avril 26, 2020

Chronique familiale d’une pandémie. #14

Chronique pandémie
.

Comme D’habitude si vous avez envie de lire le début, toutes les chroniques sont rangées ici.

Jeudi 23 Avril. 40ème jour de confinement.

Le soleil est revenu et avec lui le moral remonte. Les rosiers explosent et nous cherchons comment optimiser les emplacements qu’il nous restent pour fleurir ce jardin tout vert. Les boutons du Ronsard sont prometteurs, les derniers camélias résistent. Ça n’a pas été une grande année pour eux.

Je continue de coudre beaucoup, un peu pour moi mais très peu. Je vais devoir doser pour ne pas me lasser et coudre cette jupe en vichy dont je rêve. En même temps, coudre pour ceux qui en ont besoin me booste beaucoup. Je suis très reconnaissante de ce que j’ai et je donne en retour. Comme une énergie, il faut que tout ça circule.

Je commence très doucement à terminer ce que je commence. C’est très gratifiant et j’avoue me forcer à le faire. Je suis un papillon, je virevolte… Mais je découvre que la patience, la pugnacité sont très porteurs en terme de satisfaction. Ainsi je me colle plusieurs fois par jour des petits challenges. “Mène ça au bout… termine ci ou ça.” Si vous saviez comme déjà, cet exercice d’écrire chaque jour est gratifiant. Chaque jour depuis 40 jours sans jamais y déroger, sans jamais procrastiner. C’est un exploit et je m’en félicite!

J’ai eu une immense émotion lors d’une méditation. Un porte s’est ouverte et j’attendais depuis longtemps de voir ce qu’il y avait derrière. Ce que j’ai vu m’a beaucoup plu. Toute de suite après Coco est venu me faire un immense câlin et nous nous sommes endormies toutes les deux l’une contre l’autre. Depuis elle cherche à se lover dans mon cou. Ce petit moment avec elle me restera longtemps.

Ce soir nous avons fait un pique nique blind test dans le salon. Ahlala que c’était bon ce dîner anti routine. Les enfants ont adoré, et nous ont même dit que ça changeait de l’ambiance un peu morose de certains de nos derniers repas. Et oui ce moment où nous nous retrouvons tous est devenu un peu compliqué ces derniers temps. Remise en question, vidange des soupapes, petites rancoeurs non dites. Le feu aux poudres ne mettait pas longtemps à prendre. Il a suffit d’un peu d’houmous, de chips, de brandade d’une pissaladière et d’un peu de musique pour que tout le monde retrouve le sourire et surtout le plaisir de manger tous ensemble. Chacun a mis un titre qu’il avait envi de faire écouter aux autres, on a chanté à tue-tête, dansé et bien mangé. C’était bon.

PS: ici tout le monde va bien.

Vendredi 24 Avril. 41ème jour de confinement.

Sur un petit bout de papier j’ai écris le but de ces prochains jours: Enlever les iris qui ne donnent plus. Faire des plans sur la comète pour les bulbes d’automne. Planter la glycine et la clématite.

Je retrouvé le responsable de l’association pour qui je couds les masques, il me dit qu’il a trouvé du traphilo chez Truffaut, que le magasin est bien organisé. J’ai très envie d’y aller, il me faut de la litière et des croquettes pour les chats (j’avais fait des réserves pour les gros mais pas pour notre nouvelle arrivée) J’hésite et j’y vais. Effectivement les mesures sont respectées à la lettre, je ne m’éternise pas et j’en profite pour coupler cette sortie avec une autre course que je repoussais. Cette sortie au milieu des plantes m’aide d’une façon assez inattendue. J’imagine enfin ce que sera nos vies ces prochains mois. La distance sociale, la vie masquée, des achats plus réfléchis et fait avec une joie immense. Une clématite, une glycine, des gants et des chaussures de jardin. Tout ce qu’il y avait dans la liste de ma tête depuis des jours. Et je n’ai même pas oublié la litière.

La journée coule doucement, entre cuisine, couture, jeux et moments à soi. Une routine rassurante s’est installée. Je commence à me dire, que la reprise d’une pseudo vie normale va nous faire tout bizarre.

