mars 31, 2020

Chronique Familiale d’une pandémie. #7

Chronique pandémie
.

Comme D’habitude si vous avez envie de lire le début, toutes les chroniques sont rangées ici.

Dimanche 29 mars. 14ème jour de confinement.

Covid jour 6

Impossible de raconter quoi que ce soit sur la matinée. Chaque matin je me réveille en scrutant chaque partie de mon corps. Ce matin je sens que ça va être coton. Je prends mon petit déjeuner rapidement et je me rendors.Rod me demande ce que je veux manger. Mes journées commencent à être rythmée uniquement par les repas. Je mange un peu et je lis. Le Choeur des femmes… Je le savoure, je me régale. Mon attention se fixe enfin.

Je passe beaucoup de temps sur Instagram, ça fait passer le temps, je m’envoie des kilomètres de stories et puis je tombe de sommeil.

Je n’ai pris aucune photo aujourd’hui. Rodolphe en a fait quelques une de mes tulipes qui avaient besoin d’un bon arrosage. Au début du confinement j’ai planté des pois de senteurs, ils sortent et se tortillent déjà sur leur petite tige. Les fleurs sur la tête de lit embaument, à chaque fois que l’air de la fenêtre ouverte m’envoie leur parfum je remercie l’univers de ne pas m’ôter l’odorat.

Ma petite chérie m’apporte un crêpe pour le gouter, elle est si jolie cette enfant que je n’embrasse plus. Tout à l’heure j’ai dû la consoler juste à la voix avec l’envie de la serrer fort contre moi, de retrouver son odeur.

Ce matin j’étais au plus mal, mes poumons tiennent, ce soir, il brulent un peu mais je suis en forme, enfin autant que possible. Pour l’apéro je m’envoie une tartine de rillettes. Je n’en ai pas mangé depuis une bonne décennie, mais c’est le moment ou jamais n’est-ce pas? Je flotte dans mon pyjama de toute façon!

J’ai mes règles. Ça aurait été trop simple sinon! Elles vont être comme chaque mois si longues et pourtant elles semblent ne pas trop m’embêter. Ce merveilleux corps lutte, envoie des grosses suées de fièvre comme pour me laver, prévenir…

Tu sais quoi virus? Comme le dis très bien Baptiste Beaulieu, tu vas vivre ta vie de virus, et on va trouver ensemble une solution pour cohabiter. Tu vas faire de la place aux bonnes bactéries, aux bons virus. Tu vas me laisser tranquille et rester à ta place. T’es bon pour mon immunité. Fais pas chier pour le reste.

Au début de la soirée je vais mieux. J’écris avec des gants, je prends mille précaution mais je suis sortie de ma chambre… Je garde un bon moral… Une heure plus tard ma respiration s’altère un peu, le poids sur ma poitrine s’intensifie. Je me couche mais je m’endors tard. Je fais un peu de médiation pour retrouver mon calme. Ça marche bien, je m’endors.

PS: Mes trois amours vont bien. Mes parents et mes grands parents aussi.

Lundi 30 mars. 15ème jour de Confinement.

Covid jour 7

La matinée s’écoule entre larmes et sommeil. Très petit moral ce matin. J’entends ma troupe se lever et commencer la semaine. Encore une fois je n’arrive pas à me lever. Rodolphe m’apporte un thé. “Tu as l’aire triste ce matin”. Je fonds en larme et je m’endors presque en même temps.

Les journées se succèdent, se mélangent, se confondent. Sans ces petites chroniques, ces derniers jours ressembleraient à un marasme de fatigue, un gloubiboulga de courbatures, de maux de têtes et de toux.

