juin 11, 2013

PARIS JE TE QUITTE

J'ÉCRIS
.
Je t’aime Paris, mais je te quitte.

J’ai bien tout regardé, les toits, les rames, tes pavés. Je garde tout. Je me souviens du pont des Arts, du doré des cadenas. Je me souviens du froid, des volets clos.
Je t’ai aimé.
Je me souviens de la caissière camerounaise du monoprix. De la petite boutique de laine. Je me souviens avoir pleuré parce que je ne retrouvais pas ma route. Je me souviens des fleuristes, qui à force de fous rires sont devenues des copines. Je me souviens d’avoir couru. Pour tout. Pour rien.
Je n’oublierai pas les bourgeons du mois d’avril. Ceux que l’on guette après avoir été trop longtemps emmitouflé.
J’aime tes boutiques, tes files d’attentes interminables. J’aime quand ma robe se soulève sur une bouche de métro. J’aime ton energie, ta folie, la vie qui virevolte.
Tu me manques déjà.
Je te laisse notre tour Eiffel en garde partagée. Prends en soin de notre petite. Je te laisse les gens seuls et assis, je te laisse la liesse, la joie, les femmes sur les trottoirs en bas de chez nous, je te laisse les places de parking introuvables.
Je te laisse Paris, je te laisse.
C’est la seine, ce sont les ponts, c’est ce gris. Ce sont tous ces pigeons à Beaubourg, c’est ce soleil timide ou brulant qui fait flamboyer les monuments. C’est Saint Eustache et Notre dame où j’allais parfois me réfugier. Ce sont les lumières des voitures sur la grande grande grande Avenue.
Ce sont les bus qui klaxonnent et les bruits de la rue, ce sont les odeurs de mon marché. Ce sont ces routes que je connais par coeur. Ce sont celles dont j’ignore l’existence et que je ne découvrirai peut être pas.
C’est tout ce que je garde en secret, les minuscules détails, une mosaïque, une odeur, une athmosphère. Les rires différents selon les quartiers, les peaux, les couleurs.
C’est tout. Paris, c’est tout ça.
J’ai eu du mal. J’ai mis longtemps. À te connaitre, à te voir vraiment. J’ai eu peur. Il faut que je te quitte pour ne plus te craindre je crois.
Mais Je n’oublierai rien.
Ni ton soleil de mars, le jour où Violette est arrivée, ni ce jour de septembre où Sacha est entré au CP, ni ce jour de janvier où j’ai visité le Louvre vide de son monde. Ni chacune des fois où je partais travailler dans un nouvel endroit.
Ni ce sentiment incroyable d’habiter au centre de toi.
Je ne veux pas oublier, les fêtes, les troquets, les bières, les amis,  les tickets de métro et les correspondances, le café des mamans et les ateliers bleus. Les légumes du mardi, les restos du vendredi. Les sushis, les ramens, les bibimbaps.

Je te quitte Paris,  je file, je vais pleurer un peu.

Et de toi je prends avec moi, tout ce qui a été bon. Fluide. Grandiose. Surprenant. Utile. Enrichissant. Palpitant. Exaltant.  Sublime. Simple. Limpide. Original. Cocasse. Habituel. Intime… Vivifiant.
Toi tu restes et moi je pars.

Article précédent Article suivant

Lire encore...

87 commentaires

  1. Répondre eliabar juin 11, 2013 à 9:59

    et tu viens!♥

  2. Répondre Am juin 11, 2013 à 10:08

    mais où vas-tu?

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:27

      nous nous installons à Nîmes, dans le Gard!

    • Répondre Am juin 13, 2013 à 7:11

      Nîmes, la ville avec un accent…bravo et plein de bonheur à vous quatre. Je l’ai découverte par amour il y a quelques années et j’en suis tombée amoureuse! La vie y est bien douce. Je suis sûre que Sacha et Violette vont s’y épanouir. Ton blog, si tu le continues, sera une belle fenêtre sur cette ville ( et cette vie) qui me manque parfois.

