mars 20, 2012

J’AI ACCOUCHÉ DANS L’EAU / 1 AN

J'ÉCRIS, KIDS
.



Il y a  366 jours je venais de passer les deux jours les plus longs de ma vie, deux jours au delà du terme de ma grossesse.
C’était un dimanche, Tati A. était restée à la maison depuis le vendredi, histoire d’être là pour Sacha au cas où. Tati A. me regardait du coin de l’oeil, guettait les contractions, me faisait des bouillotes, jouait avec Sacha, rassurait Rod. Et en ce dimanche matin ensoleillé, Tati A. a dit: pffff ma chérie tu n’accoucheras pas aujourd’hui… Et pour cause, j’étais fraîche comme un gardon!


10H00
On est quand même partis à la maternité, juste pour le contrôle à J+2… Rebelotte, c’est la fête de la bandelette, du monito et de l’écho !
J’avais pas enlevé ma petite culotte en taille 46 que je demandais déjà si la salle avec la baignoire était dispo. 
« Non parceque je sais pas si vous avez lu mon dossier mais je veux accoucher dans l’eau hein. Vous l’avez lu HEIN? hein, hein HEIN? »
« Oui oui je l’ai lu, mais pour l’instant la baignoire n’est pas libre, bon de toute façon c’est peut être pas pour aujourd’hui… » 
Je pense que si quelqu’un d’autre m’avait dit que je n’accoucherais pas aujourd’hui, je l’aurais mordu. Fort.
« Rentrez chez vous, faites vous une compote de pomme avec beaucoup de cannelle, du poisson avec beaucoup d’aneth, ça va faire venir les contractions. »

 Je crois qu’elle a compris à ma tête que si elle ne me proposait pas autre chose, c’est elle que j’allais bouffer en compote, avec beaucoup de cannelle !
« Bon sinon je peux faire une petite manip, parfois ça fait venir le travail, c’est un peu douloureux, c’est vous qui voyez »

Ben voilà quand tu veux!
Autant te dire que comme j’avais un peu prévu d’avoir mal dans les prochaines heures, et que j’attendais d’accoucher depuis environ 9 mois et DEUX JOURS… j’ai dis oui, j’ai fais valser le drap de mon ventre, fais sortir Rod qui commençait à sortir de toute façon, et j’ai dit:
« FAIS TA MANIP ! »
Elle n’avait pas remis le drap sur mon auguste bidon que je sentais déjà un changement… ça travaillait ! ENFIN ! « Rendez vous à 14H00 pour voir l’évolution, mangez des pattes et marchez »


Là je te passe le moment où mon parisien de chéri a réussi à presque se paumer en cherchant de l’essence un dimanche de l’autre côté du periph’, je te passe les coquillettes que je n’ai pas pu finir, et le petit mot d’amour que j’ai laissé pour Sacha au cas où je ne rentrais pas à la maison…


14:11 
Retour à la maternité. 
Les contractions commençaient à être bien régulières, mais pas si douloureuses que ça, gérables quoi.
Je retrouve la même sage femme, Linda, un roc, immense, large, des yeux clairs splendides, une costaud, une Violette Rétancourt (pour celles qui ont lu Fred Vargas).
« Heuuu elle est libre la salle de naissance avec la baignoire, non parceq… »
« Oui elle est libre, ne t’inquiète pas, il n’y a personne d’autre en ce moment, je vais pouvoir bien m’occuper de tous les trois »


Là tu vois, j’ai tout de suite compris que cette journée allait être cool, j’avais ma baignoire, et Linda me tutoyait !!! 
Faites péter les contractions maintenant !


Petit tour obligatoire sur la table pour un monito… là je commence à douter, le col est à trois, mais franchement rien d’insupportable niveau douleur.
Je sens un truc pas net, accoucher sans péridurale, ça doit faire plus mal que ça… En tout cas, une chose est sûre, je ne retourne pas chez moi, la baignoire est à juste en face, là à moins de deux mètres, je ne quitterais pas cette salle avant d’avoir mis au monde notre fille !


15:00
La pièce est baignée de soleil, il fait chaud, on rigole avec Rod, on attend…Le monito est sans fil, il m’accompagne dans le bain tiède!
HOURRA j’y suis. Dans l’eau ! Linda explique à Rod comment ça fonctionne, vider l’eau, en rajouter, chaude, froide, tiède, un peu, à ras bord, c’est moi qui décide!
Et là, le pied. Total.
Les contractions? ben ça va, le col suit la route, il fait son boulot, je me dis vaguement que là c’est sur, je ne rentrerais pas chez moi! la baignoire est mon amie.


