mars 17, 2020

Le concours de danse de Violette.

KIDS
.

En septembre dernier, la prof de danse de Violette me disait qu’elle présenterait bien Violette au concours régional à Carcassonne en jazz et en classique. Un concours ? Violette ? Ok pour moi mais c’est à elle qu’il faut poser la question.

Pour remettre les choses dans leur contexte, la compétition n’a jamais été quelque chose que j’ai envisagé pour mes enfants. Pour Sacha c’est tombé sous le sens, j’ai très vite compris que ses intérêts dans la vie étaient ailleurs, mais pour Violette j’avais vu poindre ces derniers mois une petite étincelle de guerrière.

Ça n’a pas loupé, lorsqu’elle a vu les variations imposées par la CND (Confédération Nationale de Danse) elle a dit ok pour le Jazz et non pour le classique, la choré de classique ne lui plaisait pas et de mon côté je n’ai pas insisté. J’étais déjà en pleine hallucination que l’on soit embarqué dans un concours, alors deux…

Les entrainements commencent.

Dès le mois d’octobre elle s’est entrainé deux fois par semaine en jazz tout en continuant le classique par ailleurs bien-sûr. La variation de jazz est vraiment chouette, les progrès arrivent vite, on choisit la tenue avec sa prof, elle dit ok pour des macarons… Violette est heureuse de ce concours, elle prend confiance. Ce sera l’une des plus petites qui présentera cette variation. Ça je ne préfère pas trop y penser pour le moment.

On a perdu la tenue !

Les semaines passent et le 29 février approche. Plus que quelques jours. L’avant-veille après le dernier entrainement, je me mets en tête de laver sa tenue. Elle est toujours dans l’entrée dans son sac de danse mais ce soir-là elle est INTROUVABLE. Nous retournons toute la maison, j’envoie Rod au studio de danse au cas où, nous refaisons le film de la dernière fois qu’elle l’a portée… Impossible de remettre la main dessus ! Il se peut que j’aie un peu haussé le ton au moment où j’ai réalisé que j’avais fait attention à cette tenue depuis le mois d’octobre, que j’avais bien galéré à trouver une brassière turquoise et qu’il fallait recommencer un shopping à 48 heures du concours ! OUI il se peut que j’aie accusé la terre entière. Dépitée par tout ça je suis allée faire une sieste et à mon réveil j’ai trouvé Violette et Rod tout sourires et un peu goguenards. Il venaient de remettre la main sur la tenue complète.

Elle était là où JE L’AVAIS MISE… tout au fond de la boite à gant de la voiture. Là où nous avions tous cherché trois fois chacun…Évidemment je vous interdit de dire quoi que ce soit à ce propos ! Non vraiment ça valait trop le coup de beugler sur tout le monde.

Un week end en famille à Carcassonne.

Le dernier week-end de février arrive enfin, nous partons tous les quatre. Nous nous réjouissons de ce mini séjour d’une nuit. Je leur annonce que j’ai loué une suite pour nous quatre, le mot “suite” leur fait un effet de fou, surtout pour Violette qui s’imagine déjà dans un palais médiéval. La chambre est chouette et spacieuse, il y a une piscine dans l’hôtel… on se baigne, on se prépare pour sortir dîner, on profite et contre toute attente on ne stresse pas une miette. Au resto nous retrouvons la petite équipe du Studio de Danse à Nîmes, nous passons un très bon moment à rire tous ensemble… Il est tout juste 22h mais pour les petites danseuses c’est l’heure d’aller dormir, demain c’est le grand jour!

Une nuit pas comme les autres.

En la couchant nous avons trouvé Violette fiévreuse, avec le recul ce n’était qu’une fièvre de stress mais elle a déclenché chez moi un belle angoisse. Je me réveille en pleine nuit, Violette a soif, elle est toujours bouillante… Mon coeur commence à s’emballer et je vérifie sur ma montre connectée le nombre de battements par minute de mon coeur.

GROSSE ERREUR!

Mon coeur bat la chamade, je dégage ma montre et tente de me rendormir tant bien que mal. Le matin arrive déjà et je me rends à l’évidence, j’ai dormi comme une merde et j’angoisse à mort. Bien sûr je ne montre rien, la môme va bien, elle commence à se mettre dans une petite bulle. Je la coiffe, nous prenons le petit dej à l’hôtel et nous filons au théâtre. C’est le jour J.

L’angoisse de l’attente du passage.

Nous rejoignons la copine de Violette qui passe aussi le concours, Natacha leur prof est là, Juste le temps de réajuster une dernière fois ses macarons, de lui autoriser un petit coup de rose à lèvres et nous la laissons à ses profs.