    • Répondre Camille juin 16, 2013 à 11:22

      nous ferons tout pour poursuivre nos vies en mieux en tout cas! merci pour tes encouragements…

  3. Répondre sab juin 11, 2013 à 10:10

    C’est vrai que c’est tout ça Paris !!
    quoi rajouter ? pas grand chose en quelques lignes tu as tout dit.
    Bon vent à toi Camille !! Paris reste et tu la retrouveras, inchangée, charnelle, accueillante.
    Des bisous

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:28

      jje crois bien que mon regard sera différent, j’y viendrai pour les vacances… et j’aurai comme tu le dis, beaucoup de plaisir à revenir. des gros bisous

  4. Répondre the blue school juin 11, 2013 à 10:15

    c’est beau Camille, je ne connais pas vraiment cette ville, mais tes mots sont touchants…

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:29

      merci, merci, ton message me fais plaisir:-)

  5. Répondre sophie juin 12, 2013 à 12:22

    Je vais juste rien dire parce que toi tu pars et moi je reste avec la tour Eiffel…

  6. Répondre Babidji juin 12, 2013 à 12:29

    et moi Paris me manque après 12 ans de séparation … pourtant je suis plutôt gâtée par mon décor …

  7. Répondre Elsa and associés juin 12, 2013 à 12:58

    Moi aussi j’ai quitté Paris cette année. Et oui, c’est sûrement tout ça que j’ai ressenti. J’aime Paris à la folie, et de Berlin qui est mon nouveau chez moi, je ressens encore les odeurs de la rue Oberkampf, le bruit de la rue Ternaux, ma rue, le quartier chinois de Belleville, les longues promenades du 10ème au sud du 13ème, les Batignolles, les soirées d’été, les trésors découverts au détour d’un porche entrouvert…

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:31

      ça ne part jamais alors? berlin! ça doit être vraiment chouette!

  8. Répondre Sheily juin 12, 2013 à 5:55

    Je n’ai fait que passer de l’autre côté du périphérique, mais quand on a passé toute sa vie à Paris, et que l’on adore cette ville, le déchirement est quand même grand. Je pense que j’aurai pu écrire un texte similaire.

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:32

      tu es quand même tout prêt… mais c’est vrai que le périf déjà c’est un autre paris!

  9. Répondre cilou juin 12, 2013 à 6:21

    Je n’ai jamais vécu à Paris et je ne le regrette pas car je suis une grande stressée et tout ce monde, cette circulation je ne sais pas si j’aurais supporté. Pourtant j’aime y venir en touriste, et puis tu as tout à portée de main, ça c’est génial parce qu’en pays gardois, c’est la croix et la bannière pour trouver laine et tissu …

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:33

      avec les boutiques en ligne on va s’en sortir! tu es d’où?

  10. Répondre Elise juin 12, 2013 à 6:33

    Ton texte est superbe et tellement juste! J’ai quitté aussi Paris : cette ville me manque indéniablement mais ma vie est ailleurs et c’est mieux ainsi! J’imagine une nouvelle aventure s’ouvre à toi : savoure alors, ça va être délicieux c’est certain!

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:34

      merci beaucoup! on va tout faire que ce le soit! délicieux!

  11. Répondre vanouart juin 12, 2013 à 7:32

    c’est tellement ç paris!
    nous partirons aussi de la capitale en 2014 après 39 ans de vie parisienne!!
    ça va me faire drôle…mais j’aspire à plus de sérénité avec mes enfants…
    bonne route!

  12. Répondre boubaxel juin 12, 2013 à 7:46

    Magnifuque texte…ça donne les frissons.
    Bonne route ailleurs…

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:35

      merci beaucoup! c’est cool de te lire ici!

  13. Répondre celine juin 12, 2013 à 7:56

    Ne nous quitte pas! Il faut oublier, tout peut s’oublier!
    Bon ok, pars mais ne nous oublie pas, reviens nous voir au moins le 14 novembre pour faire la queue avec les millions de parisiennes qui voudront une blouse IM a pas cher! <3

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:36

      Le 14 novembre ya de grande chances que je sois là oui! je t’embrasse très fort ma patronne belle!

  14. Répondre Charlie Les Yeux Bleus juin 12, 2013 à 8:07

    Une nouvelle vie pour vous hihi 🙂

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:36

      oh oui! la nouvelle vie en plus belle j’espère !

  15. Répondre Ellya juin 12, 2013 à 8:13

    Bonne route! Paris ne t’oubliera pas et te gardera une place au chaud, au cas où… : )

  16. Répondre yeahyeahgirl juin 12, 2013 à 8:19

    c’est beau ton texte, j’imagine bien écrire ‘je te quitte Aulnay sous Bois’, je crois que je rigolerais bien : je te quitte Aulnay sous Bois, tes murs tagués d’insanités, ton RER puant, tes gens malpolis et tes poufs à tous les coins de rue, je te quitte Aulnay sous Bois, tes maisons hors de prix et tes voitures brûlées, posées là comme des sculptures, je te quitte Aulnay sous Bois, oui je te quitte.

