novembre 26, 2019

La collectionneuse

J'ÉCRIS
.

Les rayons de soleil dans le cou.

Les rayons de soleils sur les façades.

Le parfum de la peau de mon chéri la toute première fois qu’il m’a embrassée.

Les bourgeons très verts qui point dans une terre très noire.

Les sourires gratuits.

Les raies des fesses qui dépassent des pantalons.

La sensation d’être pile au bon endroit au bon moment.

Le ventre qui se serre de désir, d’envie, d’impatience.

Les papilles qui explosent quand je mange du sucre, parfois même c’est un peu douloureux.

Les sourires de mes enfants quand ils s’aperçoivent que je les observe en souriant.

L’odeur du tarmac.

Les petits dessins de Violette dans les pages de mes carnets, les allitérations en L.

Les petits Jésus dans les clémentines.

Les fous rire.

Je suis une petite collectionneuse de moments, de petits rien que je ne garde pas, si ce n’est dans ma mémoire. Jamais je ne laisse filer chacun de ces moments. Au contraire, je les savoure, j’en ris, je les photographie mentalement et je les range dans ma vitrine de collectionneuse de l’éphémère. C’est chouette à voir, parfois ça fait même rire, notamment celle de la raie des fesses qui dépasse mais elle a le mérite de me faire rire. Allez hop une raiduc’ de plus dans ma collec !

Tous ces petits moments impalpables sont mes trésors. Ils sont autant de petits signes que la vie m’envoie parfois, pour me consoler, me faire marrer, pour me rappeler que le quotidien brille souvent pour peu qu’on lui donne sa petite minute de gloire.

Ce matin-là ce rayon de soleil était trop beau pour que je ne l’immortalise pas… Je vous embrasse et je vous souhaite de jolies collections d’impalpables.

Article précédent Article suivant

Lire encore...

9 commentaires

  1. Répondre Cam novembre 26, 2019 à 2:30

    Quel beau texte plein de poésie! J’adore!

  2. Répondre Boudu novembre 26, 2019 à 3:37

    Je fais ça aussi depuis le 23 septembre et je le note dans un carnet. Ça fait un bien fou. Enfin sauf les raiesduc. Bises

  3. Répondre Isabelle novembre 26, 2019 à 3:52

    Jolis mots, jolie chambre 😉

  4. Répondre Anne d'Ardèche novembre 26, 2019 à 9:37

    Oh, moi aussi j’aime arrêter le temps un tout petit instant pour prendre conscience du beau que je vis. Hier, j’ouvre une fenêtre et je vois une tache rouge. C’était un rossignol. On est resté quelques secondes à se regarder. Sans bouger. Et pfffrrtt, il s’est envolé. C’était mon cadeau d’hier.
    Et sinon, Camille, je me prends un franc rire au moins un jour sur deux en te lisant (là, je viens de tomber sur ta gaffe quand tu étais caissière à Monoprix…), tu devrais être reconnue d’utilité pour la santé publique !
    Merci pour tout, tes idées, ta poésie, ta franchise, tes drôleries… Merci !

  5. Répondre Marjolaine Solaro novembre 27, 2019 à 8:01

    Je suis une collectionneuse comme toi, tu le sais… Mais maintenant je ne verrai plus les raiducs du même oeil grâce à toi. Tes photos ont une grâce particulière, tu captes la lumière de manière sublime.

  6. Répondre Solenne novembre 27, 2019 à 9:08

    Je collectionne les lueurs de l’aube, les couleurs de l’automne et celles de l’océan…

  7. Répondre Lisbei novembre 29, 2019 à 2:02

    J’adore … merci !

  8. Répondre Emilie décembre 2, 2019 à 5:14

    Je me sens exactement comme toi, c’est troublant même … attraper au vol un échange de regard complice ou amoureux, la lumière qui transperce les arbres, les moments de grâce où on se sent en apesanteur, juste bien… la beauté des choses. La beauté des gens.
    Ou leur comique ( merci pour la Raiduc’ ça va me faire du profit !)
    Merci encore pour toute cette poésie, pour le partage, pour le goût de la vie

  9. Répondre Lulu La Lucette décembre 6, 2019 à 5:43

    Oh je me retrouve dans tes mots Camille, un temps je les consignais même dans un petit carnet ces trésors du quotidien…
    Belle soirée 🙂

Laisser un commentaire