Et on se retrouve, Rodolphe, Sacha et moi comme trois ronds de flans!

Passée la cohue pour acheter nos places pour le théâtre, nous voilà assis à attendre son passage. Le théâtre est de taille moyenne, la scène est immense. Violette passe en 25ème position, nous voyons se succéder les groupes de petits danseurs, c’est chouette à voir… Nous n’avons pas le droit d’applaudir, seulement de bouger les mains en l’air. Sacha et Rodolphe prennent un fou rire silencieux (le plus possible) et surement nerveux. Moi je n’en mène plus très large.

Je jure de ne plus mettre les pieds dans un concours, je dis les pires gros mots, je transpire en priant pour que mon déo ne me lâche pas… La catégorie Jazz de Violette arrive. La numéro 18 est sur scène, une minute vingt de cette musique que je connais par coeur. On agite les bras, le prénom de la prochaine danseuse retentit. N°19, N°20… Je vais crever d’angoisse. Je serre la main de Rodolphe en lui faisant jurer de me ligoter la prochaine fois que je dis ok pour un concours. Lui qui garde toujours son calme, transpire à grosses goûtes. C’est très mauvais signe!!! Sacha a la tête sous son siège et ne gère plus rien.

Nous sommes trois loques, faut pas se mentir.

N°21… On agite les bras mécaniquement… Je m’enfonce dans mon fauteuil. Mon déo va lâcher maintenant c’est sûr.

N°22… Ça s’affole sur watsapp, les copains et mes parents veulent des nouvelles. ELLES N’EST PAS ENCORE PASSÉE BORDEL, je n’en peux plus!

N° 23. Toujours les mains en l’air comme des cons. N°24… Je crois que je vais réellement vomir. Et si elle tombe? Si elle pleure? Est-ce qu’elle a peur? Et si elle oublie tout? Pourquoi je ne suis pas avec elle en ce moment? Peut être qu’elle ne veut plus y aller? Rendez-moi ma gosse purée, je m’en cogne des médailles moi!!

N°25 Violette.

Elle court se mettre en place au milieu de la scène. eElle est minuscule notre enfant avec son petit short noir et sa brassière aux couleurs de ses yeux. Elle danse, elle virevolte, elle sourit et regarde bien devant elle. Dans nos ventres les pierres s’évaporent en une seconde. Nous avons tout l’espace de profiter du fruit de toutes ces semaines d’effort. Déjà les dernières notes de musique raisonnent, le final, ses mains à elle qui éventent l’air en un bel arc de cercle et qui viennent s’ouvrir d’un geste sec et assuré au niveau de ses hanches. Les nôtres qui battent l’air pour lui lancer un bravo joyeux et silencieux. elle court pour sortir…

Nous avons respiré un grand coup! C’était fait.

Le bonheur d’y être parvenue.

Nous avons pris un déjeuner pantagruélique en attendant les résultats. À quatorze heures trente c’était plié: 3ème prix pour Violette, qui – elle le dit elle-même – n’a pas eu la même énergie qu’aux entrainements mais qui a déployé une force incroyable pour se dépasser pour contrer sa timidité. Je suis fière d’elle au delà du réel d’avoir réussi ce challenge là. D’être allée au bout de ce projet du haut de ces presque neuf ans.

Lorsque nous sommes rentré·es à la maison le soir-même elle a eu cette phrase: “Tu sais quand je dansais je n’ai pas eu l’impression que c’était moi, c’est passé si vite, j’ai envie de recommencer tout de suite maman!”

Et bien écoute ma chérie, tu vas juste me laisser le temps de me remettre de mon ulcère et bien-sûr, si tu en as très envie tu y retourneras! (Et je croise les doigts pour que les prochaines fois ne me tordent pas autant le ventre hein!!)

Camille

Article précédent Article suivant

Lire encore...

26 commentaires

  1. Répondre Myriam mars 17, 2020 à 8:33

    Quel beau texte. Et tu nous transmets bien le stress. J’ai tremblé avec vous. Bravo à Violette ♥️

    • Répondre Ritalechat mars 18, 2020 à 7:21

      Merci!! J’ai tremblé à nouveau en écrivant!

  2. Répondre Mon ptit vintage mars 17, 2020 à 10:10

    Trop chouette bravo Violette 👏👏👏❤️
    C’est comme si on y était j’ai adoré !

    • Répondre Ritalechat mars 18, 2020 à 7:20

      Merci pour elle!