    Enfin bon … c’est pas demain la veille !

  17. Répondre Lace factory juin 12, 2013 à 8:29

    Ohhhh mais tu me fais chialer de bon matin!!! Ca va aller ma belle j’en suis sure. Pkeins de bises qui claquent

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:38

      oh mais non! ne pleure pas. je suis heureuse de partir! je t’embrasse très fort sab!!

  18. Répondre Miss Thelma juin 12, 2013 à 8:35

    ho c’est joli…(comme d’hab’)….
    mais tu vas voir la vie en province c’est pas mal aussi ;o)
    enfin j’imagine que ça tu le sais puisque tu as pris la decision…(bon c’est plus compliqué pour trouver des ramens par contre ;o) )

    bonne route a toi et a ta petite famille!

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:40

      je crois que pour es ramens, à part apprendre à les faire moi même, va falloir que je prenne le TGV !!!

  19. Répondre marjoetcie juin 12, 2013 à 8:45

    c’est pas sympa, vraiment pas sympa Camille.
    Je me suis levée ce matin, j’ai mon petit check des blogs chouchou avant d’aller sous la douche.
    et bim ton post.
    tu quittes paris et moi c’est pile dans une semaine.
    tout ce que tu dis je le ressens et ressasse.
    et ben du coup je suis allée pleurer en cachette, sous ma douche.
    je voudrais pas qu’il pense que je suis pas heureuse de notre choix mais put…. c’est dur.

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:41

      oui c’est dur, même si c’est pour du mieux, même si on l’a choisi, c’est vraiment dur. souhaitons nous du courage. et regardons devant! ça va être chouette!!

    • Répondre marjoetcie juin 20, 2013 à 7:26

      et bien voilà c’est fait.
      journée très bizarre.
      j’suis dans un état proche de l’ohio.
      mon homme et mon loulou me rejoignent samedi.
      ouf

  20. Répondre Contes Graphiques juin 12, 2013 à 8:52

    C’est très beau, ton texte m’a beaucoup émue et m’a rappelé que moi aussi, un jour, j’ai quitté Paris. Et pourtant, elle est toujours là dans mon coeur, c’est ma référence, ma fierté, mes origines. Et tu verras, tu la retrouveras vite et tu apprécieras tous ces bons côtés avec peut-être, une pointe de nostalgie. Mais de nouvelles aventures t’attendent et ça, c’est magique, c’est l’essence même de nos vies! Belle semaine à vous!!

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:44

      merci pour tes mots, qui moi aussi me touchent. je suis bien d’accord avec toi, lorsque nous reviendrons, nous apprécierons encore plus! j’ai encore des choses à découvrir ici:-)

  21. Répondre julie et ses box juin 12, 2013 à 8:56

    Très joli texte, je comprends ce sentiment, mais depuis que je vis a Toulouse, quand je reviens à Paris, la beauté de cette ville, son bouillonnement, sa folie ne l’emporte plus sur la ville rose. Je me sens protégée à Toulouse et le soleil me fait sourire tous les jours. Je ne te connais pas, mais bon courage, on sent que Paris est pour toi un coffre à souvenirs, tu l’emporteras ailleurs…Et je suppose que tu passeras voir la tour Eiffel de temps en temps qui aura terminé se refaire une beauté !

  22. Répondre Laetitia-HHB juin 12, 2013 à 9:00

    Quelle jolie déclaration…
    Je me suis rendue compte en lisant ton texte que moi aussi je serais triste si je devais quitter Lyon.
    On s’attache à ces lieux hors du commun. Ils façonnent notre existence…
    Bonne route à toi.

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:45

      merci beaucoup! j’espère que notre nouvelle route sera belle!

  23. Répondre Sophie juin 12, 2013 à 9:22

    je suis très émue ( ok ok, j’ai une ma larme) parce que ton texte est si beau et parce que tu pars … je suis une parisienne dans l’âme, j’y suis née, j’y ai habité différents arrondissements , j’y ai fait mes études, eu mes 1 ers amours, fait des fêtes, Tourné dans mille lieux , découvrant encore de nouveaux …mais les plus belles choses de Paris, se sont aussi les rencontres que j’y ai faites. Va, vis et reviens <3

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:47

      les rencontres… c’est ce que j’ai eu de plus beau ici je crois. des rencontres d’adultes, si belles…

  24. Répondre Anonymous juin 12, 2013 à 10:16

    wahou !
    Bon voyage !