16:30
je le sais depuis la maternelle: on ne fais pas pipi dans la piscine!
je t’avoue que dans l’état actuel des choses et ne voyant pas de toilettes dans la salle orange où je barbotte, je me pose sérieusement la question de comment soulager ma vessie.
Rien de plus simple me dit on, il suffit de sortir, les toilettes sont dans le couloir…
Ok. Le couloir. là où il y a des gens habillés quoi.
J’ai résolu l’équation, contractions + à poil + traverser le couloir, en me drapant d’un sublime drap d’hosto, Botero ne s’en serait  pas remis!


16:45
Le temps de refaire un bain chaud, je me suis fais un trip je reste debout et je m’appuie sur le lit… j’ai tenue un quart d’heure, là j’avais vraiment mal, pour la première fois.


17:00
Retour dans l’eau, plus chaude cette fois, les contractions étaient lourdes, irradiantes, je savais que chacunes d’entre elles me rapprochaient de la fin, alors je les attendais, et à chaque fois, en les sentant arriver, je prenais plein d’air et je soufflais dans l’eau, en me recroquevillant sur moi même, et en me retournant.
Rod était là, silencieux, avec un tee shirt improbablement vert, lui qui ne porte jamais cette couleur. Il allait passer ses mains sous l’eau froide et venait me rafraîchir le front, les joues, la bouche… Il a ventilé comme un hanneton, entre le lavabo et les bips du monitoring.


18:15
Linda revient nous voir, le col est à 5-6. Elle me propose la péridurale.
« Ah mais non ! je reste là moi ! dans ma baignoire, je veux accoucher dans l’eau pour de vrai (depuis le temps que je vous le dis) ! »
Pas de péridurale donc, mais comme je m’étais préparée à « accepter » les contractions, à les accompagner, je n’ai pas eu peur, rester dans l’eau était plus important que tout, la vue de la table en face de moi, m’a donné la force de gérer la douleur sans anesthésie, et dans ma tête, toujours la même pensée: je suis bien, j’ai mal mais je suis bien, je ne veux pas accoucher allongée.
Je préviens Linda que la douleur me donne des nausées en général, qu’il vaut mieux prévoir un truc au cas où pas loin de moi.
j’avais aussi prévenu Rod qu’il valait mieux qu’il ne me parle pas pendant les contractions, qu’il ne parle pas du tout. Alors il se taisait, mais son silence était bienveillant, son silence m’enveloppait, moi j’étais concentrée comme un bouillon cube, la tête sous l’eau à chaque contraction, en position foetale, mirroir de mon bébé qui faisait son chemin…


18:30
« Si c’est pas finis dans une heure je sors de là et je demande la péridurale ! « 
Revirement de situation ! 
Les contractions sont très rapprochées, ne me laissent que peu de répit, Rod virevolte toujours entre l’eau fraiche et les bips, il me donne une pom’potte, j’ai faim d’un coup! Il revient s’assoir à ma gauche, collé à la baignoire, sa présence près de moi me rassure, je lève mes yeux vers lui, « ça fait mal », il hoche la tête, il ne peut pas savoir à quel point, mais je sais qu’il comprend.


18:40
Linda est attentive, elle me demande ce que je veux faire maintenant, dans quelle position je veux me mettre, elle m’ausculte… 8! hourra, je sais que je vais tenir le coup, ça avance bien. Elle repart en me disant de l’appeler si je sens un changement.


18:42
« Appelle la »
Je panique, j’ai envie de pousser, j’ai la nausée, terriblement, j’ai peur, je pleure presque,je demande qu’on enlève les sangles du monito, je les arrache presque, mais c’est quoi cette sensation bon sang. Linda est revenue au pas de course, avec l’infirmière qui prépare tout, très vite. Linda me prend la main et me regarde droit dans les yeux, « calme toi, tu gères très bien, reconcentre toi, je vide un peu l’eau pour que tu ne mettes plus ta tête dedans »
Je me souviens de ce moment, comme un vent de panique, Rod dit que ça a duré moins de 10 secondes, pour moi ça a duré des heures, cette panique qui m’a submergé tant la sensation proche de l’expulsion a été fulgurante et intense.


