Merci pour les jours heureux

Merci pour les jours heureux

On se disait l’autre soir que tout allait bien en ce moment. Les bonnes nouvelles nous tombent dessus les unes à la suite des autres et sans savoir pourquoi on est à chaque fois plus étonnés qu’à la précédente.

Etonnés et heureux.

Je pose ça ici du bout des doigts parce que je sais si bien que le bonheur est fin comme un fil de soie, qu’il suffit que le vent souffle un peu plus fort pour qu’il ne se casse. Ça met du temps un bonheur à revenir alors j’en prends soin, je le chéris et j’essaie de donner en retour.

On nous avait dit en achetant notre maison que parfois les couples ne se relevaient pas d’un tel changement de vie, que financièrement c’était dur les trois premières années. Je n’avais pas du tout aimé ces prophéties là. Mais souvent dans le secret d’un creux de vague je me suis dit qu’ils avaient eu raison les cons. Ce changement de vie voulu si fort a emmené son lot d’angoisses et nous a quelquefois malmenés c’est vrai.

Notre couple a tenu le coup. Quatre ans de notre belle maison et nous sommes debouts et vaillants même si tout n’a pas été toujours rose avec l’arrêt de mon ancienne activité. Nous avons dû faire des choix, sacrifier un peu du superflu qui nous rendait la vie plus douce lorsque nous habitions Paris.

Alors je me suis accrochée de toutes mes forces aux mots de ma maman. « Tout n’est pas toujours difficile, sois patiente. »

Cette vie m’a souvent offert des cadeaux incroyables. J’ai toujours eu droit a des rebondissements inattendus alors que je me pensais au fond. Je lui fais une confiance aveugle depuis le jour où à la caisse d’un Monoprix de banlieue je la suppliais de me donner un travail sur un plateau de cinéma, un travail pour lequel j’avais fait des études. Le lendemain on m’appelait pour mon premier tournage.

Ça fait plusieurs semaines que la vie nous sourit à nouveau très fort et parfois vous savez, je me demande quelle tuile va encore nous tomber sur la tête. J’essaie de chasser très vite ces idées de mon esprit mais les embuches laissent des traces. Nous avons eu notre lot, ni plus ni moins pires que les vôtres, surement les mêmes ou certainement différentes. J’en parle peu par pudeur mais vous vous doutez bien que ma vie n’est pas aussi lisse qu’un flux instagram n’est ce pas ?

Alors voilà, c’est décousu mais je voulais dire merci à je ne sais quoi. Merci pour mes enfants en pleine santé, pour mon ado tellement « ado parfait ». Pour ses traits d’humour merveilleux et ses tronches de cake infernales. Pour ma petite chérie et cette chance folle que nous avons de l’avoir, Elle, dans nos vies.

Merci pour le travail revenu, pour ces textes que j’écris, pour ceux que vous lisez ou que vous ne lisez pas d’ailleurs, pour ce livre qui arrive traduit en plusieurs langues, pour ceux, qui je l’espère verront le jour. Pour ces pas à pas que je fais chaque jour pour ici ou pour ailleurs.

J’ai hâte de continuer comme ça, de continuer mieux, de continuer toujours.

Merci pour les jours heureux, puissent-ils durer longtemps.

Et si cette vie m’envoie encore des épines et des embuches, je ferai comme à chaque fois, Je courberai le dos, je pleurerai à chaudes larmes et je me souviendrai que comme en ce moment, il y a pour nous quelque part, la plus belle des vies. Pour le moment je savoure ce merveilleux moment où nous sommes tous pile là où nous voulions être.

En photo nous trois. Je suis la maman de ces deux là. Ça me parait si fou.

Je vous embrasse fort.

Camille

Partager

19 commentaires

  1. mamacami

    Tu rayonnes, vraiment!!! Je suis contente pour toi de ces bonnes nouvelles! Elle a raison ta maman, parfois les choses se goupillent à merveille et c’est tellement important d’en être conscient!
    Au fait, tu viens à Créativa en janvier?
    Bisous


    1. Post author
      ritalechat

      J’aimerais beaucoup! on s’y retrouve? Tu me fais penser que je n’ai pas encore tricoté notre sublime laine canard!

      1. mamacami

        Ce serait avec plaisir! Tiens-moi au jus.
        A la rentrée, j’ai eu très envie de faire ma pointe avec ma belle laine bleu canard et tu sais quoi : impossible de remettre la main dessus! J’ai vraiment honte d’être aussi bordélique ;-;

