juin 17, 2014

SOUVIENS TOI // LE BAC PHILO

Uncategorized
.

bac1 bac2

Hier je suis passée en voiture devant le bahut où j’ai passé mon bac. Je les ai bien tous regardés les jeunes. Avec une clope au bec, le téléphone dans une main, la convoque et la carte d’identité dans l’autre. l’air un peu hagard mais souriants.

Et inévitablement je me suis vue. Avec ma robe bleu marine, ma mère qui s’était garée à deux rues. J’étais dans une bulle ce jour là. Complètement fermée à tout ce qui se passait au dehors. ma mère ne m’a pas dit un mot de tout le trajet. Elle avait du sentir la trouille qui me collait au ventre.

Parfois je suis nostalgique du temps de mes études. Du temps de l’insouciance, des soutiens gorges rembourrés et des grandes rigolades.

Mais je ne suis pas nostalgique de cette semaine là. La semaine du bac. Cette semaine suspendue entre deux mondes. Du plus loin que je me souvienne, je n’ai jamais été aussi anxieuse et terrorisée. Less oraux me paraissaient des montagnes, je pensais avoir tout oublié de ce que j’avais appris dans l’année. J’avais préparé une tenue pour chaque jour. Chaque jour une robe d’une couleur différente. Histoire de me mettre du baume au coeur, ou du coeur à l’ouvrage qui sait.

Ce lundi là j’ai réalisé que j’avais bien plus pensé aux yeux de ce garçon, qu’aux mitochondries et au choix de Sophie. J’étais une tueuse au tarot. Plus facile à l’époque de faire un bon coup aux cartes que d’analyser une parabole. Avec le recul et même si à l’époque je m’en défendais, j’ai quand même bien glandouillé cette année là.

Lorsque j’ai découvert le sujet de philo, lors des toutes premières minutes, j’ai respiré longuement dix fois. De grandes et profondes respirations. Et tout est revenu… La passion, la raison, Kant, Hegel, Descartes. Thèse, anti thèse, synthèse. Tout s’est remis en place. Tout a fonctionné correctement.

J’ai eu le bac sans trop me fouler. Juste juste alors que j’aurais pu faire bien mieux. Mon diplôme doit être planqué dans un carton au fond de la cave. Ou je ne sais où.

Ce matin il faisait chaud comme ce jour là. Les lauriers étaient en fleurs comme avant.

J’ai filé le coeur léger cette fois et j’ai souri dans ma voiture, juste en repensant à mon soutien gorge rembourré, ma convoque et ma petite robe bleu marine.

***En photo rien à voir, juste la Violette aux escaliers***

Je vous embrasse.

Article précédent Article suivant

Lire encore...

13 commentaires

  1. Répondre Aurélie toute petite juin 17, 2014 à 5:43

    C’est vrai que ça donne des émotions le bac… je me souviens d’un mélange de stress et de confiance (dans mon lycée on avait fait 3 bacs blancs et 4h de DS toutes les semaines, ça aide), avec une espèce de “bon maintenant il faut y aller, plus rien à perdre”. On passait les écrits dans un lycée à côté du notre, j’y suis allée à pied avec mon amoureux, après avoir vérifié mon sac 15 fois et respiré un grand coup. Ca fait longtemps que je n’y avais pas repensé, c’est drole de se replonger dans ces souvenirs, je suis presque nostalgique!

  2. Répondre Musurinsta juin 17, 2014 à 6:10

    J’adore me souvenir de cette semaine unique, parce que j’avais moi aussi passé mon lycée à glandouiller, ou plutôt à découvrir la vie façon “carpe diem”, ce que je ne regrette pas c’était si fort en émotions! Mais face à l’épreuve j’en ai découverte une exceptionnelle, celle de me sentir pousser des ailes et j’ai tout déchiré ^^ INOUBLIABLE 🙂

  3. Répondre Jolisvoyages juin 17, 2014 à 7:19

    Génial ce retour dans le passé ! Tiens je vais te raconter le mien ! 🙂 Souvenirs !!

  4. Répondre Le bac de philo | Jolis voyages juin 17, 2014 à 8:59

    […] Sur une belle idée de Rita Le Chat à lire ici. […]

  5. Répondre La tambouille de bouille juin 17, 2014 à 9:13

    Chaque année depuis le BAC j’ai un pincement au coeur!
    Je me revois aussi, j’étais stréssée … l’angoisse ah ah ah

  6. Répondre sweetmillie juin 18, 2014 à 9:05

    joli souvenir… merci de le partager.
    Moi, je ne me souviens jamais de quand a lieu le Bac. Je dois dire que cette période ne m’a pas traumatisé outre mesure. Mais celui de mon grand me fera surement stresser et regarder les bacheliers autrement dans quelques années.

  7. Répondre La vie en Tisanie juin 18, 2014 à 9:34

    un très joli billet rempli de nostalgie!
    je me souviens bien aussi de mon épreuve de philo….la salle où nous étions, les feuilles de brouillon roses, bleues, vertes. eT cet en-tête à remplir! Et quand les sujets arrivent, enfin…
    pour moi, c’était une période vraiment heureuse, je suis très émue d’y repenser aujourd’hui. Merci!

    • Répondre Jolisvoyages juin 18, 2014 à 7:28

      ah oui les feuilles de brouillon bleues, vertes ou roses !!

  8. Répondre aude juin 18, 2014 à 11:29

    ah ce fameux bac, il nous a tant stressé!!!!!!!!!!! souvenir, souvenir!!!!!!!!!
    Ma vie étudiante, je la regrette parfois quand je suis à bout avec les enfants mais ça ne dure que qq minutes car mes bouilles de fripouille me rendent si heureuse!!!!!!!

  9. Répondre morgane frimane juin 19, 2014 à 11:54

    jolis souvenirs…
    je me dis souvent que j’aurais pu faire mieux moi aussi. Mais pourquoi ? pour m’ennuyer encore plus qu’aujourd’hui dans un travail “sérieux” ?

  10. Répondre Clairette juin 25, 2014 à 12:15

    “La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ?” 14 /20 an A2, (Oh Pardon terminale L), super coef.
    La philo a sauvé mon Bac car je ne foutais rien. Je me souviens comme si c’était hier,…

  11. Répondre Le bac de philo | Hibou Magique avril 1, 2015 à 11:23

    […] Sur une belle idée de Rita Le Chat à lire ici. […]

Laisser un commentaire