18:55
l’eau m’arrive maintenant au milieu du ventre,  je jette toute mes forces pour aider mon bébé, Linda me demande de faire attention à mon périnée, de ne pas y aller trop vite et trop brutalement.
Rod regarde l’eau et me dit, elle a plein de cheveux, ils flottent autour d’elle… elle est presque là…


18:58
Son bras, rouge et potelé, une fossette, un pli. Sa tête dans mon cou,  hirsute. Elle est là, dans mes bras, minuscule et si pleine, si rose, si vivante. Une Vie, une nouvelle vie. 


Je me suis étirée, prolongée, scindée,comme un bille de mercure qui coule pour donner corps à une autre, plus petite.
Rod est tout près de nous, il la regarde, sa merveilleuse fille, sa toute petite première… nous sommes devenus trois dans la salle orange des Bluets et quatre pour la vie.
Linda nous douche toutes les deux, nous sommes propres et nues. 
« Rodolphe enlève ton tee-shirt, il faut réchauffer Violette pendant que je m’occupe de Camille. »
Je crois qu’il n’a pas réalisé ce que Linda lui demandait, mais il a quitté son tee-shirt vert et accueilli son bébé contre sa peau, ramassant maladroitement le cordon qui pendouillait…
Je garde cette rencontre à l’endroit de mon coeur, où je range minutieusement les plus beaux moments de ma vie.


Nous avons regardé l’heure en même temps Rod et moi, il est 18:58, le 20 mars 2011, Violette est née. C’est le premier jour du printemps.
Elle l’attendait sûrement.


Ma Violette, mon amour de fille, ma tendre chérie, ma fleur, merci pour cette naissance, merci d’avoir accepté de naître comme ça.
Joyeux anniversaire mi amore

Article précédent Article suivant

Lire encore...

25 commentaires

  1. Répondre solenne mars 20, 2012 à 8:11

    Ouuaaaahhh!!! Tu m’avais raconté de vive voix cette histoire mais là en te lisant, j’arrive même pas à mettre des mots sur ce que j’ai ressenti, comme si je revivais la naissance de Jules…
    Tu écris tellement bien!!
    Happy 1 year à ta fleur, si belle…
    Milles bisous

  2. Répondre sab mars 20, 2012 à 10:13

    bon anniversaire à ta princesse.

  3. Répondre Opio mars 20, 2012 à 4:12

    Frissons… happy Birthday Violette !

  4. Répondre Anonymous mars 20, 2012 à 4:30

    Ben voilà , je pleure comme une madeleine , superbe récit d’un moment unique ,bravo et qu’est ce que j’aurai aimé vivre ça ! joyeux premier anniversaire violette ! laurie

  5. Répondre isabelle mars 20, 2012 à 7:21

    Quel joli message! ce sont sûrement les plus beaux jours de notre vie et ça personne ne peut nous le prendre! Happy 1 AN petite princesse!
    Bises
    Isabelle

  6. Répondre la poule mars 21, 2012 à 7:03

    comme c’est joliment raconté, Violette sera contente de lire cela dans quelques années. Happy 1 petite fleur !

  7. Répondre sophie mars 21, 2012 à 10:59

    Moi aussi, je pleure en lisant ton récit, très émouvant, très fort, tu écris très bien. On est avec toi dans cette salle de naissance, naissance de ta fille et d’une nouvelle histoire. Ces moments sont gravés dans nos mémoires. Un peu plus d’un mois après,j’ai aussi donné la vie à une petite fille dans cette belle salle… Joyeux anniversaire violette.

  8. Répondre Les Petites Marionnettes mars 22, 2012 à 12:53

    happy 1 Violette!!!!!!!!!!!!!! <3
    Quel joli récit! très émouvant et très bien écrit 🙂
    Et aussi beaucoup de souvenirs et de « sensations » retrouvées pour moi aussi pour la naissance de mes 3 puces dans l’eau aussi… aux Diaconnesses 😉
    biz!

  9. Répondre chester mars 22, 2012 à 8:26

    un moment unique
    douloureux mais magique
    joyeux anniversaire à ta petite

  10. Répondre sandy mars 22, 2012 à 9:12

    Happy one Violette !
    Joli récit !
    J’aurais aimé accouché dans l’eau mais les contractions ont été si douloureuses…

  11. Répondre yeahyeahgirl mars 23, 2012 à 3:30

    PUTAIN j’ai chialé, je te remercie pas, au boulot j’ai tout le temps les yeux rouges à force de lire ce genre d’articles, c’est magnifique, je crois même que c’est une des premières fois que j’ai envie d’avoir aussi mal (chelou), ça m’avait fait pareil quand BleuBird avait raconté son accouchement
    joyeux anniv en retard à ta petite cocotte nageuse !!!