  2. MarieLucarne

    Chère Camille,
    Comme ton billet me parle, et me touche. Je m’accroche souvent à la douceur de ton fil instagram, la lumière fabuleuse de mon sud. Je me dis que le quitter il y a dix ans était une drôle d’aventure. Je chéris l’idée d’y retourner, de danser près du sol rose au Salagou ou de marcher durant des heures dans mes chères Cévennes. Je repense à mon enfance en demi-teinte mais auréolée d’or. Et je regarde, depuis ma ville entre les montagnes, Camille & Blanche pousser en enfants heureux. Je découvre ce que veut dire une enfance insouciante. J’ai repris des études en me disant que c’était la pire connerie et les soirs comme celui-ci ou je dîne d’un bol dans ma chambre en lisant furieusement l’ontologie de l’image photographique par Bazin, il m’arrive de le croire encore. Et puis j’entends les rires du garçon que j’aime, de mes enfants depuis la cuisine, de la copine déprimée qui s’est incrustée pour le dîner. Je me rappelle combien épanouie me rend la recherche en études cinématographiques. Je pense aux nuits folles de Cannes quand l’hiver sera fini. Et je lis tes mots heureux. Je suis encore en construction, encore ambivalente. Je n’aurais jamais imaginé mes trente ans ainsi. Et pourtant… j’apprends à trouver la vie précieuse. Je t’embrasse si tu le permet.


    1. Post author
      ritalechat

      Tu te plais dans tes études on dirait, c’est chouette. J(avais tellement aimé les miennes. Elles me servent encore maintenant. Que de souvenirs pour moi avec le Festival, que ce soit toute petite ou bien presqu’adulte, chaque année nous y allions.
      Ces trente ans sont bizarres n’est ce pas. Loin de tout ce que nous avions imaginé/idéalisé…
      Je t’embrasse fort.

  3. Christel

    Qu’ils sont doux ces mots, ils font du bien,ils aident à avancer,à tenir,à se relever… Ils sont beaux comme les liens que tu tisses avec ses deux là,avec l’amoureux, mais aussi avec tous ceux que tu approches… Ces liens ils sont aussi puissants, brillants que ton châle soleil, même si parfois plus discrets, plus timides. Merci Camille!

    1. Violette

      Coucou Camille, je te suis depuis quelque temps sur instagram et je ne commente jamais…pourtant qu’est-ce que j’aime tes photos, ses légendes, tes articles…magnifique. Il y a encore très peu ma vie était une épreuve, je me demandais pourquoi tout ça m’arrivait et je n’en voyais pas le bout. Tout n’est pas encore dénoué mais j’ai compris maintenant que ce ne sera jamais vraiment le cas, la vie est cyclique, tout vient et tout part et c’est beau ainsi, c’est aussi ce qui la rend si belle, dans ces comment où tout se débloque soudainement et nous propulse dans une vague de bonheur, c’est une force de pouvoir apprécier et savourer ces moments heureux, et je me reconnais quand tu dis que ce n’est pas facile quand on sait ce qui a pu nous tomber dessus avant, c’est un défi pour moi, me relâcher et simplement apprécier, puis aimer le chemin et se rappeler, avec fierté, de tout ce qui a déjà été parcouru. Enfin je divague un peu je crois :D je voulais juste rajouter que je m’appelle Violette, j’ai 24 ans et quand je lis la relation que tu décris avec ta fille j’ai l’impression que tu décris mot pour mot ma relation si forte et précieuse avec ma mère, tout de son caractère me rappelle l’enfant que j’étais, c’est fou et beau je trouve. Merci pour tout ce que tu partages, merci de me rappeler les liens forts, l’amour de la vie et la beauté des petits moments du quotidien <3


  4. Post author
    ritalechat

    Merci!! je l’aime cette photo. Il y avait une je ne sais quoi en plus cette après midi là à cet endroit là…
    biiiisous

  5. CharlOtte

    Cette photo est magnifique, le bonheur se lit sur vos visages et l’auréole de soleil autour de vous vous rend lumineux, c’est magique !
    En te suivant ici et sur IG tous les jours c’est comme si je lisais « La première gorgée de bières et autres plaisirs minuscules » de Delerm tous les matins. Tu nous rappelle tous les jours que l’important se trouve dans les petits bonheurs et que savoir les savourer rend heureux. Merci Ritalechat d’être ce rayon de soleil; voir des gens heureux ça rend heureux !

  6. Céline L

    Je te comprends tout à fait car je le ressens aussi, ces moments de bonheur où je profite à fond car ça ne va pas forcément durer, ces changements dans ma vie inattendus, ces moments un peu plus difficiles où je me dis que c’est juste passager….. Tout ce qui nous arrive de beau, ce n’est pas par hasard non plus, il faut aussi provoquer la chance, saisir des opportunités, prendre de petits risques…..

  7. Nathalie

    Merci pour tes mots… J’ai depuis quelques années une vie personnelle et professionnelle compliquée, semée d’épreuves, d’embûches et de moments très durs. Et parfois, comme en ce moment, j’ai du mal à croire que la roue tourne comme tout le monde le dit… Alors merci de m’aider à y croire encore…

  8. Bredele

    BIG UP Rita !! tu as si bien résumé nos vies. Ici aussi je me pince en me disant pourvu que ça dure. Et puis ah décembre comme j’ai hâte. C’est mon anniv’ les petits seront à fond sur noël, on va fêter au chaud avec la famille et les copains et c’est bien tout ce qui compte.
    des bises et merci à toi, tjrs un grand plaisir de te lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>