octobre 21, 2013

LE GRAND ÉCART

J'ÉCRIS
.

Parfois je suis celle qui explique la germination et le paléolithique. Parfois je suis celle qui dit ça c’est bleu et ça c’est un rond.

J’ai choisi d’avoir des enfants avec une grande différence d’âge. En fait non, ça s’est fait comme ça.
Il y a six ans et demi entre eux. Le temps pour moi de presque tout oublier, des couches, de l’apprentissage du langage, de la propreté, des nuits blanches et des imagiers.
Une partie de moi réapprend tout avec joie et étonnement. L’autre se souvient et a les gestes surs de l’expérience.
 
Je suis une jeune et une grande maman. 
À la table de la cuisine ce soir il y avait un jeu de société qui demande de la réflexion et des gommettes et des feutres. À l’image de ma voix où se mêlent, comptines et récitations de géographie.
 
Un grand et une petite. Une entrée en 6ème et un baccalauréat. Barbapapa et Harry Potter.
 
Et entre les deux, je m’étire, pour donner à chacun ce dont il a besoin. Des moments pour lui, des moments pour elle. Des moments où ils m’aident tous les deux.
J’essaie de leur apprendre à se respecter, à ne pas trop envahir l’espace de l’autre, à jouer un peu ensemble.
Ce n’est pas la partie la plus facile, je dois bien l’avouer.
Moi qui n’ai eu ni frère ni soeur, je me demande toujours si les petites querelles du quotidien sont une sorte de jeux entre eux.
Je m’en inquiète évidement, tout cela m’est si peu familier.
Comme dans un petit laboratoire je les regarde grandir, chercher leur place, s’aimer si fort une minute et celle d’après claquer les portes.
Je suis surprise, je cherche mes mots, je me demande bien sur quoi je vais m’appuyer pour calmer les pleurs ou les rires qui se liguent contre moi.
 
Parce qu’ils sont fort ces deux là, pour sauter sur les lits, pour se cacher et crier “bouh” et me surprendre, pour se blottir sous une couette l’un contre l’autre et se construire des tours de légo.
Ils sont forts pour me rajeunir le coeur aussi.
 
Parfois je suis celle qui coupe la viande, parfois je suis celle qui dit “t’es tu brossé les dents?”
 
Ce n’est pas faute de m’être entrainée enfant, mais il m’aura fallu plus de trente ans pour arriver à le faire. 
Le grand écart !
Article précédent Article suivant

Lire encore...

19 commentaires

  1. Répondre Louison octobre 22, 2013 à 1:09

    Il est génial ton article. La photo, le texte… tout 🙂 Même j’ai la larme presque! bonne nuit!

  2. Répondre madamezazaofmars octobre 22, 2013 à 5:44

    Je suis au moins heureuse d’ etre encore là pour lire tes mots ce matin

  3. Répondre Mère Lacunaire octobre 22, 2013 à 8:06

    Très beau texte, plein d’émotions 😉

  4. Répondre matinbonheur octobre 22, 2013 à 8:22

    Joli joli. Je m’interroge aussi moi qui ne connait pas non plus ce lien frère et sœur et que je découvre avec eux. Ils n’ont que peu d’écart mais finalement les questions sont à peu près les mêmes 😉

  5. Répondre debobrico octobre 22, 2013 à 9:17

    J’ai 6 ans et demi d’écart avec ma petite soeur… et je crois que nous sommes les soeurs les plus proches et les plus complices que je connaisse. Bien sur je l’ai detesté, puis adoré, voulu la rendre, et ne plus m’imaginé vivre sans elle…

  6. Répondre eve octobre 22, 2013 à 9:42

    2 enfants proches c’est pas simple, mais ce grand écart dont tu parles c’est pas évident je comprends, ton cerveau qui doit jongler sans cesse, c’est clair c’est sport !!
    Moi je fais du marathon toi du ping pong 😉

