mai 27, 2016

SOLEIL SOLEIL

DES NOUVELLES D'ICI
.

Ça fait quelques semaines que Paris me manque sévère. Tout me manque. Mon ancien métier, mes amis, mon quartier, la vie que j’avais là bas. En trois ans de divorce parisien c’est la première fois que ce manque est si violent. Il se peut même qu’à un moment j’ai envisagé de tout plaquer ici et de “rentrer”.
Et puis j’ai regardé la météo.
Pardon mais pas pardon.
Pardon les expos, les boutiques,  et le square Émile Chautemps.
Pardon les Gallaf, les Amap, les Troca, les Sebasto. Pardon Patricia Blanchet et la rue Montorgeuil. Pardon Joe Allen, et la belle laine du passage du Grand Cerf.
Pardon les raccords, les coupez, les Hmc. Pardon mes chéries, du costumes du make up et du fer à friser.
Pardon ma vie d’avant, ma vie chérie, pardon Médo.
Mais je vais rester là où mes radis poussent, où le soleil est timide encore mais où rien ne menace dans le ciel à part un peu de vent.
Quand je doute de tout, je me souviens pourquoi je sui venue ici.
Pour toi, Soleil.
(Vous allez voir qu’avec la chance que j’ai, de l’écrire il va se barrer!)
PS: J’ai écrit ma chronique du mois chez Paroles de maman, ça parle différence d’âge et enfance. j’espère que ça vous plaira.
BISOUS!
Article précédent Article suivant

Lire encore...

9 commentaires

  1. Répondre Ci-san mai 27, 2016 à 11:16

    En bonne italienne, j’aime le soleil, en-dessous de 25° je caille… mais j’aime Paris… dur dur. C’est pas possible de transférer Paris dans le Sud?
    To texte sur Paroles de maman est très beau. <3

  2. Répondre Bobine Pelote mai 27, 2016 à 11:30

    Je le quitterai bien ce Paris, moi aussi, pour les mêmes raisons que toi et un peu des miennes aussi 😉

  3. Répondre Daphné @ Be Frenchie mai 27, 2016 à 12:50

    Mais, Camille, 3 heures de TGV et le tour est joué. Ma botte secrète pour apprécier ma garrigue, son calme et sa douceur ? Des échanges de maison réguliers pour me faire un shoot de culture et de bouillonnement, suivis d’un retour heureux au bercail.

    Là, je quitte juste Porto; comme une histoire de vacances, c’était bref, passionné mais mon foyer me manque.

    Et, surtout, je sais que c’est dans cette belle garrigue que je veux voir grandir mes garçons. Que leurs souvenirs soient remplis de nature, de soleil et d’espace.

  4. Répondre Caro mai 27, 2016 à 1:56

    Ça me parle aussi, j’ai des rechutes des fois ^^

  5. Répondre MamaCami mai 27, 2016 à 2:48

    Il parait qu’il va pleuvoir dimanche matin…mais aujourd’hui et demain, le soleil est là avec cette lumière qui nous rappelle qu’on l’aime tant notre sud 🙂

  6. Répondre lespetitesm mai 27, 2016 à 3:14

    Et c’est pour ça que nous avons aussi ce projet de venir dans le Sud… mais je sais que je reviendrais souvent en touriste à Paris! sûre!

  7. Répondre Estellecalim mai 27, 2016 à 4:13

    Parfois, pendant de longues vacances, mes journées de boulot parisiennes me manquent. J’ai envie de voir du monde, de sortir de ma campagne, de faire les magasins, et puis la rentrée arrive et ça ne me manque plus du tout, c’est ma campagne qui me semble loin 😉

  8. Répondre Fleur de lupin mai 27, 2016 à 4:13

    ah ah je te lis d’un bureau qui est dans un immeuble pile poil au dessus du square Emile Chautemps…au balcon, sur ma gauche l’entrée du CNAM, en face de moi la Gaîté Lyrique ;-).

  9. Répondre Claudie mai 27, 2016 à 4:18

    Je suis à Montpellier et je dois dire que , je comprends d’autant plus ta rechute, parce que le soleil a mis du temps à venir cette année, non ? ! En tout cas, aujourd’hui il est bien là et c’est le pied !!!

Laisser un commentaire