Conversations du dimanche.

Conversations du dimanche.

conversations2Un dimanche matin presque comme les autres. Nous avons rejoint la petite et moi le grand dans son lit. Ça rigole et ça se chamaille. Ça se caresse les cheveux et ça se raconte les rêves de la nuit. À la faveur d’un rire qui s’évapore doucement, d’un respiration dans une bataille de guilis, je pose une question.

-Sacha ça fait quoi d’avoir une sœur ?

– Parfois c’est fatiguant. Mais j’aime bien m’amuser avec elle. Elle aime jouer, j’en profite. Même si c’est une tricheuse professionnelle. Et puis c’est une maniaque. Elle sait très bien ranger ma chambre.

Et toi Violette, ça te fait quoi d’avoir un frère ?

– Il est plus grand que moi alors il prend toute la place quand on fait un câlin avec toi, mais je suis petite, je sais me faufiler. C’est bien d’avoir un frère, on peut rire quand vous êtes fâchés. Et ce que je préfère c’est quand on est couché, traverser le couloir sur la pointe des pieds et aller dans sa chambre pour rigoler. Tu nous entends jamais hein maman ?

-C’est un peu comme un ami donc, si je comprends bien. Mais qu’est ce qui fait que c’est plus qu’un ami ?

– On dirait pas mais elle me ressemble. Elle aime les blagues comme moi, elle délire pareil, même parfois plus que moi. Et puis un ami ça se perd de vue, une sœur c’est pour toute la vie. Même quand on sera partis de la maison.

– C’est mon frère-ami. C’est un ami sauf que je vis avec lui.

– Violette elle doit pas entendre trop ça parce que les petits ils ne réalisent pas, mais moi on m’a déjà dit : « c’est pas ta sœur, c’est ta demie sœur. » (Violette lui coupe la parole)

-Hé ! Chui pas une demie sœur moi oh !

-Voilà c’est ce que je disais, c’est bizarre ce concept de demie sœur et demi frère. Nous on dit pas ça mais c’est surement parce qu’on vient tous les deux de toi et qu’on vit le plus souvent ensemble.

– Moi j’irai faire mes études dans la même ville que toi Sacha.

– À Montréal ? Mais tu sais où c’est Montréal ? Maman va en claquer si on part tous les deux si loin.

– Ben non je sais pas où c’est, c’est pas grave tu me diras comment venir.

 

Une seule question et leurs petites vies qui déboulent. Une question  et pour moi l’occasion d’en apprendre encore plus sur eux, et pour eux de libérer une parole, d’entendre la douceur d’un mot que le quotidien d’un fratrie englue parfois. Une question et ils se disent le reste.

Bisous mes deux tous doux. Et merci pour cette conversation du dimanche. Et non je n’en claquerai pas de vous voir vous envoler loin, tant que c’est votre choix et que vous êtes heureux mes trésors.

Les photos datent de quelques jours avant notre grand départ dans le sud, il y a bientôt quatre ans maintenant. Je les avais oubliées celles ci!

En bonus, une photo n’importe quoi! Elle fait fait beaucoup rire.

conversations3

Je vous embrasse.

Camille

Partager

12 commentaires

  1. Helena

    C’est touchant cet amour entre eux. Je commence à voir la complicité chez mes 2 petits et j’espère que ca durera toute la vie.
    Tes mots, leurs mots m’ont mis les larmes aux yeux.

  2. AnneAime

    Mes filles ont 7 ans et 8 ans. Elles ont une relation géniale de laquelle je suis un peu étrangère.
    Elles jouent aux soeurs jumelles, elles aiment que les gens les confondent.
    Elles sont pourtant très differentes, elles se complètent.
    Plus tard, elles se voient l’une pâtissière et l’autre fleuriste, pour organiser des mariages.
    Ce qui me plaît, c’est que dans l’avenir, elles se voient ensemble. C’est ma plus grande fierté !

