avril 2, 2015

HAPPY BLUE DAY. JOURNÉE DE SENSIBILISATION À L’AUTISME

Uncategorized
.

J’ai crocheté hier soir à la va vite un cœur bleu.

Un cœur bleu pour l’association Ninoo, pour toutes les autres aussi et pour cette journée de sensibilisation à L’autisme.

Un cœur bleu envoyé au cœur de la France, encore trop immobile et trop frileuse.

L’autisme, j’en parlerais bien mal quand tant d’autres pourraient mieux l’expliquer, mais puisque l’on parle de différences je pourrais vous murmurer les combats, les inquiétudes, les sacrifices, les nuits blanches et les larmes. Mais la joie aussi. L’espoir et l’amour. Les progrès, l’écoute. L’étincelle dans les yeux. L’extra ordinaire.

Pour les parisiens qui souhaitent soutenir Ninoo, ne ratez pas deux rendez vous importants aujourd’hui :

***Happy Blue Day by Ninoo c’est le 2 avril 2015, de 10 à 18h place du Palais Royal à Paris. Distribution de coeurs bleus en laine.

Human Heart, vernissage de l’exposition solidaire participative à 19h30 à l’Espace Beaurepaire (28 rue Beaurepaire 75010 Paris).***

Pour tout le monde, si vous désirez soutenir cette initiative, le mieux à mon sens est de s’informer le plus possible sur l’autisme et plus largement sur le handicap. De poser les bonnes questions lors des réunions parents enseignants. Même en n’étant pas concerné directement, que savons nous de ce qui est mis en place dans les écoles de nos enfants? Y a-t-il suffisamment d’Assistants de vie scolaire? Le handicap est il pris en compte dans cette école? Comment les enfants autistes sont ils accompagnés? Et pour après? pour les adultes, pour leurs parents? Posons nous toutes ces questions. Aujourd’hui et chaque jour ensuite.

Je vous embrasse.

Article précédent Article suivant

Lire encore...

5 commentaires

  1. Répondre Ana avril 2, 2015 à 1:56

    Je crois qu’il y a là une clé : intéressons-nous, informons-nous, formons-nous !
    Mercier pour ces mots.

  2. Répondre anyo avril 2, 2015 à 7:46

    C’est un combat que nous avons tous à mener que l’on soit touchés de près ou de très loin (et pour le handicap en général!)
    Au delà d’un accompagnement scolaire pour l’enfant, il faut aussi accompagner tous les autres à la tolérance et au respect pour que nous puissions tous grandir ensemble!

  3. Répondre Dan avril 2, 2015 à 9:24

    C’est aujourd’hui la journée mondiale de l’autisme. On chiffre le nombre des autistes à 400.000 en France; en réalité ils seraient 650.000. Après avoir longtemps abordé le problème sous l’angle psychiatrique, la priorité est donnée au dépistage le plus précoce, et ensuite à l’insertion de l’enfant autiste dans le système éducatif normal. C’est difficile car les pouvoirs publics en parlent beaucoup et ne font presque rien. Cela reste une maladie mystérieuse. Je renvoie au livre du Dr Jean Pierre MUYARD, spécialiste de la question, ” Pourquoi tombons nous malades” ( en poche). Il cherche à créer un centre près de Carcassonne avec un projet global comprenant un centre d’équithérapie, une école Montésori, et un institut médico-éducatif adapté. Devant la carence des pouvoirs publics, le financement s’oriente vers des capitaux privés par le biais de fondations philanthopiques. Malgré cela, il y a plein d’obstacles de tous ordres.

  4. Répondre Salva avril 2, 2015 à 9:44

    Cela fait vraiment plaisir de voir qu’une jeune femme ayant de beaux et sains enfants, éprouve de la compassion, et tourne son regard et son cœur vers les autres plus défavorisés.

  5. Répondre Coralie avril 5, 2015 à 10:42

    Très joli coeur gonflé d’amour … Des auxiliaires de vie scolaire ? la plupart ne sont pas formés et n’ont pas envie de se former… On accepte l’enfant en classe, mais on appelle la mère tous les jours pour l’accabler de tout ce qui ne va pas,souvent car tout ce qui doit être mis en place ne l’est pas ou mal, mais la mère ne dit rien tellement elle vit dans la crainte qu’on renvoie son enfant de l’école (alors que l’exclusion, le regard de travers, elle ne le connaît déjà tellement bien). On accepte à l’école, mais on ne tient pas compte de la différence, il faut que l’enfant soit comme les autres … Il y a des maîtresses en or aussi, qui essaient de comprendre. Mais aujourd’hui j’ai le coeur lourd parce que malgré l’animateur en plus et totalement dédié à mon enfant, l’école refuse de l’emmener en classe de mer … ça veut dire que mon petit restera là quand ils partiront … cela veut dire que quand ils reviendront, mon petit se sentira encore plus exclu, encore plus différent qu’il ne se sent déjà …

Laisser un commentaire