LA PREMIÈRE FOIS

LA PREMIÈRE FOIS

Cet après midi j’ai retrouvé une vidéo sur Face book. Inutile de vous mettre le lien, vous n’y verriez qu’un bébé de dos avec des chaussons marchant dans un couloir en point de Hongrie.

À vous ça ne vous parlerait pas non.

Je travaillais dans un théâtre, dans des loges en sous sol, sans fenêtre où ni le wifi, ni la 4G ne passaient. De temps en temps entre deux changements de costumes ou pendant l’entracte, je remontais à la surface vérifier mon téléphone pour voir si tout allait bien.

Ce soir là, il était peut être dix huit heures, c’était un jour de semaine comme les autres. J’ai rallumé mon téléphone en haut des marches de Bobino et me suis allumé une cigarette. Mon gobelet de café ne devait pas être bien loin.

Mon téléphone a vibré, me signalant de nouveaux SMS. J’ai regardé en priorité celui de mon chéri.

Il n’y avait aucun mot. Juste cette vidéo.

Ma toute petite fille, mon tout petit bébé minuscule marchait pour la première fois.

Dans ma tête en un éclair « j’ai raté ça ». Dans mon cœur un millième de seconde après, une explosion. J’ai regardé cette enfant fière et décidée des dizaines et des dizaines de fois, là debout sur une volée de marches, agrippée à l’écran de mon téléphone. J’ai du me faire violence pour retourner travailler.

Toute la soirée j’ai eu ce grand sourire un peu niais des mères qui ont fabriqué la huitième merveille du monde.

Et ce soir, juste de l’écrire et regarder encore et encore cette vidéo, me colle la même émotion que ce jour gris et lumineux de février.

Elle et ses cheveux courts, ses minuscules chaussons, son petit pantalon que je lui avait tricoté, le bazar du couloir et le parquet qui craque sous ses quatre tout premiers pas.

Elle avait cet air là la mignonne.

Partager

5 commentaires

  1. Seren

    Et moi en lisant ces mots qui pleure doucement en me souvenant à mon tour des premiers pas de ma petite grande, de toutes les premières fois qui m’ont,comme ça, donné l’impression de vivre la plus belle vie qui soit.
    Ce soir ma toute belle dort une fois de plus,seule, dans son lit d’hôpital et elle me manque plus que jamais mais je souris en me souvenant de toutes ces fois, là.
    Merci Rita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>