Un jardin pour tous

Un jardin pour tous

Un jardin pour tous. Un jardin pour tous. Un jardin pour tous. Un jardin pour tous. Un jardin pour tous. jardin ritalechat

OLYMPUS DIGITAL CAMERA jardin ritalechatIl y a elle, arrivée à deux ans et demis dans ce jardin immense pour son échelle. Elle qui tout de suite s’est approprié les lieux, les moindres recoins jusqu’au plus petit des cailloux. Cette petite me suis comme mon nombre et n’aime rien plus que l’on soit tous au milieu de l’herbe ou les mains dans la terre. La plupart du temps elle est en robe longue avec des bottes de pluie, au milieu de la panisse qui s’accroche à ses cheveux et des graviers plein son petit sac. Je bataille toujours un peu pour qu’elle enfile vite au moins un pantalon avec des manches comme elle dit. Et puis parfois je ne bataille pas. Je la laisse faire ses bouquets pieds nus, les cheveux ébouriffés qui lui caressent les joues. Je la laisse et elle pourrait jouer des heures, à regarder les chats, à ne rien faire de plus que cueillir des pissenlits. Et puis soudain j’entends qu’elle s’exclame, qu’elle rit ou qu’elle hurle. Elle aura sans doute trouvé un papillon, une sauterelle ou une araignée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERAEt puis il y a lui, mon grand intello citadin. Celui qui a connu comme unique terrain de jeux les squares surpeuplés de notre vie parisienne. Le Parc de Sceaux l’aura vu naitre et marcher, Emile Chautempss et celui de la mairie du troisième auront connu ses dimanches flâneurs et ses gouters après l’école. Lui qui rêvait aussi de plus d’espace mais qui n’avait jamais vu un trinquet et des bulbes de sa vie, à part chez Truffaut une fois par an quand ça nous prenait de fleurir notre balcon. Il a fallu y aller doucement avec cet enfant, il n’aime pas trop farfouiller la terre, il n’a jamais d’ailleurs aimé avoir les mains sales mon garçon si précieux. Tout doucement et sans le forcer je l’appelle parfois. « Ça m’aiderait bien si tu ramassais les feuilles… ». Au bout de trois ans et demi c’est la première fois qu’il est resté si longtemps avec nous dehors à jardiner. Oh ne vous méprenez pas, il aime être dehors, c’est un poisson d’été qui dès que la piscine est fonctionnelle plonge et ne ressort que fin septembre quand il commence à faire trop frais…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA jardin ritalechatEnfin il y a nous, un peu trop heureux et parfois étourdis de voir notre citadin un peu farouche et notre fleur coupeuse de youcas former le tableau que nous avions imaginé il y a plusieurs années. Quand a commencé à germer ce joli rêve. Un peu d’herbe sous nos pieds et du travail joyeux tous ensemble.

Notre jardin pour tous, pour les timides, les effrontées, les tenaces et les précieux. Notre endroit un peu fou, un peu sauvage et indomptable. Un endroit à oublier les tracas du quotidien. À nous deux! À nous quatre mon beau jardin de la guarrigue!

Merci pour vos petits mots sur le com-post d’hier (oulala jeu de mot!) Vous me faites très plaisir en me disant que vous vous lancez. Ça me touche beaucoup.

Des bises.

Camille

Partager

7 commentaires

  1. Daphné @ Be Frenchie

    A la naissance de mon grand, on vivait dans une maison de ville avec une cour et un jardin en mouchoir de poche.
    Quand il a commencé à marcher, on s’est éloignés du centre pour avoir enfin un vrai jardin.
    Mais quand l’envie d’un petit dernier s’est faite plus forte, j’ai d’abord construit la maison pour accueillir notre bébé.

    Une maison en pleine garrigue, où on ramasse des arbouses quand l’automne s’installe et guettons les sangliers du haut du clapas. Un coin de nature sauvage pour mon Virgile poète, amoureux de la nature.

    Je suis d’accord, voir grandir ses enfants dans la nature, c’est là le vrai luxe. Je pense que plus tard la ville m’attirera à nouveau mais pour l’instant la vraie vie est là, dans cette garrigue indomptable.

  2. Emeline de "petit enfant deviendra grand"

    J’imagine très bien ce beau tableau… J’aime aussi voir ma fille courir après un chat les cheveux ébouriffés, cueillir des pissenlits et des pâquerettes, toucher des limaces pour « voir ce que ça fait », rentrer les mains pleines de terre à force d’avoir joué dans les cailloux… Un jour peut-être, sûrement même, la ville l’attirera car elle a aussi ses avantages. Mais pour l’instant, je crois qu’elle est heureuse au milieu des champs…

  3. Penat13

    Mes enfants ont toujours eu des jardins mais n’y passent guère de temps. Ils commentent c’est joli ça maman ou il faudrait tondre mais n’y participent pas. Ma fille est pourtant restée des heures bb sous les grands arbres du jardin Et mon grand a usé bon nombre de jeux en tout genre d’extérieur mais ils ne jardinent pas.

  4. Les Petites M

    J’ai fait des petites citadines qui connaissent par coeur le parc de Sceaux… Mais curieusement elles détestent Paris, les transports et les rues bétonnées. Je peux les laisser dans le jardin des heures, elles adorent jouer à la patouille, jardiner avec moi… Je crois que ce sont leurs séjours répétés à chaque vacances à la campagne chez les grand-parents en Beauce ou en Provence qui les ont contaminé et tant mieux!
    Quelle belle idée de couper les piquants du youcca! Je vais soumettre l’idée à beau-papa en Provence….
    Bises
    Marion

  5. fleur

    A regarder toutes les images de couverture de tes derniers post, pas de doute vous en aviez besoin de tout ce « green » ! Veinards, profitez !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>