    Paris, parie, parie que je te quitte, que je change de cap, de capitale..

    un texte de Camille également 🙂

    Cecy

  25. Répondre Céleste juin 12, 2013 à 10:54

    Pour ma part, je te préviens, Paname : si tu veux qu’on se sépare, va falloir que tu déménages, parce que moi, je compte bien rester ici…

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:48

      céleste, tu as l’art des commentaires. pour de vrai!

  26. Répondre Toute Petite juin 12, 2013 à 11:46

    Bonne route Camille!

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:26

      merci! j’espère qu’elle sera bonne oui:-)

  27. Répondre Louison juin 12, 2013 à 12:16

    Ohhh! Je reconnaît Paris! Bon sud miss!

  28. Répondre minutedefille juin 12, 2013 à 4:01

    J’ai quitté Bruxelles il y a 5 ans pour me mettre au vert, j’ai fondé une famille et je ne le regrette pas, le bonheur d’élever ses enfants au calme, mais… il y a eu (et il y a encore parfois) un peu de tout ça dans mon départ ! Bonne nouvelle aventure !

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:26

      c’est aussi pour les enfants que nous quittons paris. c’était un projet important pour eux et pour nous. Merci pour ton message:-)

  29. Répondre Olivier - Je suis papa ! juin 12, 2013 à 4:55

    Quel joli texte. Magnifique ! J’adore le rythme et la fluidité de ton écriture. La sensibilité des mots que tu choisis aussi.
    Je suis certain que dans tes yeux, ta future destination sera merveilleuse… 😉

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:24

      je ferais tout pour ça en tout cas. mille merci olivier, pour ton si gentil message.

  30. Répondre Tatafloute juin 12, 2013 à 8:23

    Très belle déclaration…
    Tes mots sont magnifiques…

  31. Répondre Aurore juin 12, 2013 à 8:27

    Magnifique déclaration, je n’ai pas vécu à Paris mais j’aime m’y rendre et ton texte résume bien cette ville si particulière faites de tellement de paradoxes, quelle chance d’avoir pu y vivre…

    Tu devrais écrire, un livre un roman ou autre mais ton écriture est douce et on sent tous les sentiments que tu veux nous transmettre.

    Belle nouvelle vie au sud alors si j’ai bien suivi

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:23

      ton message me touche beaucoup. mille merci et des bisous

  32. Répondre magali juin 12, 2013 à 9:05

    c’est magnifique , touchant et émouvant ! moi aussi il faut que je passe plus souvent chez toi parce que j’adore ! et puis, bienvenue dans le Sud !

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:23

      c’est un plaisir de te lire ne tout cas! repasse autant que tu veux!

  33. Répondre Le Chat juin 12, 2013 à 9:14

    tu sais que tu écris superbement bien ?

    • Répondre Camille juin 12, 2013 à 9:21

      j’écris avec le coeur. je suis heureus eque ça te plaise. des bisous!

  34. Répondre Eve juin 12, 2013 à 9:39

    Toi même tu le sais…

  35. Répondre EMILIE BARBAULT-NIZIER juin 13, 2013 à 7:25

    Coucou ma Camille ! Je n’en reviens toujours pas que tu quittes Paris. Mais comme je te comprends. Ça fait maintenant deux mois que nous avons quitté Paris pour Toulouse, et on est heureux comme jamais !! Pourtant Jean-François et moi sommes des parisiens de pure souche. Mais pour Aurore c’est vraiment ce qu’il y a de mieux. Elle va grandir dans une maison, avoir un jardin, des animaux. Et ça n’a pas de prix. Tu verras d’ici un mois ou deux tu te diras, mais pourquoi on l’a pas fait plus tôt 🙂 Plein de bisous à vous quatre et je veux voir des photos de la maison !!

  36. Répondre Charlie&June juin 13, 2013 à 8:57

    Putain de bordel de bite de poney c’que c’est beau c’que t’écris! Je t’embrasse et j’ai hâte que tu arrives.

  37. Répondre Charlie&June juin 13, 2013 à 8:57

    Putain de bordel de bite de poney c’que c’est beau c’que t’écris! Je t’embrasse et j’ai hâte que tu arrives.