  7. Répondre Anaïs la Bricoleuse octobre 22, 2013 à 10:04

    Pour avoir connu le lien soeur/frères, je peux te dire que oui c’est normal!
    Avec une grande différence d’âge d’autant plus… et une différence sexuée + encore!
    J’ai 5 ans d’écart avec mon premier frère et 7 avec le second. J’ai vécu 5 années de fille unique et ça compte quand même énormément. Quand on était petit, on pouvait à la fois se courir après avec des cuillères en bois et à la fois partager mon lit pour chasser les cauchemars. On pouvait se haïr et s’aimer presque dans le même temps. Aujourd’hui encore la relation n’est pas simple. Un grand écart, ça c’est sûr.
    Je sais au fond de moi que j’aime mes frères mais je sais aussi que je ne sais pas trop le montrer… Parfois je trouve ça si dommage. Mais j’ai l’impression que chez toi, l’amour, ça ne manque pas!
    Bisous et courage pour cette gym si accrobatique

  8. Répondre Coralie De Boever octobre 22, 2013 à 10:20

    Ici aussi, avec 4 ans d’écart, je vois tout à fait de quoi tu parles! Et je me dis bien souvent avec regret et culpabilité que je n’insuffle certainement pas la même dynamique à Oscar qu’à Clem au même âge…! Je lis moins d’histoires, je fais moins de tour en cubes, je chante moins de comptines, faute au temps et à la fatigue… Et une vie bien remplie et évidemment moins centrée sur un seul enfant…

  9. Répondre lesideesded octobre 22, 2013 à 11:12

    beau texte ! mes parents ont mis 10 ans et demi d’écart entre mon petit frère et moi… Nous sommes comme deux enfants uniques, finalement MAIS même si ça n’a pas toujours été évident pour lui et moi de créer un lien fraternel (avec du recul, c’était plus un lien parent/enfant que nous avions), aujourd’hui on a une belle relation. Il a failli nous quitter lors d’un grave accident, cela a renforcé le tout, bien évidemment. Mais je le considère un peu comme mon fils, je dois avouer ^^

  10. Répondre bliss cocotte octobre 22, 2013 à 11:22

    Un bel article une fois de plus…
    Je me reconnais dans ce que tu décris, mon frère à 6 ans de plus que moi…
    Et si je ne voulais pas 12 enfants, je reproduirais le même écart d’age pour les miens.

  11. Répondre sab octobre 22, 2013 à 11:31

    Bravo !!
    le grand écart n’a aucune importance…. tant que l’amour est là pour eux et eux pour toi. Moi le grand écart je le connais si bien !!!

    Bise Camille, je me régale à chaque nouveau billet même si c’est dernier temps je ne commente pas toujours tout le temps.

  12. Répondre sab octobre 22, 2013 à 11:33

    “si ces derniers temps”…. bouh la faute ! mais est-ce grave ?

  13. Répondre the blue school octobre 22, 2013 à 11:54

    je rejoins Eve, mais je me dis qu’il n’y a pas de schéma type, chaque étape avec les enfants quoiqu’il arrive reste un challenge! J’espère sinon que vous allez mieux… des bises!

  14. Répondre Babidji octobre 22, 2013 à 11:59

    super post ! nous c’est plus rapproché seulement 3 ans d’écart mais j’ai aussi l’impression de le faire ce grand écart parfois !

  15. Répondre Les Petites Marionnettes octobre 22, 2013 à 12:28

    grand écart pour toi, jonglerie ici… aucune importance, on fait comme on peut et au mieux 😉 De toute façon avec des gosses, aucun schéma n’est simple 😉 Bises

  16. Répondre Lace factory octobre 22, 2013 à 1:42

    Ton post ne peut que me parler étant donné que les miens ont 5 ans et demi d’écart. IL est clair que je suis différentes avec chacun d’eux mais en même temps ils sont si différents. On étaient beaucoup sur Elyes petit et finalement il a pas mal de craintes, alors que l’on laisse Ella un peu vivre sa vie et elle avance à une vitesse folle, courageuse téméraire. Quoiqu’il en soit se sera toujorus fatiguant et on se posera toujours un milliard de questions 🙂

  17. Répondre vanessa octobre 22, 2013 à 9:01

    Quelle belle image et leçon de vie Camille
    Bises

  18. Répondre Cloclo octobre 22, 2013 à 10:25

    Ne t’inquiète pas, rien qu’en voyant tes enfants en photo, on voit la complicité qu’il y a entre eux 2 !

  19. Répondre Sophie octobre 23, 2013 à 4:25

    quel bel article encore une fois, …. une grande danseuse ma Camille , le grand écart ….whaou !!! quels que soient tes pas de danses, tu es une super maman . gros bisous

Laisser un commentaire