Charlie expliqué à notre fils

Charlie expliqué à notre fils

Il a vu ma tête lorsque j’ai découvert les alertes infos sur mon téléphone. Je n’ai rien pu lui cacher, en une seconde il a compris que quelque chose de grave se passait.

Juste les mots d’une maman pour son enfant. Juste les mots d’un papa journaliste et musulman pour son grand garçon.

Nous lui avons parlé de la liberté d’expression. Nous lui avons expliqué que c’était l’un des piliers de notre démocratie et de bien d’autres dans le monde. Nous lui avons dit que la liberté de la presse était fondamentale pour notre société et que nous avions beaucoup de chance de vivre dans un pays qui pouvait nous informer librement.

Je lui expliqué l’importance des dessins satyriques, je lui en ai montré quelques uns.

Impossible de lui expliquer l’horreur en revanche, difficile de lui faire comprendre les intentions et le but d’une telle explosion de haine. Je ne me l’explique pas à moi même, alors comment lui en parler à lui.

Il a très peu vu d’images mais je tenais à lui expliquer les infos de la journée. Ne serait ce que parce que quelque part dans Paris, il y a des journalistes à terre et son papa à lui dans une rédaction. Tout se mélange à dix ans, tout s’embrouille. J’ai essayé de l’aider à y voir plus clair.

Ils vont en parler demain à l’école. Ça a déjà démarré cet après midi à l’entrainement de Hand. Je lui ai donné des arguments contre les amalgames, contre les on-dit et les raccourcis. J’espère qu’il aura moins peur ainsi.

Enfin pour lui expliquer pourquoi j’étais à ce point triste je lui ai simplement dit : « Lorsqu’on vit dans un monde libre, on ne s’attend pas à ce qu’une partie s’effondre comme ça, subitement. »

Ce soir je lui ai parlé des rassemblements dans toute la France, je lui ai raconté l’union de cette foule debout et unie. Je lui ai répété de ne pas avoir peur. Surtout pas.

Avec son papa par téléphone nous lui avons redonné le sourire. Après l’incompréhension et les larmes, lui aussi est devenu Charlie.

Partager

39 commentaires

  1. dbo

    depuis ce matin je me dis qu’on vit dans un monde de merde. Mais heureusement qu’il y a des mots comme les tiens pour redonner chaud au coeur.
    Bises

  2. marionnette

    J’ai expliqué aux filles… Mais j’ai été incapable de leur dire que c’était dans une rédaction… Je sais que j’ai tort, il faut que je le fasse… Je ne veux tellement pas qu’elles s’inquiètent tous les matins en me voyant partir au journal…


    1. Post author
      ritalechat

      la grande question c’est que dire aux enfants qui vont répéter les mots sordides de leurs parents…

  3. laurie

    j’en ai parlé aux filles ce soir, car elles ont vu que j’été contrariée. Tessa a écouté, posé des questions, regardé une partie des info avec moi pendant que j’expliquais car demain il y a l’école et je veux qu’elles connaissent si ce n’ai la vérité au moins ma vérité. Que personne ne leur fasse croire ce qui n’ai pas
    Romane quand a elle a pleuré, m’a dit qu elle ne voulait pas en parler,  » je savais bien qu’un jour ce serai le guerre en France… »,elle m’a serré le cœur, et elle est monté dans sa chambre


    1. Post author
      ritalechat

      C’est fou comme les enfants ont peur que leur pays soit attaqué. Je me souviens que c’étai une de mes plus grosses terreurs de petite fille. Pour ma part, un message d’ouverture et d’amour a été l’argument le plus convaincant…

  4. cora lya (coralie)

    coucou oh que ton post m aide deja en tant que femme et citoyenne qui souffre comme vous toutes et tous de voir autant de haine qui ressort de cette horeur merci et surtoutpour la maman queje suis de ma petite puce de 7 ans qui en a entendu parler au centre vaguement entre animateurs efrayés aussi! bref j ai pu lui mettre des mots qq mots pas evidentmerci j arriverais certainement pas a trop dormir comme bcp c est dur bisous et merci


    1. Post author
      ritalechat

      c’est dur oui, mais je trouve que nos mots de mamans sont importants… tu as bien raison d’en avoir parlé.

  5. Celia

    Oui, je pense à toutes les mères que nous sommes et qui devons trouver les mots justes.
    Je pique la formule à un ami : il est surréaliste d’expliquer à nos enfants que des gens ont tué d’autres gens parce qu’ils n’aimaient pas leurs dessins.
    Merci pour tes mots.