      • Répondre Manon mars 18, 2020 à 8:13

        Bravo à Violette, et à toi pour ce très joli texte. J’en ai les larmes aux yeux 😢

  3. Répondre Morgane mars 17, 2020 à 11:10

    Aux dires de mes amies danseuses, la scène rends accro ! (L’une d’elles est d’ailleurs devenue pro et prof c’est pour dire 🤨). Du coup j’ai bien peur que vous ne soyez partie pour tenter de vous habituer aux concours 🙃 !

    • Répondre Ritalechat mars 18, 2020 à 7:19

      C’est ce que mes amies danseuses disent aussi. Là c’est un crève coeur pour elle de ne plus pouvoir le faire. Alors on mets de la musique à la maison et on danse aussi… mais ce n’est pas aussi bien que les cours pour elle.

  4. Répondre Isabelle mars 18, 2020 à 12:15

    Tellement frais et vrai ce texte! J’étais dans la salle avec vous! Bravo à votre jolie Violette pour cette audace, espérant que mes filles pourront vivre de pareils moments!
    Bravo à vous pour ces mots;)

    • Répondre Ritalechat mars 18, 2020 à 7:18

      Je vous le souhaite! Mais avec un bon déo alors!!

  5. Répondre Nathalie mars 18, 2020 à 7:05

    Belle troisième place Violette!! Et tout en te lisant…je pleurais…et mon mari qui me regardait l’air goguenard…pffff, il ne peut pas comprendre… je suis en adéquation avec le ressenti de Violette… bon vent pour les prochains concours !..et merci pour ton texte plus vrai que nature : j’y étais, je vous voyais!…

    • Répondre Ritalechat mars 18, 2020 à 7:18

      Je t’avoue que ça m’arrive souvent d’^ter moquée quand je lis et que je ris ou pleure! Ahaha! Merci pour ton message en tout cas, c’est toujours super agréable d’avoir des commentaires ici.

  6. Répondre Gaële mars 18, 2020 à 8:41

    Merci pour ce joli texte 😊
    Pour ma part, mes 3 garçons ont la compèt dans le sang, comme leur papa, ce qui n’est absolument pas mon cas.
    Pas de stress, d’angoisse (ni d’ulcere 😉) mais parfois une vrai difficulté à amener ces enfants à jouer/pratiquer «pour rien» sans enjeu … On se regarde souvent d’un air entendu avec leur soeur 😉

  7. Répondre Lucie en ville mars 18, 2020 à 9:14

    Bravo pour cette 3ème place Violette ! Moi je n’ai jamais aimé les compétitions, mais je reconnais que ça peut avoir du bon, le désir de se dépasser, la persévérance… et beaucoup de plaisir apparemment (mais ça je ne comprends pas 😉 )
    Je me vois très bien à ta place, j’aurais été au moins aussi angoissée ! mais quel bonheur j’imagine de voir que ses enfants ont une force, une volonté bien à eux ; et pas forcément nos angoisses…

    • Répondre Stéphanie VERON mars 18, 2020 à 9:32

      Bravo a Violette et je te rassure, tu n’es pas seule ! Je suis dans le même état quand mes filles passent ! On est en Aquitaine nous ! Et cette année les 2 ont eu pour la première fois un 1er prix accessible au national ! Tellement fière, tellement de joie et tellement de larmes ! Ça sera surement annulé ou reporté avec ce virus et c’est dommage mais ma fierté reste intacte ! Nos enfants font des choses qu’on aurait jamais osé faire ! Ils m’epatent tellement !

  8. Répondre Lo mars 18, 2020 à 9:21

    Ptite larme !c’est tellement bien présenté

  9. Répondre Lilicanette mars 18, 2020 à 10:58

    Bravo Violette ! Je trouve qu’elle dégage un truc quand elle danse… je ne saurais pas dire quoi mais on sent que c’est fait pour elle.

  10. Répondre Julie mars 18, 2020 à 12:38

    Oh merci pour ce joli article. Je me reconnais tellement dans ton attitude de maman angoissée. Bravo violette pour cette 3eme place et pour cette belle energie

  11. Répondre Emma mars 18, 2020 à 1:04

    bravo Violette ! qu’elle est gracieuse !!!

  12. Répondre Boudu mars 18, 2020 à 6:38

    Bravo violette. Et bravo Camille. Toi aussi tu as gagné un prix de super maman ! Des bises

  13. Répondre Dorothee mars 18, 2020 à 7:38

    Quel magnifique texte une fois encore ! C’est impressionnant que ta fille si timide arrive à se produire aussi jeune seule sur scène. Et bravo à toi d’avoir su l’accompagner. J’ai eu mal au ventre avec toi, pleuré avec toi (je pleure déjà à la remise des médailles esf alors un concours de danse…). Vous pouvez etre fiers (tous les 4) de ce beau moment partagé !

