février 20, 2014

LA MÈRE ENFANT

J'ÉCRIS
.

la mère enfant

J’ai longtemps eu l’apparence d’une adolescente. Pas très grande, avec mon étrenelle queue de cheval. Les joues rondes et les mains potelées.

Lorsque  Sacha est arrivé j’étais encore une enfant. Je regardais ce poupon si joli en me disant, et donc? il fait que je m’en occupe…

J’avais beaucoup de mal à me projeter dans l’image que j’avait d’être mère. Je me sentais illégitime, trop encore dans l’enfance.

Sacha me voyais partir au travail en converse, toujours en jeans. Et lorsqu’il venait sur les plateaux c’était pour me voir rire et habiller des comédiens. La musique dans les loges, les photos que je prenais de lui au Polaroïd et les bonbons à la table régie.

Encore maintenant lorsque je le vois si grand je m’étonne. J’ai encore quinze ans. Je fais des caprices, je fais les yeux doux. je pleure pour un rien et lève les yeux au ciel. Je pouffe, je ricane, je minaude, je ne sais pas trop chuchoter.

Comme avant. Comme toujours.

J’ai encore quinze ans et lui me rattrape.

C’est avec la naissance de Violette que l’image s’est affirmée. Deux enfants à mon bras. deux petites mains dans les miennes.

J’ai avancé en même temps qu’eux.

Plus mature, plus sereine, plus réfléchie aussi surement.

Je n’ai pourtant jamais été la maman copine. J’ai toujours mis la distance raisonnable entre eux et moi, pour qu’ils puissent se construire sans contradiction.

Mais il y a toujours cette partie de moi un peu folle, celle qui ressort, celle qui galope pour revenir.

« On joue à quoi maman? » «  On joue à regarder le jardin comme si on le découvrait. »

«  Tu regardes quoi maman? » «  Les fourmis mon coeur, elles essaient de porter ce bout de pain tu vois? »

Une enfant. Devenue mère. Une toute jeune fille qui s’est très vite aperçut qu’elle avait besoin de ses deux là pour pousser elle aussi.

Il y a entre eux et moi, des non, des cadrages, des mises aux point et des redirections. Et surtout il y a mes yeux silencieux qu’ils connaissent bien et qui les guident.

Et il y a aussi tant de rires, de danses folles, de bataille d’oreillers et de silences qui nous construisent.

Et les mots toujours. Les mots qui dansent entre nous. Les bons, au bon moment, placés avec malice. J’aime mettre des fleurs dans leur vocabulaire. J’aime les taquiner, j’aime développer le second degrés de leur humour tout jeune.

J’ai gardé mes yeux d’enfants.

En tout cas j’essaie. Et je m’aperçois que lorsque je tente de vouloir ressembler à une mère sérieuse, je n’y arrive pas bien. Ou pas longtemps.

Une mère enfant, Une mère avec des enfants. Leur mère à eux.

Je vous embrasse fort, à vite.

 

Article précédent Article suivant

Lire encore...

24 commentaires

  1. Répondre Eve février 20, 2014 à 10:29

    Je crois que c’est ce côté là qui m’a plus chez toi en fait, ce côté foufou que j’ai aussi. Je me souviendrais toujours de cette scène à la dinette le jour de la vente, j’étais avec les 2 Sophie que je connaissais à peine et toi tu arrives en ouvrant la porte en grand et en criant comme une follase !!!
    Je me suis dis au fond de moi…je la kiffe cette nana !!!

  2. Répondre ritalechat février 20, 2014 à 10:39

    hihihi j’avais beuglé « bonjour paris » comme l’aurait Madonna en concert au stade de France je crois:-)

    • Répondre Eve février 20, 2014 à 10:40

      ah oui possible que c’était ça !!! 🙂

  3. Répondre Emiliesanschichi février 20, 2014 à 11:15

    Ton article me parle beaucoup! Moi aussi je fais jeune:) on me donne souvent un 20ene d’années! Pourtant je suis là avec mes 3 enfants et je suis sûre que dans la rue les gens se demandent si les 3 sont les miens!!! Et puis parfois je me retourne et je me dis waouh ils sont à moi ces enfants là:)

    • Répondre ritalechat février 20, 2014 à 11:39

      Pendant longtemps quand je me regardais avec sacha dans la rue ça me faisait un peu sursauter… mais là je crois que ça y est j’ai perdu mon visage poupon, et je colle plus à l’image que j’avais d’une maman. ça parait idiot hein ces étiquettes qu’on se colle à soi même! mais bon quand même je continue de faire la follasse:-)

  4. Répondre Pas si godiche février 20, 2014 à 11:42

    Histoire de ne pas faire dans l’originalité je dois avouer que moi aussi je connais ces situations. J’ai 4 enfants et quand je me regarde ou l’on me regarde on voit une na

  5. Répondre Pas si godiche février 20, 2014 à 11:44

    je reprends ggrrr…. une nana de 20 ans. Toujours habillée en jean baskets sweat queue de cheval/chignon mal fait. 2 à 3 fois par an on sonne à ma porte et me demande si mes parents sont là quand j’ouvre. A chaque fois j’ai les boules… Pourtant quand je me balade avec mes 4 gamins j’aime dire « maman » à la place de « je » juste pour clouer le bec aux gens autour de moi qui se demandent si je suis la nounou ou leur grande soeur ! J’ai pourtant 35 ans et je me dit que lorsque j’en aurai 50 je me gausserais !

