février 10, 2019

Samedi Dimanche. Moins de larmes

SAMEDI / DIMANCHE
.

On venait de laisser à la gare, je l’ai serré fort pour lui dire au revoir.

Encore des aux revoir, encore la portière qui se ferme et les yeux yeux qui se cherchent une dernière fois avant que la voiture ne tourne.

On venait de le laisser et j’ai tendu ma main à l’arrière au feu rouge juste avant le pont.

Elle ne pleurait pas.

Je me suis dit que c’était le moment de lui dire qu’à moi aussi il manquait fort mais que je décidais de ne pas être triste pour ne pas être triste deux fois plus.

– J’aime bien quand tu dis ça maman. C’est ce que je me suis dit aussi.

J’avais mis Aldebert juste au cas où et je me suis dit qu’il allait nous aider avec son Professeur Gammmmma (avec 5 M).

– C’est la semaine de mon anniversaire!

– Et puis on sait qu’il va revenir.

-Il va faire beau en plus.

– Et demain je mange chez Manon.

-Ta maitresse vient dîner à la maison avec son bébé tout petit, t’en as de la chance!

– Et puis on a retrouvé Harry.

– Et puis bon on a Aldebert quand même.

– Ah oui! On peut toujours compter sur lui!

 

C’est con les week end chez nous savez? On cherche juste le maximum de douceur, le maximum de moments ensemble, pour qu’au moment de se séparer il y ait de moins en moins de larmes….

 

Très bonne semaine tout le monde, pour moi ce sera la plus belle de l’année. Celle de mon anniversaire! hiiiiiiiii!

 

Article précédent Article suivant

Lire encore...

3 commentaires

  1. Répondre Sandrine Wonder. février 10, 2019 à 9:03

    J’aime vos week ends cons comme tu dis. Tout simples. Et puis cette quête du petit bonheur… Ou plutôt cette gymnastique pour mettre les bons verres sur nos lunettes: ceux qui nous permettent de voir le positif pour avoir le cœur moins gros.

  2. Répondre Sophie S (du merveilleux) février 12, 2019 à 3:17

    C’est une belle vision des choses, finalement, même si on a le cœur gros, on a toujours le choix.
    Sans être dans le déni des émotions, relativisons !
    Belle semaine chez toi <3

  3. Répondre Laetitia mars 8, 2019 à 12:35

    Ici aussi un rythme bien particulier. L’amoureux part tous les lundis matins très tôt pour rentrer les jeudis soirs. C’est comme ça depuis 1 an et pour encore 1 an, avant que l’on fasse tous nos valises pour le rejoindre. Avant, il n’était pas toujours là non plus mais rien n’était calé : il y avait des semaines de présence tous les soirs, des semaines avec 2 nuits d’absence et d’autres pendant lesquelles il n’était pas là du tout. Du coup, avec les enfants, ont apprécié ce nouveau rythme, plus régulier, qui permet de mettre en place des habitudes de vie pour 4 jours puis d’autres quand nous sommes tous les 5. Comme les enfants n’ont toujours connu que ça, ils est rare qu’ils pleurent même s’ils sont contents d’envisager cette vie à venir avec papa tous les soirs. De mon côté, j’ai un peu l’impression d’être entre 2 vies : depuis 17 ans, je n’ai jamais aimé ses départs et l’idée d’une vie avec lui tous les jours est plutôt formidable. D’un autre côté, ce changement passe par le fait de quitter ma vie d’aujourd’hui : mes copines, mon boulot et ma maison. Je sais que cela peut avoir l’air anecdotique mais ceux sont ces éléments, tout l’amour que je leur ai porté et qu’ils m’ont rendu qui m’ont permis de tenir le coup avec 3 enfants en moins de 4 ans et un mari plutôt absent. Je sais que cette nouvelle vie qui s’annonce sera très chouette, raison pour laquelle quand il m’a proposé ce déménagement, j’ai dit oui immédiatement mais pour tout te dire, les au revoirs qui s’annoncent m’attristent d’avance ! Des bises, Laetitia.

Répondre à Anonyme Annuler la réponse