  6. Stella

    J’aime aussi ton blog car tu sais parler des choses graves… Je savais que tu écrirai des mots justes et beaux. Je suis allée avec mes deux filles au rassemblement. Celle de 4 ans était toute contente car il y avait les copains et plein de monde, l’autre dormait paisiblement, lovée contre moi en écharpe. Leur père voulait y aller et moi aussi donc nous les avons emmenées, c’était leur premier acte citoyen. Nos enfants devront se battre, c’est certain et ils ne devront pas éprouver cette peur qui paralyse, arrange les intégristes et fait le lit de certains partis extrêmes. J’ai expliqué à mon aînée que le rassemblement avait pour but de se souvenir de personnes qu’on aimait bien, mortes à cause de méchants. On a évité de lui dire qu’elles ont été assassinées à cause de leurs dessins…son père étant dessinateur de BD, ce n’était pas une bonne idée. Ce soir je suis triste…Cabu et Wolinski, j’ai toujours vu leurs dessins, j’ai grandit avec eux. Ce soir, ils ont tué une partie de mon enfant en tuant les dessins que mon papa aimait tant. Pour finir, je citerai la fille de Wolinski: « Papa est mort mais pas Wolinski. » No pasaran. Et encore merci Camille.

  7. Marjoliemaman

    « Lorsqu’on vit dans un monde libre, on ne s’attend pas à ce qu’une partie s’effondre comme ça, subitement. » mais oui, c’est exactement ça. A un moment de la journée, je me suis dit que mes enfants, et surtout mon grand se souviendraient sûrement toujours de cette journée où ils ont vu leur maman pleurer et leur expliquer des choses qui ne s’expliquent pas. Des baisers.

  8. yeahyeahgirl

    honteusement, je suis soulagée que Nina soit si petite et innocente. je suis soulagée de ne pas avoir à lui expliquer que des ‘papas et des mamans’ se sont fait tuer à leur travail, lui expliquer qu’il y a des fous, qui tuent, au nom de leur bêtise uniquement, lui expliquer qu’en fait ‘ne crains rien’ c’est le pire mensonge des mamans. moi personnellement j’ai peur, et j’ai toujours eu peur de ces mecs là.
    ton article est très émouvant, comme toujours ma belle.
    énormes bisous à ton beau Cha.


    1. Post author
      ritalechat

      je crois très fermement que la confiance en l’autre est la plus belle des parades. La peur est le terreau de bien des misères ma douce.

    1. CréaDrine

      Merci Camille. Tes mots sont apaisants même si rien ne peut apaiser nos cœurs en ce triste jour. J’ai entendu de ci de là: « Il y aura un avant et un après 7/01/2015… », j’ai peur de cet après… Comme je te l’écrivais sur IG, je n’ai pas peur du terrorisme mais des conséquences de cet événement qui va encore accentuer les haines, les intolérances, les incompréhensions, le repli sur soi… J’ai peur de ce que notre pays va devenir après cela… Peur pour nos enfants métisses… Je ne peux réprimer mon angoisse alors j’ai du mal à trouver les mots pour en parler à mon grand de 6 ans….

  9. Miss Pivoibulle

    Je crois que nous sommes beaucoup a avoir dû expliquer à nos enfants en même temps que nous encaissions ce choc.
    La solidarité qui a suivie, ces rassemblements furent juste magnifique dans le monde entier.
    La liberté c’est sacré!
    Aujourd’hui nous sommes tous en deuil…

    1. jesussauvage

      <3 Tes mots résonnent si fort dans nos coeurs…j'ai expliqué aussi à Lou…c'est dur de voir dans les yeux de nos enfants l'incompréhension de cette violence, de ce monde qui nous échappe…on aimerait tant qu'ils gardent leur innocence…battons nous pour notre liberté, leur liberté…

  10. Marie

    Merci pour ton billet et le réconfort qu’il apporte.
    Parce qu’on est tous concerné, parce qu’on est tous touchés, dans tous les sens du termes..
    Hier je n’ai pas su dire les mots, pas sû expliquer d’ailleurs quoi expliquer. J’ai pleuré, en cachette, j’ai essayé d’être comme d’habitude pour mes deux amours mais ça n’a pas été simple.
    Ce matin j’ai du en parler à ma grande de 9 ans ( le titou de 4 ans vit sur son nuage d’enfance et tant mieux..) elle en avait besoin’ je le lisais dans ses yeux, dans sa manière de nous regarder son papa et moi… On lui a donc expliqué, tous les deux,
    La liberté, les fous, les journalistes qui protegent notre liberté d’expression, la liberté d’expression de tout un pays à travers eux… Des mots simples, pour qu’elle sache. Et là elle me dit  » je savais bien hier que tu n’allais pas bien maman mais je ne conmprenais pas pourquoi.. » Comme quoi…
    Aujourd’hui je suis en deuil, je n’arrive pas à me concentrer pour travailler, pour créer, je suis vide, ou plutot pleine de tristesse. Je pense aller au rassemblement de dimanche en famille, defendre notre démocratie et prôner la tolerance, ciment de l’humanité. Bien à vous toutes, mamans devant rester mamans malgré cette horreur. Il me tarde qu’une chose ce soir, retrouver mes enfants et les caliner jusqu’a plus soif ! Nous serons toujours Charlie….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>