  12. Répondre crottesalors mars 24, 2012 à 3:31

    Joyeux Anniversaire (j’ai honte pour le retard :()

  13. Répondre Eve mars 25, 2012 à 10:45

    Comment aie-je pu passer a côté de ce super post.
    Je me suis revue dans tes mots, moi dans cette même baignoire des bluets il y à bientôt 3 ans.
    Sauf que le col à 2 je hurlait déjà de douleur, moi qui rêvait d’accoucher dans l’eau, qui m’était préparé, qui avait tout fait pour ça..j’ai pas tenue 🙁
    Et pourtant je ne suis pas du genre chochotte, mais clairement c’était pas possible.
    Alors vraiment je suis toute heureuse pour toi, que tu es réussi ce que je n’ai pas pu.
    bravo Camille, t’es une chef !!
    Et un très bon anniversaire à ta puce d’amour
    Bisous

  14. Répondre celine mars 29, 2012 à 9:31

    Whaouuu la boule dans la gorge! Bravo pour ces jolis mots et bravo parce que moi j’ai chouiné un quart d’heure avant l’expulsion pour avoir cette p*** de péridulrale!

  15. Répondre MadameOscar avril 10, 2012 à 1:04

    quel bel accouchement, felicitations

  16. Répondre BUMCAT avril 14, 2012 à 9:48

    Han! Mais c’est dingue, j’ai pas perdu une miette de ton fabuleux accouchement, quel courage! C’est beau.

  17. Répondre Lnounett mai 8, 2012 à 8:26

    Incroyable, je viens de découvrir ton blog grâce à Instagram.
    Ce post m’a particulièrement émue car j’étais le même jour, au même endroit mais dans la pièce d’à coté, la « fameuse » salle à la baignoire étant déjà prise. Linda m’a également beaucoup aidée tout au long de la journée, un vrai ange gardien, mais elle a du me laisser à la fin de son service en me laissant entre de bonnes mains. J’ai accouché 5H30 après toi (sous péridurale) d’un formidable petit garçon.
    Maintenant que je réfléchis j’ai peut être entendu des cris un peu plus important vers 18H45 😉

    voilà je ne pouvais pas ne pas te laisser un petit message.
    Bisous à la jolie Violette et à toi

  18. Répondre Ninapetitspois mai 9, 2012 à 12:56

    waouh! très très très émouvant…

  19. Répondre ADy juin 28, 2013 à 3:52

    Magnifique témoignage ! j’en avais les larmes au yeux tellement c’était beau!
    J’aurai aimé un accouchement comme le tiens, j’ai toujours voulu accoucher dans l’eau, mais la peur de la douleur ! Et puis pas de regret on m’a déclenché car bébé en détresse.
    Je me reposerais surement la question pour le deuxième !
    Pleins de bonheur à toi !

  20. Répondre matinbonheur septembre 10, 2013 à 11:49

    Je la lis maintenant cette naissance et je pleure. Evidemment. Tellement c’est beau. Tellement c’est magique, l’arrivée de ta Violette.

  21. Répondre Marion septembre 11, 2013 à 5:48

    Magnifique… Je rêve d’accoucher dans l’eau, décidément ! Mais pas faisable sur mon île…!
    Une bien jolie naissance pour une bien jolie petite fille.

  22. Répondre aurélie décembre 14, 2014 à 8:15

    oh bein mince j’en pleure! c’est génial!!!!
    ca doit etre une sacré aventure mais pfiouuu ca vaut le coup!!!!
    tellement chouette j’en reviens pas.

    ca n’est pas prévu pour la/le 1er (même si j’y pense beaucoup mais je sais pas si c’est « raisonnable » ou possible pour un premier bébé) mais j’aimerais beaucoup accoucher de cette manière pour le 2eme!! (dit-elle alors qu’elle n’a même pas accoucher du 1er hihi)

  23. Répondre Aline juin 14, 2017 à 6:48

    Bonjour,

    Avez-vous accouché à Paris ?

    Est-ce que je peux vous demander dans quelle maternité ?

    Merci beaucoup !

Laisser un commentaire