mai 21, 2019

Remettre la fleur dans mes cheveux.

J'ÉCRIS
.

Il y a plusieurs mois Emmanuelle m’a proposé quelques séances de coaching. Nous avions fait deux voyages ensemble et je me sentais en confiance avec cette femme aux yeux si doux.

Elle m’a demandée de réfléchir à une question qui restait en suspens, une orientation à ma vie que je n’arrivais pas donner ou encore une décision que je n’arrivais pas à prendre.

Tout de suite j’ai su que j’allais lui parler de cette idée de roman que j’ai depuis longtemps, que je tourne et retourne dans ma tête et dans mes carnets et que je n’arrivais pas à concrétiser. J’étais loin de me douter que nos conversation allaient m’amener beaucoup plus loin encore.

Je ne vais pas vous raconter dans le détail tout ce que l’on s’est dit, mais à un moment j’ai pris conscience d’une chose. Et je voulais la laisser ici…

Je lui racontais qu’enfant j’adorais mettre des foulards et une fleur dans mes cheveux. Je me coiffais, je trouvais ça tellement joli mais une fois devant l’école, j’enlevais tout.

À partir de là avec ses questions d’une finesse incroyable Emmanuelle a trouvé les fils que je cachais sans le vouloir vraiment et s’est mise avec moi à les tricoter. J’ai pris conscience que mon questionnement allait bien au delà d’une histoire qui s’écrirait ou non. Tout ça était une question de choses que je m’imposais à moi même, de pensées toutes faites qui m’entravaient, qui m’engluaient.

Et puis avec les mots, avec le recul, avec le temps et la voix d’Emmanuelle au téléphone…

“C’est ok si je veux écrire deux lignes juste avant un rendez -vous, ou juste au moment où la maison grouille de monde, c’est ok si ce n’est pas le moment, parce que justement je n’écris jamais mieux que quand ce n’est pas «le moment ».

C’est ok si je n’écris pas d’un coup, si je mets des années. C’est ok si personne n’aime ou si au contraire tout le monde trouve ça génial. C’est ok si le regard que je portais sur moi a longtemps dépendu des autres, mais c’est aussi ok si maintenant ce regard ne dépend plus de personne, même plus de moi.

Ça va si ce que j’écris ne me plait pas encore, si ce n’est pas parfait. C’est ok si je tremble, si j’ai peur, c’est ok si je fous un coup de boule à tout ce que je me suis mis comme barrière, comme une protection, comme mur, comme grillage.

C’est ok si je ne m’interdis plus rien, si je ne demande plus l’aval, si j’avance en me trompant. C’est ok si j’avance tout court.

Oui tout ça c’est ok.”

 

Vous savez quoi ? Je n’ai écrit que quelques lignes depuis nos conversations, mais je suis sereine et en paix avec ça. Je sais que ça viendra. Cette histoire est là, elle sortira quand il faudra, pour ça je me fais confiance. Mais notre petit tricot à Emmanuelle et moi a pris une forme bien plus particulière en fait. Une forme qui depuis devient de plus en plus nette. Nos conversations ont fait leur chemin depuis toutes ces semaines et ce soir j’ai réalisé qu’au bout du compte, elle m’avait aidé à remettre dans mes cheveux cette fleur qu’enfant j’avais honte de porter.

Ce fleur je la porte fièrement depuis.

Merci ma chère Emmanuelle pour ça.

Si cela vous tente et que vous voulez des renseignements je vous mets ici le lien vers son site de coaching. Et ici vers son blog Madame parle (à dévorer !) je vous souhaite sincèrement cette ouverture à soi, cette parenthèse bienveillante qui fait avancer en douceur.

PS: Merci Violette, une autre de mes fleurs pour cette photo presque volée. Elle m’a dit, “Maman t’es pas toute seule sur la photo il y a un arc en ciel tu verras…”

C’est la plus jolie photo que tu pouvais me faire ma Violette.

 

 

 

 

 

 

Article précédent Article suivant

Lire encore...

5 commentaires

  1. Répondre céline mai 21, 2019 à 6:51

    C’est joli ce que tu écris.
    On partage le même rêve: écrire un roman. Pour ma part, j’ai des tas de début d’histoire mais toutes inachevées. La seule que j’ai pu mener à terme est une nouvelle écrite pour “minimoi”, illustrée par une amie, pour lui faire comprendre qui était le Père Noel. C’est une histoire imprimée à 3 exemplaires, c’est une histoire pour nous. Ce n’est rien mais j’en suis tellement fière.
    Un jour, peut être, j’écrirai une vraie histoire … ou pas. En attendant, elles sont dans ma tête, dans mon coeur.

  2. Répondre Toutoune mai 21, 2019 à 7:12

    Merci pour cette confidence en chuchotée. Tes mots résonnent beaucoup en moi et je n’ai pu m’empêcher de sourire quand celle qui a su te rappeler ton enfant intérieure m’avait si gentiment répondu il y a peu à quelques questionnements. C’est une jolie coïncidence qui m’interpelle. ❣️

  3. Répondre Virginie mai 22, 2019 à 12:56

    La fleur dans les cheveux me parle énormément. Aujourd’hui, avec le temps, j’arrive à la porter de temps en temps cette fleur mais j’ai encore beaucoup de réserve et de doute pour la mettre systématiquement.
    En tout cas, je suis persuadée que le jour venu, ton roman sera certainement très réussi car tes mots sont toujours si beaux.

  4. Répondre DelphineB mai 22, 2019 à 12:07

    Je comprends ce cheminement et les obstacles qu’on se met parfois, souvent, soi-même.
    J’ai découvert Emmanuelle via son blog, puis sur Insta, je suis adepte de ses stories du dimanche qui me permette d’avancer pas à pas. Et je pense vraiment faire comme toi.
    Bonne journée et merci pour le partage.

  5. Répondre Marjoliemaman mai 23, 2019 à 8:15

    Cette photo est tellement magique ! Comme les mots que tu écriras, je le sais.

Laisser un commentaire