LE LONG DE NOTRE CHEMIN

LE LONG DE NOTRE CHEMIN

nimes nimes nimes nimes nimesnimes nimesIl y a deux soirs alors que la chaleur retombait un peu, j’ai lancé :

– Prenez un dessert puis remettez des chaussures, on sort faire un tour dans le chemin.

Ils ont levé la tête de surprise, ont filé chercher une compote, un fruit, un yaourt … Une minutes plus tard ils étaient sur la terrasse, chaussés et hilares.

– On est preeeeêts !!!

Nous n’avons rien fait de plus que marcher le long de notre chemin de garrigue à découvrir les plantes grasses qui percent les pierres sèches de murs pour boire le soleil, à faire claquer les longues comme pour souhaiter la bienvenue aux beaux jours qui nous reviennent.

Il y avait le chien qui aboie fort et qui nous fait sursauter et raser les murs. Il y avait toutes ces petites choses devant lesquelles on passe trop vite d’habitude e voiture. Il y avait les voisin qui prenaient le frais assis dans des chaises longues rayés et un peu défraichies. Ils nous ont dit bonsoir et les enfants ont ri. Nous avons lorgné le si beau jardin potager, celui qui est juste à côté de chez nous et qui nous fait rêver.

Il y avait la nouvelle maison presque construite et les trous dans la palissade pour épier l’avancée des travaux.

Il y avait les bruits du soir qui tombe, la chaleur qui transpire de la route et qui apporte avec elle une odeur acre et douce de bitume tiède. Il y avait ces petits, elle en pyjama, lui à moitié, et nous qui marchons derrière eux en trainant un peu.

nimesÇa ne coûte rien parfois de repousser un peu les lignes du quotidien, c’est trois fois rien et ça construit des souvenirs pour plus tard. Quarante cinq petites minutes de rien du tout et comme dans le dessin animé, l’île de la famille et de la joie qui grandit d’une coup.

Et vous savez quoi ? Notre joie à nous les parents était double. Nous avons eu celle de les voir gambader le long du chemin, et celle de les voir s’endormir dans un sourire en trois minutes chrono !

On s’est promis de le refaire encore et encore, nous avons encore mille chemin des collines à explorer.

Hop hop la photo bonus, un peu ratée mais je l’aime trop !

nimes

Je vous embrasse.

Camille

Partager

7 commentaires

  1. Daphné @ Be Frenchie

    Il est super joli votre chemin – oui, j’aime ces clapas un peu effondrés, murs de pierres sèches bâtis à la main par nos ancêtres, mazets où on montait le week-end avec la mule et figuiers de barbarie qui poussent dans les interstices.

    Mais je suis toujours triste de voir ces chemins entourés de murs qui montent de plus en plus haut – à la fin, on finit par avoir l’impression de marcher entre les murs d’une prison alors même que cette garrigue devrait être préservée. Dans certains coins, on est au milieu de la nature sans même la voir. Vive les clapas, haies qui offrent un habitat à la faune et la flore et témoignent de l’histoire de ces collines de garrigue.

  2. DeboBrico

    Oh c’est rigolo on a le même genre de petit rituel ici, lorsque les soirées s’allongent. Nous aussi on a notre petit chemin, en plus il y a un âne, les moutons, les oies, les vaches, re les montons et les cheveaux… bref on ne peut pas s’en lasser de notre petit chemin

  3. Emeline de "petit enfant deviendra grand"

    Nous parfois, on prend le « petit frais » après le repas du soir. On s’assoit dehors avec une couverture sur les genoux, on regarde le ciel, la nuit qui tombe, les chauves-souris au loin, les premières étoiles qui apparaissent, on écoute les bruits du soir… On prend un bain de nature en fait!

  4. madamezazaofmars

    Ici on appelle ça la promenade du soir ( oui on est hyper originaux) et des que les beaux jours reviennent c’est un des premiers trucs que l’on fait apres diner. Elle a l’air douce la vie sur ton chemin

  5. MarieP

    Bonjour nous aussi avec mon fils nous ressortons un moment parfois après le repas. Il vient me chercher et me dit « allez maman viens on sort un coup » ça te fera du bien, vient ». Et moi j ai la flemme mais je lui  »obeis » pour lui faire plaisir. On va un moment au parc (oui on est en ville, toute petite ville mais pas à la campagne) il tappe’un peu le ballon et on rentre et je suis contente d être sortie. Ça m a fait du bien comme il dit. Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>