La maison médicale du CHU m’appelle pour la surveillance. Ce n’est pas la grande forme, ils me demandent de venir consulter. Je suis incapable de conduire, Rodolphe m’accompagne. Aucun risque pour lui puisqu’il ne peut pas rentrer dans les locaux. Les enfants sont trop heureux. Le temps de notre absence, ils ont le droit de jouer à leurs consoles. Au moment où je leur dis au revoir, une voix me dit: imagine que c’est la dernière fois que tu le vois. Non mais la conne quoi. Cette voix je la reconnais. Ce n’est pas celle de l’intuition. C’est celle de la peur. Je lui colle un pain. Je sais que je rentrerai à la maison après cette consultation.

Je peine à marcher. Je dors debout mais la médecin me rassure. Les poumons tiennent bon. Seules les bronches sont enflammées. Il faut me surveiller. Les prochains jours seront critiques. Mais je n’ai aucun antécédent, je ne fume plus (je suis tellement heureuse de ne plus fumer si vous saviez.) Bref je ne suis pas candidate aux complications. Je m’accroche à ses paroles rassurantes. elle m’ausculte en me distribuant des bons points. Fièvre, ok. Oxygénation, ok. Flux d’air dans les deux poumons, ok. Je rentre épuisée. Je m’allonge et je regarde une recette en live sur instagram. Une tarte Végan au chocolat et noisettes. J’ai envie de descendre tout de suite pour la faire en même temps. Je suis clouée au lit ça ne risque pas d’arriver tout de suite.

Comme chaque jour j’ai un regain d’énergie en fin de journée. Il est 17:30, une boule de rage immense monte. Je me mets en colère pour une serpillère non passée. Je me transforme en tornade. J’ai besoin de ranger, de nettoyer, de repasser. Je vocifère et les miens doublent la distance règlementaire entre eux et moi. Je suis à bout de souffle, les poumons brulants. Je me calme. Il fallait que tout ça sorte.

Je mange dans une autre pièce, Violette fait un face time avec deux de ses copines de classe. Je reprends le pull qui attend que je lui termine ses manches…. Nous regardons “Le jour de la marmotte”, je garde mes distances mais je suis heureuse de tenir debout (enfin assise pour le coup) et de passer ce moment avec eux. Rodolphe est fatigué, il gère tout et je sens qu’il est inquiet. J’essaie vraiment d’être une malade modèle pour le soulager, sauf quand je veux des crêpes.

Il est plus de minuit quand j’écris ces lignes, je n’ai pas sommeil… J’ai dormi une bonne partie de la journée. Encore un jour de plus dans ce confinement étrange. Parfois j’en arrive à vouloir vite retrouver un confinement “normal”. Comme quoi l’humain est paradoxal. Quand une nouvelle situation exceptionnelle vient se poser sur un première situation exceptionnelle, la seconde a le pouvoir un peu étrange de rendre la première situation routinière, presque banale en lui volant la vedette. Enfin je trouve…

Prenez soin de vous.

PS: Ici il fait froid et mes trois amours vont biens.

Mardi 31 mars. 16ème jour de confinement.

Covid Jour 8

Le soleil perce par les volets entrouverts et joue sur mon lit. J’ai moins mal partout et je sens que je vais pouvoir me lever. Pourtant je mets plus de deux heures à enfin émerger.

Je passe la journée debout et je fais le plein de tout. Je suis heureuse de pouvoir m’associer de loin à la vie de la maison. L’éloignement physique est un peu étrange. Les avis des médecins sont partagés sur le confinement mais je garde mes distance au cas où.

Les enfants bossent bien, je les entends d’en haut, ça ne râle pas (pour une fois). Le grand nous a fait remarquer que nous étions un peu sévères avec lui concernant les horaires et le moment où il doit nous rendre son téléphone le soir… On va essayer d’ajuster. J’essaie vraiment de parler avec lui le plus possible, parfois inévitablement ça clashe, et puis parfois, ça se passe comme là, plutôt bien.

