres projets… et j’en ai un sous le coude et ça m’empêche de dormir tellement ça me galvanise.

    Tu as trouvé les mots justes, je te souhaite aussi une belle seconde vie avec des rencontres, des aventures et pourquoi pas un livre !

    Bonne journée

  5. Clumsy

    Cette photo dans le bain (et tes mots aussi évidemment) <3
    Dur de faire le deuil d'un métier que l'on aimait, je suis passée par là et j'en suis pas tout à fait sorti, mais ça va mieux. Beaucoup mieux même depuis que je me suis recentrée sur ce que j'avais envie de faire et que je me suis mis un gros coup de pied au cul en me lançant en auto-entrepreneur (la boule au ventre, sacrée boule même). Mais depuis que j'ai fais ça, et même si je gagne 3 sous pour le moment, je me sens libre et je me sens enfin mieux !

    Je te fais des bises, j'espère te croiser un jour à Montpellier (qu'elle est belle la rue de la Loge avec ces lumières, je suis restée un moment à les admirer la semaine dernière … puis j'ai failli rentrer dans un passant :p).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>