  3. Un instant de bonheur

    Quel article touchant, une conversation si profonde et qui résonne tellement en moi! C’est tout ce que je ressens pour mon grand frère. Je n’envisage même pas la possibilité que Paul soit seul, c’est pour moi essentiel que je lui offre un jour un frère ou une soeur.

  4. Emeline de "petit enfant deviendra grand"

    Une complicité très bien décrite, un amour vraiment touchant entre eux, des réflexions pures, sincères et spontanées!

    Et j’aime aussi cette phrase: « je n’en claquerai pas de vous voir vous envoler loin, tant que c’est votre choix et que vous êtes heureux mes trésors »…
    L’amour d’une maman… ce qui compte le plus: l’épanouissement de ses enfants…

  5. CharlOtte

    Rohh , j’ai versé ma larmichette en lisant leurs mots. C’est si beau cette complicité, cette amour qu’ils ont l’un pour l’autre.
    Chez nous aussi ils s’Aiment avec un grand A : ils ont 17 mois d’écart et ils s’entendent mieux que je n’aurais pu l’imaginer … c’est un plaisir de les observer ensemble chaque jours … Bon we les nîmois.

  6. Maddyg30

    Ici on est 3 Soeurs avec 3 papas différents et pour rien au monde je dirais que ce sont mes demi-soeur même si la vie fait que ma derniere petite soeur qui n’a que 17ans vit aujourd’hui avec son père qui a tiré un trait définitif sur les 20ans qu’on a partagé ensemble… du coup on se voit moins, trop peu elle habite pourtant pas très loin de chez moi mais il a réussit à monter une petite barrière entre nous et rien que pour ça tu n’imagine même pas à quel point je le déteste… mais malgré ça c’est ma petite soeur d’amour et elle pourrait m’appeler au milieu de la nuit pour me faire faire n’importe quoi pour elle. C’est mon sang et pas que la moitié. Bisous à vous

  7. MarieP

    bonjour, bonsoir. Moi aussi mes enfants (mes 2 filles ainées , puis leur petit frère) sont  »demis » frère et soeurs. Mais cela n’a aucun sens pour moi, ils sont frère et soeurs un point c’est tout. Et pour eux, leur ressenti est le meme. Mes filles adorent leur petit frère et l’amoureux de ma grande est un peu le repère masculin pour mon fils qui n’a plus son père. Les liens du sang sont là, qu’il y ait celui de la maman ETdu papa en commun, ou juste celui de la maman OU du papa. Amitiés

  8. yeahyeahgirl

    ce genre d’article me fait un peu culpabiliser mais ne m’ébranle pas, ouf ! Je ne vois que Violette en minouchette (non mais trop choute, Nina avait la même robe), Sacha toujours aussi beau gosse, bref, des valeurs sûres. Alors oui, j’entendrai jamais ce genre de conversation chez moi mais quand je te vois toi, Camille, je me dis qu’un enfant unique peut devenir un adulte merveilleux. C’est ce qui panse ma culpabilité tu sais. Tu es MA référence d’enfant unique.


    1. Post author
      ritalechat

      Tu sais c’est le hasard de la vie qui a mis violette sur mon chemin, moi je n’étais pas partie pour en avoir deux. Donner un frère ou une soeur à sacha n’était pas du tout dans mes projets de départ. On vit très bien enfant unique, ça je peux te le certifier ahaha! (Et puis bordel on ne partage pas l’héritage hihihihi!! je suis affreuse!) Je suis heureuse puissance mille d’avoir ces deux là. De voir que sacha aime sa soeur comme un fou et que leur relation est belle. Sacha aurait sans doute était un autre enfant ans elle, mais pas mieux et pas pire. Juste différent.
      Bisous doux! (Rod aussi est enfant unique tu sais, et c’est un amour d’homme totalement altruiste. nous n’avons PAS DU TOUT souffert ni lui ni moi d’être des enfants uniques!) bisous ma reine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>