Peinture, cuisine, petit tour au jardin… la journée a été calme, en même temps je ne pas avancer bien vite. Je savoure cette journée de répit en y croyant… On verra de quoi demain sera fait…

J’ai commencé un post sur les débuts en couture, on en avait parlé sur insta et il semblait que ça pourrait vous plaire. Je construis le post lentement en notant toutes les idées qui me viennent et qui pourraient vous aider.

J’ai travaillé pour Mako Moulages, pris quelques photos, Violette a terminé de peindre les remerciement pour nos éboueurs et nous avons reçu notre panier de fruit et légumes de la semaine. Il y a avait entre autre de la salade et des fraises, et les premières courgettes. C’est bête hein mais ce tout petit plaisir simple et bien j’y fais très attention, je sais à quel point notre Lydia a travaillé dur pour préparer ces paniers. Ils sont réduits désormais et nous n’avons plus le choix de leur contenus. Mais on prend tout! Et ce soir on savourera au dessert nos fraises d’ici.

J’ai envie d’un apéro. C’est pas une bonne idée. Mais j’ai envie d’un apéro. Je n’arrive pas à me projeter plus loin que quelques jours… Je ne sais pas où ce confinement va nous amener. Et si on se trompait? S’il nous menait plus loin que mai? S’il mangeait notre été comme il nous vole notre printemps?

J’ai envie d’un apéro.

J’ai entrouvert la porte de la boite aux lettres. L’oiseau n’y était pas mais je vois bien qu’il s’organise son nouveau nid. J’ai hâte d’entendre les petits pioupiouter… là par pudeur et pour les protéger je n’ouvrirai plus. Depuis plusieurs jours un chat inconnu erre autour de chez nous. Il est très malade. Il va bientôt mourir. Nous l’avons nourri mais sans soin il ne tiendra pas longtemps. j’ai appelé mon vétérinaire mais il ne sera dispo que demain… Je suis en contact avec un asso mais elle n’a pas d’antibiotique. Violette et moi sommes décidée à le sauver. J’espère que nous y arriverons.

Le moral est bon, Nous avons fait les comptes, il fallait bien que l’on s’y colle, on a arraché le pansement d’un coup et très vite. La plaie est bien là mais moins saignante que ce que l’on pensait… Faudrait juste pas que le lave vaisselle nous lâche… ah mais que je suis con, il nous a déjà lâché en fait! Mais oui malgré tout ça le moral est bon.

Plus qu’une petite semaine pour moi si tout va bien… et je serai sortie d’affaire.

Ps: ici les enfants et Rod vont biens.

Article précédent Article suivant

Lire encore...

16 commentaires

  1. Répondre lilou et cie mars 31, 2020 à 7:38

    bravo ma belle tu as un moral d’enfer et tu vas le bousiller ce sale virus! prends soin de toi. je t’embrasse fort

  2. Répondre Sigwalt mars 31, 2020 à 7:53

    Touchée de te voir te battre ainsi,mais comme tous tes ancêtres tu gagneras ton combat.
    Mes pensées les plus douces vont vers toi et t’accompagnent dans ta lutte
    Je t’embrasse ma belle
    Mimi

    • Répondre Jolly avril 3, 2020 à 1:41

      Ma fille aussi est touchée et combien je suis inquiète elle aussi ancienne fumeuse je vous lis et cela me fait du bien
      Merci

  3. Répondre FRUGIER CLAIRE mars 31, 2020 à 8:03

    Contente de voir un peu de mieux . Des bisous de courage, mais je sais que vous n’en manquez pas. Une brassée de Fraises gorgées de sucre et de soleil tel un beau bouquet printanier accompagne mes pensées. Continuez à prendre soin de vous Camille.

