Entre midi nous deux

Entre midi nous deux

poupee crochet poupee crochet poupee crochetQuand la secrétaire au bout du fil a dit pour mon rendez-vous médical « Onze heure quinze, je n’ai rien d’autre » j’ai d’abord pensé que j’allais rater le boulot. La seconde d’après j’ai compris que la vie me donnait la possibilité de faire un joli cadeau.

Je ne savais même pas à quelle heure exacte et où la récupérer ma jolie petite fille. Je n’ai, je crois, jamais déjeuné avec elle depuis qu’elle est entrée à l’école. Mon petit travail se déroule pile entre midi et deux vous savez ?

Je suis arrivée essoufflée juste un peu après l’heure. Midi deux, elle n’était pas encore descendue.

Et puis soudain j’ai vu son grand sourire et ses mèches folles. Et puis sa petite voix en haut de l’escalier.

« Maman ! »

J’ai embrassé ses deux joues chaudes et un peu rouges d’avoir bien travaillé, j’ai remonté la fermeture éclair de son manteau bleu marine.

« Un resto ça te tente ? J’ai pris le livre pour qu’on retrouve ta poupée et que tu choisisses la laine et les couleurs. »

On a eu de la chance, la marchande n’avait pas encore fermé. Elle attendait une livraison. Je n’ai rien dit sur les couleurs que la petite choisissait, j’avais promis, « Tu fais comme tu veux, c’est toi qui décide. » Bien sur je n’aurais pas pris ça mais après tout peu importe n’est-ce-pas ?

Elle était heureuse et fière et elle a dit à la vendeuse qu’elle savait tricoter. « C’est maman qui m’a appris. Bientôt je me tricoterai des pull en cachemire. »

On a marché main dans la main en passant par les petites rues, on a croisé quelques pigeons et pas mal de lycéens.

On a commandé des pâtes fraiches et on les a mangé dans des boites en carton. Elle a choisi des carbo-rana parce que c’est meilleur dans ce sens là.

L’eau était glacée, le fondant au chocolat beaucoup trop sucré. On a parlé, on a commencé à lire comment crocheter sa poupée. On avait du chemin pour retourner à l’école alors on a pas trainé.

poupee crochet poupee crochetpoupee crochetCe soir je vais vite vite lui crocheter sa poupée Pia. Et sans le savoir Zess avec ton si beau livre tu as redonné le sourire à une petite fille et regonflé le cœur d’une maman.

C’était juste quelques bouts de laine et trois tortellinis après tout. Mais c’était à elle et à moi. C’était rare et c’était juste nous.

Je ne sais pas quand je pourrai le refaire ce petit moment suspendu, si utile à nos deux vies. Mais j’espère l’avoir accroché à son cœur, pour que surtout, pour que parfois il pèse un peu moins lourd.

Camille

poupee crochet

Partager

6 commentaires

  1. zess

    Oh Camille, c’est beau !
    En plus j’imagine tout ça à Nîmes, ma ville de cœur, là où j’ai rencontré mon homme, la naissance de Lily-Rose, …<3
    Tu vois j'aurais misé sur la poupée Violette ! J'ai hâte de découvrir votre Pia (et les couleurs qu'elle a choisi moi je les kiffe !)
    Des bisous

  2. Manuella

    Merci pour tes jolis mots Camille.
    C’est vrai que ces petits moments sont très importants, pour l’une comme pour l’autre…
    Belle année 2018 à tous et tous ceux qui te sont proches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>