TANT QUE L’ON AIME FORT.

TANT QUE L’ON AIME FORT.

Ce matin nous avions rendez-vous pour un bilan médical pour mon grand. Rien de grave, la routine de rentrée mais ça faisait un bail que je l’avais pris  ce rendez-vous. La médecin m’avais appelée pour le déplacer, puis appelée à nouveau pour le remettre au jour initial.

J’ai raturé, gommé, réécris dans l’agenda. Et puis il y a deux jours, je doute sur la date. Je lui envoie un sms, elle me répond dans la foulée. Tout roulait.

Il y a quelques jours j’ai mis sur ma brosse à dent ma crème de jour et j’ai retrouvé le pain de mie dans le frigo à côté du poivre et de l’éponge de l’évier. J’aurais dû y voir un signe.

Ce matin j’ai appelé le collège pour prévenir que mon grand aurait trois heures d’absence, je me suis organisée pour l’accompagner à son bilan avec l’homme qui ne travaillait pas. Nous étions à l’heure, ça roulait bien pour une fois, pas d’embouteillage… 09 :13 coup de téléphone.

En une seconde j’ai compris que j’avais foiré.

« Vous avez 13 minutes de retard, vous aviez rendez vous à 09 :00, je ne peux plus le prendre, comment ça vous croyiez que nous avions rendez vous à 09 :30 ? Mais je vous ai confirmé l’horaire il y a deux jours par message… »

« Je suis tellement désolée, veuillez m’excusez, vraiment, je suis navrée… » Je n’ai rien trouvé de mieux à dire.

Elle avait raison, j’ai déconné. Je déteste faire faux bond aux médecins, je respecte trop leur abnégation pour leurs patients et je déteste que l’on me fasse perdre mon temps, donc je me garde en général bien de le faire perdre aux autres. Je décommande toujours à l’avance lorsque j’ai à le faire. Mais en fait là n’est pas mon propos.

Je suis la première à dire que tant que l’on fait ce que l’on peut, tant que l’on aime fort, tout se passera bien. Je suis une pro pour conseiller aux amies de laisser tomber la culpabilité, qu’elle ne construit rien de solide, qu’elle encombre et désarme. Mais ce matin mon dieu j’ai cru recevoir en pleine tronche toute la charge qui pèse sur les parents.

J’ai failli.

C’est très con quand même cette histoire. J’ai foiré un rendez vous point final, on passe à autre chose ? Mais je n’y arrive pas. Cette impression d’être la pire des mères me colle au cœur depuis ce matin. (Alors que bon, si je si rationnelle cinq minutes JE SAIS que je ne suis pas une mère à chier, soyons honnêtes.)

Une collègue au boulot me racontait qu’il lui était arrivé à peu près la même chose, qu’elle s’en voulait tellement qu’elle y repensait constamment. Sur le moment je lui avais dit de dédramatiser mais aujourd’hui je la comprends un peu mieux…

Cette volonté de bien faire, cette inquiétude pour ceux que l’on a en charge. Cette responsabilité qui vous explose au visage à la première minute et vous tient le ventre toute la vie. Une vie de parents à veiller, défendre, soigner et aimer. Une vie de mère et de père à planifier, à vérifier, à chérir. Les certitudes qui se cassent la gueule, les chemins que l’on pave d’amour, d’histoire du soir, de mini BN et de limites. Une vie à s’apprendre, à se regarder grandir…

Tout doucement ou à grands coups. Ce matin, j’ai appris une chose : je suis souvent une mère en bois, et ça fait mal quand on me le fait remarquer. Je suis parfois carrément pas à la hauteur, mais une chose est sûre, on partage tous les mêmes sentiments et d’en parler ce soir sans que cela ait ni queue ni tête m’a fait beaucoup de bien.

Je ne sais même plus où je voulais en venir tant cette journée a été bizarre. La seule chose que je retiens ce soir c’est le sourire de mon grand gosse, les vingt trois bisous de ma petite lorsqu’elle est rentrée et ces quelques lignes qui me soulagent. Cet endroit est fait aussi pour ça. Pour y laisser mes doutes, mes foirages, mes tourments, alors ce soir égoïstement je dépose mes trois larmes et ma culpabilité et lorsque je reviendrai lire dans plusieurs années peut être que j’en rirai.

En attendant, comme à peu près tout le monde ici…

Je fais ce que je peux. Et je reprends rendez vous.

Bisous !