  4. Répondre Frédérique S. mars 31, 2020 à 8:17

    Bonsoir Camille. Contente de savoir que tu as passé une meilleure journée aujourd’hui. J’ai aussi des suspicion de coronavirus (un peu moins intense que le tien) et je ne viens que de réaliser qu’on est à peu près dans le même nombre de jour… Ma journée aussi était meilleure que les précédentes, pourvu que ça dure ! Pour toutes les deux ! Est ce que toi on te donne quelque chose pour tes poumons ? Bonne nuit et je ne nous souhaite que des journées encore mieux qu’aujourd’hui ! Des bises

  5. Répondre Emily mars 31, 2020 à 8:25

    Mille bravos Camille !
    Je suis une de vos lectrices, je vous laisse parfois des petits messages, et je voulais absolument vous soutenir et vous dire que je pense fort à vous ! Même si on ne se connait pas personnellement, je me suis dit justement quand vous avez annoncé que vous étiez malade :”Heureusement que Camille a arrêté de fumer, c’est un super bonus contre cette maladie !”. Vous vous battez comme une lionne ! et si je tombe malade, moi aussi, j’aimerais avoir autant de force physique et de force psychique que vous, en terme d’angoisse et vis-à-vis de mes proches !
    Je vous envoie plein de tendresse de l’autre bout de l’Occitanie, et un bouquet de violettes de … Toulouse !
    Prenez soin de vous !

  6. Répondre Maud mars 31, 2020 à 8:32

    Contente de te lire, tu es forte…. bravo

    • Répondre Laurie l. mars 31, 2020 à 10:25

      Hello Camille, je vois que malgré ce virus la force est en toi (j ai un humour un peu nul mais ça m a fait sourire)
      On sent bien que C difficile et que tu luttes alors surtout continue mais repose toi dans ton cocon d amour et de bienveillance.
      Je vous embrasse tous les 4….qui aurait cru que ce blog sur le confinement allez prendre une telle tournure….
      😘😘😘

  7. Répondre Lyloo avril 1, 2020 à 4:58

    Bonjour Camille,
    Je me suis réveillée tôt comme tous les matins, et j’ai pris le temps de lire ta chronique depuis le début. C’est toujours un plaisir de te lire ici ou sur insta. Je suis contente que tu ailles mieux et je te souhaite de retrouver la grande forme très vite. Je t’embrasse de loin 😉

  8. Répondre Lucie en ville avril 1, 2020 à 7:46

    Je me demandais chaque jour comment tu allais en espérant lire un message comme celui-ci, avec de (plutôt) bonnes nouvelles…
    Prends soin de toi, je suis sûre que tu vas finir par lui botter les fesses à ce virus !
    Plein de courage…

  9. Répondre FREDERIQUE avril 1, 2020 à 11:07

    Des bisous Camille. Prends soin de toi.

    • Répondre Ritalechat avril 2, 2020 à 8:49

      Merci beaucoup pour tous tes messages ici. Ils me touchent beaucoup.

  10. Répondre Elodie Bx avril 1, 2020 à 11:18

    Une grosse pensée pour toi et ta famille. Prenez soin de vous. Mon homme a passé 14 jours en confinement et j’ai eu très peur, maintenant que c’est passé, on vit ce confinement tellement différemment… on mesure notre chance et on profite de chaque instant. Une petit pensée pour ton Rod car en effet 14 jours à tout gérer seule, avec l’inquiétude, ça demande beaucoup d’énergie. Mais vous allez y arriver! Je vous envoie pleins d’ondes positives.

    • Répondre Ritalechat avril 2, 2020 à 8:47

      Merci merci!! je crois que pour lui le plus compliqué à gérer a été l’inquiétude… pas facile cette période. Mais on va s’en sortir!! Tous!

  11. Répondre Lavieacinq avril 1, 2020 à 11:51

    Incroyable comment tu gères cette maladie!!! Je t’admire enormément!!! Je te souhaite beaucoup de courage :-). Lire tes chroniques me fait un bien FOU!! Alors mille merci de prendre le temps !

    • Répondre Ritalechat avril 2, 2020 à 8:46

      Ton message me touche beaucoup. Mille merci!!

Laisser un commentaire