  38. Répondre Charlie&June juin 13, 2013 à 8:57

    Putain de bordel de bite de poney c’que c’est beau c’que t’écris! Je t’embrasse et j’ai hâte que tu arrives.

  39. Répondre Anonymous juin 13, 2013 à 4:24

    Camille quitte Paris, cela me fait penser à très belle chanson de… Camille ! http://www.dailymotion.com/video/xd09j3_camille-paris_music
    C’est un nouveau départ, bon courage.

  40. Répondre Anouchka juin 13, 2013 à 7:13

    Je t’aime Camille… voilà c’est dit! On descend en Ardèche le 6 juillet, Nimes, c’est tout à côté, et moi je t’envie, je rêve de vivre dans ce coin là…
    Je t’embrasse ma douce!

  41. Répondre fanny mcpb juin 13, 2013 à 9:03

    Oh je vois que tu t’installes à Nîmes, toute ma famille est là bas, alors je connais “un peu” 😉 ! Un gros gros changement alors dans le rythme de vie !

  42. Répondre julia juin 13, 2013 à 10:29

    quel beau texte punaise… touchant ! je te souhaite un bonheur tout plein dans le Sud ! tu verra le Sud c’est le top ! Tes enfants vont être heureux ! Il y a la plage !!!! Bienvenue chez nous ! On pourra peut être se rencontrer ! bises

  43. Répondre morgane frimane juin 13, 2013 à 11:13

    c’est très émouvant Camille. Je crois que j’ai pleuré un peu.

  44. Répondre elsa juin 14, 2013 à 9:25

    ce texte me touche beaucoup
    j’ai quitté Paris il y a 3 ans, je ne m’en suis pas remise. Paris qui a vu naître mes enfants, que je ne pensais jamais quitter!! je ne me voyais pas vivre ailleurs…
    son énergie, ses rencontres, sa magie, sa danse… je voudrais tant faire le chemin en sens inverse
    belle vie dans le Sud alors

  45. Répondre rouflaquette juin 14, 2013 à 10:02

    Ce texte il m’a happée. Il a résonné, il s’est ancré.
    Tout Paris est là.
    C’est comme ça aussi que je l’ai vécu, que je le vis….et pourtant…, pourtant je suis du sud et même de Nîmes.
    Je n’y suis plus et parfois j’y suis encore.
    je connais très bien les deux, j’aime les deux…
    Je ne sais pas si tu mesures à quel point ça va être trèèèèès différent, parfois décevant (on peut discuter de l’ouverture d’esprit du coin si tu veux…;-) MAIS….
    -tu prendras l’habitude de reconnaitre très tôt dans la saison le vol et les cris des martinets dans le ciel bleu franc qui t’annonceront que les beaux (les vrais!) jours arrivent
    -tu goûteras de repas à rallonge dehors l’été jusqu’à très tard et toujours en t shirt
    – tu entreras dans la religion de l’apéro en terrasse
    – tu sera étourdie par les marchés bigarrés, des vendeurs charmeurs
    – tu t’étonneras du patois local que tu devras décoder…et les moqueries liées parce que vous serez des “parigots/tête de veau”!;-)
    -tu découvriras très tôt et tard dans la saison la mer, plate, calme, chaude
    – tu seras interloquée peut-être par le couvre feu l’hiver dans les rues des 20 h00 grand max, par le manque de boutiques sympas, par l’éventail tout petit de propositions culturelles
    – tu regarderas l hiver avec le ciel toujours aussi bleu et souvent le soleil encore,
    – tu pesteras contre le mistral….3/6/9
    – tu notera que les cigales peuvent chanter très fort. très longtemps. et très tôt.
    – tu t’ amuseras de la pétanque des pépés au jardins de la fontaine( les écouter!!)

    bref….tant de découvertes et de richesses pour les enfants, la dolce vita même si le temps d’acclimatation, passé la découverte pure des premiers temps n’est pas négligeable
    QUand je pars du sud c’est un déchirement et quand je pars de Paris je me dis que ça va être long…je suis plus de là bas mais pas vraiment d’ici.
    je vous souhaite une belle découverte, une chouette expérience et une belle vie au soleil.
    nb: je suis là si tu veux des infos++++;-)