  6. Répondre madamezazaofmars février 20, 2014 à 1:49

    Moi aussi j’échoue lamentablement quand je veux faire la mère sérieuse et je m’habille toujours comme quand j’avais 16 ans.
    Pourtant, avec trois enfants, j’ai physiquement pris 15 ans en 7 ans, j’exagere a peine.
    Mais tant pis, dans ma tête j’ai toujours 12 ans

    Ah et je te trouve très belle

  7. Répondre sweetmillie février 20, 2014 à 1:51

    jean, Adidas, queue de cheval… les fourmis, les nuages qui passent, regarder les oiseaux et leur inventer des dialogues avec les enfants.. moi aussi j’suis une gamine alors! oups, mais j’ai 35 ans aussi! Damned! Déjà!

  8. Répondre mybrouhaha février 20, 2014 à 2:06

    je crois que ça nous fait cet effet à tous… hier je me regardais dans le miroir de l’ascenceur en allant chez le médecin avec Mona dans le porte bébé… je me disais pfff j’ai l’air d’avoir 15 ans et d’être la baby sitter de Mona… mais c’était juste physique, parce qu’au fond de moi c’est l’inverse, je ne me sens pas si jeune tu vois

  9. Répondre Cailloux Choux ... février 20, 2014 à 2:49

    Quand on s’est revues la dernière fois je me suis dit ah elle a pas changée cette Camille, j’ai vraiment retrouvé cette joie et cette bonne humeur !! La même fofolle qu’au collège et c’est génial !! D’avoir gardé tes 15 ans ne t’empêche pas d’être une excellente maman surtout ne change rien !!!!!

  10. Répondre céline février 20, 2014 à 10:23

    Et c’est ça qui fait toute la différence je crois. J’apprécie de ne pas me sentir encore tout à fait adulte et mes filles aussi je pense. Mes parents me disent souvent qu’à 55 ans ils ne se sentent toujours pas adultes, alors tu vois on a de la marge 😉

  11. Répondre yeahyeahgirl février 20, 2014 à 10:32

    ben voilà c’est ça, moi c’est pareil. je ne serai JAMAIS la copine de Nina et pourtant je fais la folle quand elle est bien lunée, on fait les nouilles mais je ne la laisse pas déborder … mon titi par contre il a du mal à ne pas être copain, quand il joue avec elle il lui laisse tout passer ça me rend dingue. bref on parle pas de ça, moi je t’aime en entier

  12. Répondre Sophie février 20, 2014 à 10:42

    tu es une mère veille ….. c’est tout toi ça ! une image de « fofolle  » avec un coeur tendre et quand même plein de sagesse …. bisous ma douce

  13. Répondre Aurore février 21, 2014 à 11:31

    Je me reconnais tellement avec mes coq sportif aux pieds… Je grandis doucement et ça me va bien, c’est beau ta description elle est si joliment racontée. Cette folie douce te rend attachante et je suis sûre que tes enfants te remercieront pour ces moments de joie et d’ insouciance. Tu m’ émeu car c’est mon ressenti du moment. Merci et bon weekend. Des bises

  14. Répondre Eliabar février 21, 2014 à 6:31

    Que d’amour et d’espièglerie entre ces trois cœurs là !

  15. Répondre bbjuly février 22, 2014 à 12:46

    Ça donne envie de te connaître ☺️

  16. Répondre Beb février 23, 2014 à 10:30

    J’adore ces tourbillons femmes !
    Je crois que j’aurais moi aussi être une femme enfant…mais j’ai longtemps manqué de légèreté….
    Qu’importe maintenant avec mes deux petites chéries, on avance aussi….avec le sourire.

    Merci pour ces jolis mots qui font si souvent chavirer mon cœur !

  17. Répondre Priscille février 23, 2014 à 2:57

    Cela me rassure. Je suis la seule à porter des baskets quand j’accompagne mon petit à l’école. Je me disais que c’est peut être le signe qu’il est temps de grandir. Mais depuis que j’ai une poussette on a arrêté de me m’appeler Mademoiselle…

  18. Répondre babymeetstheworld février 24, 2014 à 10:11

    je suis pareil, je pleure et rigole beaucoup, et beaucoup trop fort, je fais souvent trop la folle et mon copain me prend pour une enfant. Mon fils aussi sans doute vu comme on se marre comme des fous a faire la course à 4 pattes ou à se cacher des monstres sous la couette. J’ai toujours mes longs cheveux d’ado, mes jeans, mes converses et mes sous vêtements en coton blanc. On change pas une équipe qui gagne 🙂 bise

  19. Répondre une poule rousse février 25, 2014 à 10:31

    Cette article me parle également… ça fait un bien fou de lire vos mots.

    • Répondre une poule rousse février 25, 2014 à 10:32

      Cet article me parle également… ça fait un bien fou de lire vos mots.

  20. Répondre sab février 25, 2014 à 9:18

    il est chouette cet article et si (toujours) bien écrit !!!
    je m’aperçois que j’ai loupé plein de jolies choses à lire et la faute à qui à mon ordi qui m’a lâché….
    soucis de batterie pour combien de temps ????
    Vous êtes beaux tous les 3, la famille heureuse joyeuse qui fait envie.
    des bisous

  21. Répondre cora lya (coralie) mars 24, 2014 à 7:22

    coucou j adore ce post et il me fait penser a …moi et ma nature cool et joyeuse eternelle ado mais en vain maman d une petite lya que j eleve seule au mieux possible mais opui grandir avec eux cest tous a fait ca aussi pour nous merci je me permet de partager ce post qui m a toute de suite coller a la peau ♥

Laisser un commentaire