mars 27, 2020

Chronique familiale d’une pandémie #5

Chronique pandémie
.

Avant de commencer, si vous avez envie de lire depuis le début, j’ai créé une nouvelle Catégorie. toutes les chroniques sont ici désormais.

Catégorie -> Chronique pandémie.

Jeudi 26 Mars. 11ème jour de confinement.

Je suis réveillée par l’inconfort respiratoire. Il est 06:00 et je suis seule dans la chambre. Nous faisons chambre à part avec Rodolphe par précaution. Son absence à mes côtés m’angoisse. Je descends lui en parler. Nous décidons d’appeler le 15. Au téléphone, un médecin surement fatigué par une nuit longue m’expédie un peu en me disant de rester chez moi et de prendre du paracétamol si la fièvre vient à monter, et de rappeler en cas de graves problèmes respiratoires.

Je ne suis pas tranquille et ma petite voix intérieure me dit discrètement de suivre mon instinct. Je me recouche en attendant 09:00 que mon cabinet médical ouvre.

J’obtient tout de suite une télé consultation avec mon médecin via Doctolib. Franchement c’est génial ce truc. Il s’agit de mon médecin traitant, ils ont toutes mes infos, je n’ai juste qu’à payer la consulte par carte et la sécu rembourse tout. Je vide mon sac, j’étale tous les mes symptômes au médecin. Toux, frissons, courbatures énormes, essoufflement, pointe dans les poumons, très légère fièvre, maux de tête et immense fatigue très subite.

Allez tient démerde toi avec ça, moi je ne sais plus quoi penser de toute cette merde. Evidemment que ce n’est pas le covid-19, pourquoi et comment l’aurai-je choppé? Je dois somatiser, je ne vois que ça. Tout le monde pense l’avoir attrapé de toute façon ça vire à la psychose…

Il n’y a que mes parents qui me supplient depuis hier d’appeler un médecin… mais je mange comme quatre maman… “Il n’ya RIEN qui te coupe l’appétit Camille, tu le sais bien!”

Elle a raison et dès la fin de l’énoncé des mes symptomes le médecin m’intime d’aller consulter à la maison médicale. Je veux que vous soyez vue.

Rod blêmit, c’est le moment dans notre couple où c’est moi qui doit prendre le flambeau de l’apaisement.

-Tout ira bien, je vais à l’hôpital, la maison médicale y est. S’il y a quoi que ce soit je suis au bon endroit.

-Prends une petite valise non?

-Non… je vais rentrer je te l’assure. Tu crois que si je mets mes boots dorées et lacées à talons c’est un peu too much? J’arrive à le faire rire… t’es dingue, il me dit. ok je mets mes baskets…

À la maison médicale, l’ambiance est lugubre. Des affiches partout, la salle est vide. L’hôpital que je connais par coeur est étrangement calme, mais on sent qu’à l’intérieur ça se prépare… De la salle d’attente vide j’entends les médecins donner les consignes. Tout patient atteint doit sortir par derrière…

Le doc arrive, à part ses yeux bleus impossible de dire à quoi il ressemble, j’aperçois à peine le cuir marron de ses chaussures à travers tout son équipement. Un tout petit bout de cuir qui dépasse… le virus pourrait-il s’y loger? On se pose des questions vraiment tordues lors d’une pandémie…

Les mêmes questions, le même déballage, il m’ausculte. J’essaie de respirer à fond, je tousse. Il attend que ma quinte se calme. J’essaie de chercher à voir si ça peut être autre chose? Une grippe? Une infection pulmonaire? Il secoue la tête. Pour le moment mes poumons supportent bien, l’oxygène passe bien, mais il ne se fait aucune illusion.

Il m’annonce ce que ma petite voix me disait depuis le tout premier essoufflement il y a quatre jours. C’est le Covid-19. Je faisais taire ma voix intérieure, mais je ne peux pas ignorer le médecin.

Surveillance tous les deux jours par téléconsultation. Confinement dans le confinement. Chambre à part, plus aucun contact avec mes enfants. Masque dès que je sors de ma chambre et interdiction absolue de sortir de chez moi pour un ravitaillement.

Il me fait sortir par l’arrière.

Je rentre épuisée par cet aller retour. Chaque mouvement me coute. Parler au téléphone m’éssouffle… Je dors une bonne partie de la journée.

Mais j’ai le moral. Il le faut! Je me surveille, je planifie avec mon médecin des rendez-vous. Je parle à mes amies, mes parents…

En rentrant de l’hôpital ce midi j’ai jeté un coup d’oeil dans l’ancienne boite aux lettres. Un oiseau y prépare son nid depuis des jours en amenant petites branches, feuilles et mousses. Je trouve beaucoup de réconfort dans la contemplation discrète de la préparation de cette nouvelle vie.