Ce vendredi se termine en cousant comme chaque soir. Je prépare aussi les quarante masques que j’ai prévu de coudre la semaine prochaine pour l’asso. Le tissu donné par la mairie n’est pas folichon encore une fois, mais mieux que le semaine dernière. La vache je commence à aimer les grosses fleurs kitch, sortez moi de là! En parallèle, je continue de coudre aussi pour les soignants que je connais et mes proches.

PS, ici tout le monde est en forme.

Samedi 25 avril, 42ème jour de confinement.

La journée commence très tôt pour moi. Beaucoup trop tôt et je mets mes écouteurs pour écouter un mantra et une médiation sur Mind. Je me rendors plus de trois heures sans aucune culpabilité. Et c’est le pied.

Rodolphe s’est levé le premier, puis les enfants suivent. Nos week end sont no-rythme. Nous respectons vaguement les heures de repas à deux ou trois heures près.

Je me donne des petits objectifs: repasser une demie heure, ranger 10 minutes, coudre trois masques, nettoyer tel endroit. Ça m’aide aller au bout des choses, j’en parlais juste avant hier.

J’écris au soleil près de la boîte aux lettres où les oisillons nés. Ils piaillent de toutes leurs forces, je les entends de là. Leur mère fait des piqués en partant de l’arbre de la rue et passe pile par la fente. C’est un truc absolument surréaliste à regarder. Même Harry se fait surprendre te pourtant il fait le plancton depuis des jours sous la boite pour chopper l’oiseau en plein vol. Dès que nous le pouvons nous le chassons pour protéger les oisillons, mais nous ne sommes pas toujours là. Dure loi de la nature…

Nous avons reçu un mail de l’Institut des enfants avec un sondage pour la reprise de la classe, pour nous à partir du 25 mai. La question est de connaitre pour qu’ils puissent organiser cette reprise, notre point de vue de parents. Cette décision nous la prendrons à trois. Les papas et moi. Et elle n’est pas facile. La bonne nouvelle c’est que nous sommes d’accord pour tomber d’accord tous les trois. Nous nous consulterons ensemble pour prendre une décision commune pour nos deux enfants. Deuxième salve de félicitations pour moi d’avoir choisi de tels hommes pour en faire les pères de mes enfants.

La fille se félicite autant qu’elle peut. Personne d’autre que nous ne peut nous dire “Bravo meuf t’as assuré sur ce coup”. L’autocongratulation, cet autre chose que j’ai mis en place ces dernières années et qui me réussit.

Petit tour au jardin pour planter, rempoter et observer ce qui pousse… Si j’étais riche ce jardin n’en pourrait plus d’être fleuri, en attendant je patiente et j’investis chaque année un peu un peu comme on dit au Bénin.

Un peu, un peu… et au bout une joli paradis.

Les garçons regardent Casino, presque trois heures de Scorsese et pour moi autant de temps pour me coudre une jupe en Vichy. Je m’applique pour les finitions, il me manquera des boutons mais elle est presque prête! Hop là un truc de moins sur ma liste “Confi-couture”

Dimanche 26 avril. 43ème jour de confinement.

Je me lève une première fois très tôt. 07:00, réveillée par mon propre fou rire en dormant. C’est rare mais tellement bon! J’en profite pour façonner la brioche qui a levé au frigo toute la nuit, et je me recouche et lisant un peu. La couette est lourde et chaude, je me rendors en moins de deux. J’ouvre un oeil, il est midi! j’adore déjà cette journée.

Lorsque je descends, la brioche a explosé! Je la mets au four, et sans surprise elle tient toutes ses promesses. C’est la recette que je préfère, celle de Michalak chez Perle en sucre, je crois que j’en avais déjà parlé.

La journée se poursuit tranquillement entre recadrage des uns sur le rangement et jardinage des autres. Notre Coco fait sa première longue escapade dans le jardin, c’est un peu tôt mon gout mais elle avait compris hier qu’il y avait tout un monde à explorer derrière la porte de la cuisine… Nous la suivons du regard, elle ne s’aventure pas plus loins que la terrasse pour le moment. Elle court après Harry inlassablement et lui n’en a rien à faire. Enfin pour le moment.