Camille

Partager

10 commentaires

  1. Jess

    Je ne te le dis jamais, mais je le pense si souvent : tu écris tellement bien. Tes mots m’enveloppent comme un câlin et aujourd’hui, ils me donnent envie d’en faire un à tous les parents qui pensent qu’ils ne gèrent pas assez. Merci <3

  2. karine_

    Tu veux que je te dises? Au printemps, je me suis pointée un vendredi des vacances chez le médecin pour un contrôle pour ma mini. Elle sortait d’une pneumopathie et mon médecin souhaitait la revoir pour vérifier que ça allait mieux… J’avais une journée de retard.. je devais venir la veille et le pire c’est que j’avais noté sur mon agenda mon rendez-vous le jeudi… je ne l’avais pas ouvert, j’étais sure de mon coup…
    J’en aurai surement d’autres à raconter, je suis la spécialiste de ce genre de couac durant mes vacances, je lâche enfin prise et mon cerveau aussi dans ces moments là!

  3. Daphné @ Be Frenchie

    Tu sais, je suis tellement nulle pour ce genre de choses que je laisse mon homme gérer. Rendez-vous, factures, c’est lui qui gère. J’en fait déjà beaucoup dans pleins de domaines à la maison alors je me dis que j’ai aussi le droit de ne pas assurer sur tous les fronts.

    Ca passera, dans quelques jours ce ne sera plus qu’un souvenir; parce que tu assures grave pour l’essentiel ! <3

  4. Elodie

    Un bon verre de vin, et un gros calin ! Mon remède miracle pour les journées où on doute de tout, et surtout du plus important…
    Je t’embrasse

  5. marjitj

    Ahhhh, ce sentiment de déjà vécu qui revient en te lisant. Tu décris parfaitement ce ressenti et cette culpabilité!
    Ici le rdv raté, c’était pour un contrôle chez le cardio pour mon tout petit de 2mois… Rien que ça… Je me suis loupée de 24h, et dans ces cas là, bizarrement tu trompes forcément dans le mauvais sens (car j’aurai pu y aller la veille, ou toi y aller 30mm avant… tu vois?!!). Sauf que moi personne ne m’avait appelé, et je me suis retrouvée en pleurs dans la salle d’attente des 4 cardio de la clinique…alors la mère en carton je sais, alors que ça fait que 2 mois que t’es mère… ça me colle un peu à la peau… Alors depuis… je vérifie un nombre incalculable de fois, le jour et l’heure… Je n’ai plus confiance ;-)
    Ceci étant cette « anecdote » est arrivée il y a plus de 6 ans, mais je m’en souviens comme si c’était hier.

  6. Enora

    Je ne suis pas encore maman, mais je suis une grande soeur, et une chérie. Et pleine de doutes qui plus est. Alors la culpabilité, oui, moi aussi, je me la prends en pleine poire. Du coup, je me permets de vous envoyer tout plein de bonnes vibes. Bien à vous :*

    1. Julie

      Bonsoir Camille,
      Je te lis depuis trois ans, depuis qu’une petite Violette grandissait dans mon ventre. J’étais charmée par tes mots et conquise par la beauté de tes enfants. J’imaginais ma Violette comme la tienne. Trois ans plus tard, je suis maman, d’une petite fleur qui ne ressemble a personne, mais qui me charme aussi de jour en jour. Je lisais récemment dans plusieurs de mes blogs fétiches que laisser un commentaire, c’était quand même plus sympa… Et c’est ma nouvelle résolution. Merci pour tess bons et beaux mots, maux, qui sont si vrais. Merci et Bravo (à la plume et à la maman !).

  7. Ginie

    Ahh la boulette! J’ai connu ça cet été début août, mon grand de 8 ans avait un anniv de copine, dans ma ptite tête c’était le mercredi, je n’ai donc pas vérifié, il l’attendait impatiemment…. Et c’était le mardi!!! Evidemment je m’en suis rendu compte que le mercredi matin en regardant l’heure…. Il a bien réagit et m’a vraiment étonné, en même temps j’étais si déçue et nulle que j’ai du lui faire pitié. Ah ces ptits détails qui font mal! La chose positive c’est mon mari qui m’a dit « j’aurais aussi pu vérifier au lieu de te laisser gérer »!!!! Bisous

  8. Manuella

    Bonsoir Camille, ton récit me parle beaucoup en ce moment. Avec la rentrée au collège de mon grand, et mon boulot bien prenant, j’ai le cerveau en ébullition en permanence… Pour l’instant, pas d’oublis à signaler, mais jusqu’à quand…?
    Nous avons remarqué ce soir que les vacances arrivent dans quasi 2 semaines. Un peu de répit en perspective ! Bises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>