Ce soir encore je médite à distance avec Marjolaine et un petit groupe. j’aime ces quelques minutes de connexion, d’introspection et de douceur. Avant de me coucher je décalque un joli mantra sous l’arc en ciel dessiné par Mélanie. Je commence à broder un peu à la lumière du soir. Ça va bien aller…

PS: Les enfants et Rod sont inquiets. Je les rassure du mieux que je peux. L’essentiel est qu’ils aillent toujours bien.

Vendredi 27 mars. 12ème jour de confinement.

J’ai dormi comme un bébé. Ce matin je suis en pleine forme. Je prends une douche, mais je remets un pyjama, je sais que je passerai la majeure partie de la journée au lit. Rodolphe m’apporte un petit dej en passant le plateau par la porte.

Leur routine sans moi. Je les entends prendre leur tartines en bas, se dire bonjour… Étrange sensation cet isolement. Il ne faut pas que j’y pense trop. Je crois que ça, ça pourrait me faire flancher.

Je passe une bonne matinée. Je me repose, j’ai mal partout mais je suis moins essoufflée. je descends un peu, mon masque sur la bouche, me poser sur le canapé le plus loin possible de Sacha, je l’aide pour un devoir de SNT. Je brode, je brode. Un peu n’importe comment d’ailleurs, ma grand mère ne serait pas très fière de moi.

J’ai choppé le Covid mamie, tu m’excuseras hein si je ne brode pas bien droit!

Je suis ko technique, je me recouche. Je comprends que mes journées seront faites de hauts et de bas. Je somnole un peu.

Je compte les jours, je recompte, je note les symptômes, pour me souvenir en cas d’aggravation. Je ne peux rien faire d’autre qu’attendre et envoyer un milliards d’amour à mes cellules pour qu’elles tiennent le coup jusqu’au bout.

J’ai besoin d’air. Dehors Rod et Violette construisent une voiture en bois pour les Sylvanians. Elle est aux anges et Harry n’en rate pas une miette.

J’enfile une robe de printemps, je cueille quelques fleurs tout en laissant les plus belles s’épanouir. Je suis dingue de ces tulipes. Je ne veux rater aucune éclosion de pétale, aucun changement de couleur… Ce virus ne me volera pas mon printemps. Rod prend cette photo.

Si vous savez comme le camélia embaume. Son parfum est si délicat. Je sais que je vais m’écrouler après ce moment au jardin mais ce bouquet-là en valait vraiment le coup.
Violette me dit de loin: “Mets-le dans ta chambre maman il t’aidera à guérir vite.”

Elle me connait si bien ma petite chérie.

Voilà où en en est ce soir. On pense toujours que ça n’arrive qu’aux autres n’est ce pas? Très sincèrement je ne pensais pas vivre ça. Mais qui le pourrait?

Sur instagram, j’ai reçu un flot d’amour en pleine tronche, si j’avais su je me serais bien habillée, et très souvent la même question. Tu as peur?

Alors non, je suis même assez sereine et très calme. J’ai juste envie d’un banana bread, mais ça c’est ma faute, à force de vous inciter à en faire, j’en vois passer des dizaines sur insta. Telle est prise qui croyait prendre!

J’espère que chez vous, le confinement ne vous pèse pas trop… Je vous embrasse de loin. je sais cette blague est vraiment très pourrie!

PS: Les trois rescapés vont bien!

Article précédent Article suivant

Lire encore...

25 commentaires

  1. Répondre Nell mars 27, 2020 à 6:50

    Plein de pensées vers toi Camille. Courage xxx

  2. Répondre Morgane mars 27, 2020 à 7:56

    Prenez soin de vous … !! ❤️
    Merci pour vos mots qui je lis avec délice, ça me donne à voir un autre confinement que le nôtre. Tout le monde s est embarqué sur le même fleuve mais pas dans le même bateau : il y a les radeaux qui prennent l eau ( je pense à nos soignants, aux malades en réa) , les barques , les voiliers … Allez sortons les rames , la terre ferme et l été sont là au bout du chemin.
    Continuez d écrire ici ailleurs pour vous pour nous ! Un câlin ( toujours maladroit) de loin

  3. Répondre Frederique mars 27, 2020 à 8:00

    Plein de bonnes ondes sur toi. Je t’embrasse. Bisous

  4. Répondre Marine mars 27, 2020 à 8:09

    Ma chère Camille, on ne se connaît pas mais je t’avais déjà écrit il y a 2/3 ans quand j’étais venue quelques jours visiter ta belle ville de Nîmes et tu m’avais donné des conseils. Je viens ici te déposer à mon tour toute une vague d’énergie et plein de bonnes ondes pour t’aider à vaincre cette saleté de virus. Prends bien soin de toi. Bises
    Marine

  5. Répondre Alice mars 27, 2020 à 9:06

    Prends bien soin de toi Camille !

