février 3, 2015

LES DECEPTIONS. ET PUIS GRANDIR.

Uncategorized
.

les deceptions2les deceptions3 les deceptions5 les deceptions7les deceptions8

J’ai dénoué les petits sacs. J’ai tout remis sur les piles. Les teeshirts manches longues, les pulls et les gants. J’ai remisé le paquet de gâteau et mis la salade de riz au frais. J’ai mis de côté les enveloppes timbrées avec nos adresses.

Je n’avais même pas pleuré. J’ai bien senti quelques larmes me piquer un peu, mais son sourire derrière la vitre les a balayées.

Il était si excité, si heureux de partir à la neige.

Il est parti. On a fait au revoir juste par principe, on est resté un moment à regarder s’éloigner le bus. Lui ne nous regardait déjà plus. Il devait rire avec ses copains, ivre de cette liberté toute neuve.

Et puis la maîtresse a appelé. On rentre, vient le chercher, on a fait demi tour sur l’autoroute, la station est bloquée à cause du très mauvais temps. On ne partira plus.

Pas une seconde j’ai pensé à mon soulagement de ne plus le savoir par moins onze sur une piste enneigée, pas une fois je me suis réjouie de le retrouver si vite. Je n’ai pensé qu’à sa déception.

On s’y connaît lui et moi en gestion de crises, ça faisait longtemps que je n’avais pas eu une si grosse pierre au fond du bide.

Il a pleuré beaucoup, il a pesté, il a ragé. Il a envoyé tout balader. Il est pourtant si raisonnable d’habitude. Si résigné parfois aussi. Mais là c’était de trop. C’était ses vacances de pré ado à faire les cons dans le dortoir, à tourner autour des filles et à compter les gamelles sur la piste bleue.

Je l’ai serré très fort, du plus fort que mon désarrois de mère pouvait serrer. Je lui ai dit combien je le comprenais.

Je lui ai raconté l’histoire des déceptions. Celle qui dit que sans elles on grandirait quand même mais qu’avec elles on grandit encore plus fort.

J’ai séché ses larmes unes à unes, je lui ai promis qu’on essaierait d’aller au moins une journée à la montagne pendant les vacances.

Il a fallu retourner à l’école, ça n’à l’air de rien à le raconter comme ça, mais cet épisode malheureux restera longtemps un bien mauvais souvenir. C’est la vie, parfois les choses ne se déroulent pas comme on l’avait imaginé. Là c’est sa semaine au ski, demain ce sera autre chose. Il n’y a rien de très grave, rien d’irréversible. Juste quelque chose de décevant.

C’est la vie.

Et plus il grandit et plus il l’apprend.

Et puis comme à son habitude après avoir maudit l’univers et ses confins intergalactiques il m’a dit : « Ce qui me ferait plaisir c’est un plateau télé et qu’on regarde La couleur des sentiments ensemble sous les couvertures. »

Tout ce que tu veux mon grand.

Et je lui ai fait des pop corn !

 

Je vous souhaite une belle soirée. À vite!

 

Article précédent Article suivant

Lire encore...

15 commentaires

  1. Répondre matinbonheur février 3, 2015 à 6:12

    Je suis sure qu’il se souviendra le goût du pop corn de ce jour là

  2. Répondre woodyealine février 3, 2015 à 6:13

    Oh mais c’est triste pour lui, ça me fait de la peine aussi. Je me souviens très bien de ma classe de neige, j’espère qu’il pourra y aller l’année prochaine.
    Bon film à tous les 2. Bisous

  3. Répondre Cilou février 3, 2015 à 6:17

    c’est dur les déceptions ça fait mal mais quand on peut les partager avec ceux qu’on aime ça passe avec plus de douceur.
    Des bisous mon grand

  4. Répondre Burnichon Caroline février 3, 2015 à 6:43

    Oh dur dur, moi qui habite “a la neige” je les vois les classes de neige… je te proposerai presque de venir là, tout de suite, maintenant, mais je peux pas accueillir tte la classe et sans les copains /copines ce serait pas la même rigolade!… Bon courage c’est tellement décevant.

  5. Répondre mybrouhaha février 3, 2015 à 6:48

    ohhh pauvre chat…
    c’est drôle, quand tu as parler de la classe de neige l’autre jour, et puis de la boum aussi, je me suis souvenue…
    de ma classe verte en CM1, tout le monde était surexcité, on est parti, la boum était le vendredi. Le mardi frissons, fièvre et mal de gorge affreux. Ma mère est venue me chercher, et j’ai quitté la classe verte à cause d’une angine blanche. J’ai raté la boum, les fous-rires, et j’ai subi le retour des autres, les “c’est dommage, c’était trop bien, et puis machin il a fait ça, han et le soir de la boum tu te rappelles?” j’avais raté tout ce que les autres avaient vécu.
    alors dis bien à ton cha comme je le comprends, et comme je l’embrasse aussi!

  6. Répondre Laura février 3, 2015 à 7:17

    Oh pauvre Chat 🙁 J’ai eu le coeur serré pour lui lorsque tu as posté la photo de retour sur instagram…
    Pas d’autre séjour prévu, plus tard ?
    Bon courage à ton grand, y a des fois où on n’a pas très envie d’être grand et raisonnable…

  7. Répondre adel février 3, 2015 à 7:18

    Le miens devait partir à Paris… mais cette année ça ne sera pas possible.

  8. Répondre Maelstromarir février 3, 2015 à 7:26

    La couleur des sentiments, le Cha = mini mec le plus cool du monde.

  9. Répondre Virginie février 3, 2015 à 9:47

    Pauvre doudou… J’espère qu’il aura vite une nouvelle occasion de faire un voyage de ce genre..

    Je crois beaucoup aux signes… Comme si le fait que quelque chose qui ne se passe pas comme prévu est un fait exprès pour éviter quelque chose de plus grave…Peut-être ca peut te consoler ?

  10. Répondre Sophie février 4, 2015 à 1:59

    ma gorge s’est nouée encore une fois en lisant tes mots …. on ne voudrait jamais voir souffrir son enfant !
    heureusement qu’il y a cette sagesse et cette maturité en lui … et vive le Pop corn . des baisers forts

  11. Répondre Bouille de Gum février 4, 2015 à 8:46

    Très touchant.
    Il a du être tellement déçu le pauvre! Finalement ils ne reportent pas?

  12. Répondre mamievlin février 4, 2015 à 11:14

    Ralala, mais comme tu décris ça bien. Et sa dernière phrase, elle me laisse bouche bée. Il est tellement chou. Juste mater un film à tes côtés maman et ça ira déjà mieux. Moi, je dis bravo, j’aimerais savoir gérer les futures crises aussi bien que ça.. J’espère que vous pourrez allez mater un peu de neige pour compenser sa grande tristesse.

  13. Répondre Cristina février 5, 2015 à 11:10

    ah mince!! quelle poisse! je suis vraiment désolée pour lui, espérons qu’ils pourront organiser un autre voyage avec les copains!

  14. Répondre fils de ritalechat février 7, 2015 à 6:48

    J’étais tellement triste ce jour-là

  15. Répondre la bulle petillante de mitaine février 9, 2015 à 9:17

    ho bichette! tes mots,comme toujours, me touchent profondément!

Laisser un commentaire