  14. Répondre Jelledanse mars 18, 2020 à 8:10

    Bravo Violette bien sur et surtout.
    Bravo à vous aussi de l’avoir accompagnée dans cette aventure artistique.
    En lisant tes mots j’avais l’impression d’être un rang derrière vous.
    Et je n’ai pu m’empêcher de repenser à mon gala de danse, à peu près le même âge, et à ma mamie chérie qui avait cousu mon costume blanc et avait ajusté mon turban avant l’entrée dans la salle.
    Merci d’avoir raviver ces souvenirs surannés.

    Danser jusqu’à la déchirure
    Danser, même trop, même mal,
    Tenter, sans force et sans armure,
    D’atteindre l’inaccessible étoile

  15. Répondre Sidonie mars 19, 2020 à 10:33

    Que vis photos sont belles, que vos mots sont justes ! J’ai vécu pour la 1ere fois un spectacle de dans de ma 1ere fille en décembre, j’étais déjà en transe, alies je n’imagine même pas pour un concours ! 😂😅 Bravo à Violette pour fettz belle performance et bravo à vous de nous faire passer autant d’émotions ! 😘😘😘😘

  16. Répondre Céline / Shalima mars 20, 2020 à 1:50

    Ah j’adore, ça me rappelle tellement de souvenirs ! Pour moi le pire c’était juste avant le passage et juste avant le résultat ! Je lui en souhaite tout plein, des prochains concours, et tout plein de courage à toi, à vous tous parce que tu sais quoi ? Les suivants ça sera encore du stress, parce qu’il ne disparaît jamais et plus on grandit plus on en est conscient… mais c’est aussi du plaisir, tellement de plaisir et toujours plus de fierté de voir ces petits bouchons sur scène qui ont travaillé dur et qui s’illuminent sous nos yeux ! Félicitations Violette et plein de gros bisous à vous tous !

  17. Répondre Géraldine mars 21, 2020 à 4:58

    ici notre Louna de 14 ans est mordue des concours depuis ses 8 ans !!! Rien à faire, à chaque fois j’ai mal au ventre, je pleure de peur, de joie et de fierté . Elle s’entraine dur, recommence et recommence encore. Elle gagne, perd, recommence et progresse. Quelle exigence, quelle grace, quelle assurance. Nos coeurs de mères sont mis à rude épreuve. A chaque fois je filme flou derrière la buée de mes yeux.
    Et cette année, alors qu’elle était prête pour relever encore une fois un challenge incroyable, que ses profs lui promettaient un premier prix…concours annulé. Alors il me faut aider mon ado à apaiser chagrin et colère.
    Et lorsque la tristesse s’éloigne, je la retrouve à danser dans le jardin.
    L’histoire va continuer !!!!!

  18. Répondre Daw avril 13, 2020 à 3:27

    Bonjour,
    Bravo à votre jolie Violette !

    Très timide et sensible, la danse m’a permis de considérablement m’ouvrir et prendre confiance en moi. Mes instits ont peu entendu ma voix en classe,et certains profs au collège ignoraient sûrement que je savais parler !

    Lors de mon premier spectacle, à 4 ans, la petite fille timide est devenue rayonnante, souriante, épanouie.
    Il y a eu des périodes d’arrêt (j’ai vécu puissance 1000 l’âge ingrat, timidité +++, aller en cours de danse était impossible, à la place j’ai fait du hockey sur glace: la tenue rend invisible, ça me semblait idéal). Mais j’y reviens toujours.
    La danse m’a appris à me sentir libre, à me connaître. Beaucoup de danseurs pros disent que la danse leur permet d’exprimer ce qu’ils ne réussissent pas à dire oralement…

    Aujourd’hui encore, a presque 30 ans, j’attends la scène avec une grande impatience (musique et danse, entre 20 et 30 prestations par an en comptant les concours). Un bel échappatoire. Chronophage mais essentiel à mon équilibre.

    Tout mon soutien à Violette pour les semaines sans cours à venir !

  19. Répondre galligani carla mai 25, 2020 à 12:06

    Coucou je suis Carla une fille de la danse, j’ai ne sais pas si vous vous souvenez de moi même amis j’en vous ai parler une fois à la danse.
    Je voulais dire qu’en je me reconnait tellement dans mon premier concours (à Carcassonne pareil),le stress avant de passer et puis quand on est en scènes, tout ce libère et on passe un trop bon moment
    Bravo à violette c’est trop bien un 3ieme prix 👏🏽 👏🏽👏🏽🥰

Laisser un commentaire