  46. Répondre Anonymous juin 15, 2013 à 7:47

    C’est beau, c’est doux… Partie pour le Languedoc, moi aussi, il y a un an et demi, pas par choix, de mon côté, mais parce que Paris devenait hostile aux petits porte-monnaies d’intermiteuse.
    Un an et demi de larmoiements et de désespérance à se heurter aux portes fermées et aux petits esprits des gens d’ici, seule avec la mer dans un appartement trop grand, seule terrée de terreur, à force, car l’accueil au fond fut aussi froid que le soleil chaud.
    Remonter tous les we, en pleurant dans le train du retour.
    Puis un we sur deux.
    Et puis de moins en moins.
    Et puis te lire, se rendre compte petits à petits pas du chemin parcouru, et s’ébahir, le sourire aux larmes, que non, rien de rien, non, je ne regrette rien…
    Comme tu n’es pas seule, tout sera bien moins dur : on ne se connaît pas, mais je t’envoie de la confiance, beaucoup, et de l’espoir très sûr, pour les moments foirés qui pourraient arriver !
    Hélène

    • Répondre Camille juin 16, 2013 à 11:19

      merci beaucoup hélène poir tes mots. j’espère que tu te sens bien maintenant. ce n’est pas évident de se créer des racines. les miennes sont là bas, à Nîmes, alors je pars les retrouver.

  47. Répondre toupie juin 18, 2013 à 3:14

    Ah Camille, une fois plus, tu m’as hérissé les poils 😉 Ta note est si … vraie, remplie d’émotion, … J’aurais tellement aimé l’écrire et partir aussi, je sature tellement avec Paris. Mais, grâce à ta note, je me remémore ce que j’ai tant aimé à Paris, et que j’avais tendance à avoir oublié. En tout cas, même si on se connait encore peu, tu me manques déjà car j’aime vraiment ta personnalité haute en couleur, tes coups de gueule et tes coups de coeur, ta façon d’être entière et de te rassasier de la vie ! Ton énergie va beaucoup me manquer …

  48. Répondre Zaza juin 24, 2013 à 5:49

    Bonjour Camille !
    Il est tôt pour un lundi mais bon, voilà, j’ai découvert ton blog récemment (il y a deux jours pour tout te dire) en sautant de compte IG en compte IG. Et j’ai tout lu ! Oui, j’ai lu tous tes billets. Tes joies, tes rires, tes coups de gueule, tes émotions… Et wooowwwwwwwwwwwww !! Et puis il y a ce billet qui m’a touché en plein cœur parce que tu as su mettre des mots sur quelque chose que j’ai ressenti la semaine dernière. J’ai vécu à Paris pendant 7 ans et j’en suis partie il y a 3 ans et je n’y étais retournée qu’une fois depuis : nouvelle vie à trois, pas vraiment envie… Et puis ce week-end, il y a 8 jours… un concert d’un groupe de ma jeunesse, l’occasion était belle. En arrivant à Montparnasse, j’ai senti cette bouffée hilarante, enivrante de Paris. J’ai d’ailleurs envoyé un SMS à mon Brun lui disant que j’étais bien arrivée. Immédiatement suivi d’un autre lui disant “j’avais oublié TOUT ça” avec un tout en majuscules lourd de sens. Et lui de me répondre “nostalgique ?” et ma réponse : “oui, je crois… un peu”. C’est court un week-end mais j’en ai profité. J’ai pris mon shoot de Paris (d’ailleurs, je crois que j’ai du mal à m’en remettre, je ne suis que fatigue depuis mon retour à la maison) et je crois que j’en avais besoin même si mon chez-moi-depuis-trois-ans me plaît énormément. J’avais besoin de cet “anonymat” (je ne suis pas une star, hein ! mdr Mais ne pas être dévisagée de la tête aux pieds parce que je suis noire, punaise, ça fait du bien), de l’odeur du métro, de cette marée humaine et bigarrée, de revoir cette ville aux bras toujours ouverts. Sept ans, ce n’est pas grand chose quand je lis un commentaire d’une de tes lectrices qui dit y vivre depuis 39 ans mais finalement, j’ai l’impression que peu importe le nombre d’années qu’on y reste, on est marqués pour longtemps, pour toujours (?)
    Je te souhaite, je VOUS souhaite le meilleur dans cette nouvelle vie qui s’offre à vous, une place à trouver, un quotidien à construire, des rêves à concrétiser…
    Au plaisir de lire, encore et encore.
    Bonne journée !

Laisser un commentaire