J’ai installé la planche à repasser dehors ainsi que la surjeteuse. Je reprends la production de masques à grande échelle. J’ai prévu d’en coudre 15 ce soir, nous verrons si je tiens le coup!

J’ai passé un long moment à regarder les story déco d’Anne Sophie Baryga, sodeco_off sur instagram. Elle nous fait souvent visiter sa très belle maison et j’aime tout chez elle! Ça n’arrange pas du tout mes envies de gros changement, mais c’est très inspirant.

Nous nous sommes connectés avec la Marjoliefamily pour jouer à Animal Crossing, Violette me demandait depuis des jours de lui offrir l’abonnement pour jouer en ligne. Sacha et Rod n’arrêtent pas de me dire que j’adorerais ce jeu, j’avoue qu’en voyant l’îles des Marjo, ça me tente bien d’essayer. Seul souci: nous avons passé plus d’une heure à regarder des codes pour des accessoires sur Pinterest… Où vais-je trouver le temps pour jouer? Cela dit c’est un bon moyen de combler mes insomnies non? Si vous avez envie de voir un peu, notre début de tableau Pinterest est là.

La semaine se termine comme ça, le tonnerre gronde et le ciel s’est obscurci… Pour autant le moral est bon. Demain, lundi, prochaine semaine, deux autres encore avant la potentielle reprise de Rodolphe, quatre autres avant celle des enfants.

Nos vies au conditionnel, entre parenthèse. Pourtant j’avance je le sais. Les plaies guérissent sans l’aide l’aide extérieure que j’avais sollicitée avant le confinement, les décisions se prennent en faisant confiance à l’univers. C’est un peu comme dans ce livre de Chris Aughton que nous adorons. En ce moment L’Univers me souffle: Chut chut… On a un plan.

Et moi je suis toujours ok pour les plans.

Je vous embrasse bien fort.

Ps: ici tout le monde est en bonne santé.

Article précédent Article suivant

Lire encore...

8 commentaires

  1. Répondre Sofia avril 26, 2020 à 8:51

    Un rendez-vous à ne pas manquer merci Camille ♥️

  2. Répondre Maud avril 27, 2020 à 5:51

    Je joue à Animal Crossing aussi….. c est mon meilleur ami durant mes insomnies ce jeu….. Bonne semaine à vous tous jolie petite famille <3

  3. Répondre Françoise avril 27, 2020 à 6:50

    A la une, à la deux, à la ….. Merci pour ces billets.

  4. Répondre nathalie avril 27, 2020 à 7:49

    Merci pour tes chroniques, Camille. C’est un bonheur de te lire. C’est inspirant de lire comment votre famille organise sa vie en confinement. C’est rassurant aussi de voir que chaque famille passe par des moments plus down mais qui trouvent leur solution par le dialogue et le rassemblement. C’est réconfortant de noter toutes ces petites choses qui embellissent notre vie: être ensemble, les oiseaux au jardin, les fleurs, les arbres, un morceau de musique, une bonne recette, … J’espère que nous en garderons la trace. Je t’embrasse. Je vous embrasse.

  5. Répondre Cecile avril 28, 2020 à 2:28

    Je n’en rate aucune. Je les garde parfois quelques jours pour trouver un joli moment pour les lire…merci!!!

  6. Répondre jane avril 28, 2020 à 7:14

    bonsoir
    ce petit mot ce soir pour vous remercier de vos écrits et de vos photos.
    je vous lis et suis régulièrement sur instagram, je partage beaucoup de vos pensées et réflexions et vous lire contribue à m’apaiser, me booster, me faire rire, contribue aux petits plaisirs de mon quotidien. Je vous remercie de votre générosité de partager tout cela!
    Jane

  7. Répondre Odile avril 28, 2020 à 7:37

    Je lis, je lis… et jamais ne le dis! Merci beaucoup pour ce partage!

  8. Répondre isavoyage avril 28, 2020 à 8:22

    J’aime tant te lire !

Laisser un commentaire