  6. Répondre Julie mars 27, 2020 à 9:31

    Bon courage Camille, que ta douceur et ta force t’aide à te rétablir vite vite vite. 💛

    • Répondre Sophie fevrier mars 28, 2020 à 1:19

      Et ce flot d’amour virtuel – et pas que -, tu le mérites. Des câlins forts de Toulouse où des minuscules figues apparaissent sur les 2 pauvres branches de mon mini-arbre.

  7. Répondre Lucile mars 27, 2020 à 9:35

    Bonsoir Camille
    Plein de pensées positives pour toi en cette veille de week-end.
    Si tu as besoin de quoi que ce soit je suis sur Nîmes (même si je me doute que tu dois être bien entourée).
    Douce soirée.
    Lucile

    • Répondre Lavieacinq mars 28, 2020 à 2:36

      Bon courage!!! Je flippe vraiment d’attraper cette cochonnerie…… Prend soin de toi! Tu as l’air bien entourée 🙂

  8. Répondre Elise mars 27, 2020 à 9:58

    Bravo de continuer ! Quel témoignage ! Je pense bien à toi et espère que ça va aller bien très très vite. Bises

  9. Répondre Marie-Amandine mars 27, 2020 à 10:31

    Merci pour tes mots… Si justes dans cette situation tellement ” hors norme”.
    L’amour est toujours plus fort.
    Alors, oui, nous t’envoyons une grosse vague d’amour dans la tronche aujourd’hui et même….qu’on recommencera demain 😉

  10. Répondre 12373camille mars 27, 2020 à 10:44

    Bonsoir Camille,
    Quel plaisir de lire toutes vos chroniques de confinement, je les ai lu d’une traite ce soir. Nous sommes deux dans un petit appartement de 35m2 et en vous lisant, j’ai eu l’impression d’être dans votre jardin (qu’on connait un peu sur instagram), d’entendre les petits oiseaux et le petit bruit des brindilles qui craquent sous les pieds. Ça m’a fait un bien fou, merci !!
    Je vous envoie des ondes positives et tous mes souhaits de bon rétablissement depuis mon petit immeuble de briques de Lille. 😘😘

  11. Répondre Mgette mars 27, 2020 à 11:19

    Bonne guérison ! Je suis votre journal de confinement. J’espère y lire bientôt de bonnes nouvelles.

  12. Répondre Séréna mars 28, 2020 à 12:09

    Bonsoir Camille
    Plein de pensées positives et de bonnes ondes pour vaincre ce vilain virus.
    Des bises prends bien soin de toi

  13. Répondre Thorel mars 28, 2020 à 2:27

    Ces Chroniques sont superbes et tellement agréables à lire. Tu as beaucoup de talent pour l’écriture, même en étant malade!! Repose toi bien et soigne toi vite!

  14. Répondre MAud mars 28, 2020 à 3:06

    Ben dis donc courage à toi…. Prends soin de toi et bon rétablissement. <3

  15. Répondre Mirabru mars 28, 2020 à 6:33

    Mille pensées. Prends bien soin de toi. Courage

  16. Répondre Odile mars 28, 2020 à 7:29

    Je vous envoie plein de pensées positives, prenez soin de vous.

  17. Répondre Marie Bambelle mars 28, 2020 à 8:19

    J’ai pensé à toi pendant la méditation de Lily Barbery hier soir. Pour que tu guérisses vite. Pour que toi et ta famille alliez tous bien encore longtemps.

  18. Répondre Barbalala43 mars 28, 2020 à 10:00

    Force, courage et… Second degré ! Un peu. Pour amener la sérénité. Tu nous la fait tellement passer. Continue tels qur tu le fait Camille, je crois que cela te va très bien. Des caisses de pensées positives pour passer ce moment.

  19. Répondre Caroline mars 28, 2020 à 1:08

    Prends soin de toi Camille, c’est bien que vous ayez réussi à temps à détecter les symptômes pour te confiner et protéger ta famille… Visiblement la fatigue est vraiment terrible, mon mari est aussi atteint et je ne le reconnais plus qd il passe une grande partie de ses journées allongé dans le canapé… Alors courage !

  20. Répondre Saout mars 28, 2020 à 2:03

    roo mince!! comme tu dis on croit toujours que ça n’arrive qu’aux autres….
    Repose toi bien, nous on peaufine la recette du bananabread…; des bisous de réconfort de la BZH!

  21. Répondre Carole mars 28, 2020 à 2:45

    Je t’envoie plein de ☀ ⚡ ✨ 🌸. Vite que ce vilain épisode soit derrière. Merci de avoir l’énergie d venir tous les jours nous donner du punch avec des chroniques. Même malade, tu es là. Chapeau. C est bientôt L L heure du goûter. Je t’envoie envoie une part de 🍌 banana bread et une bonne tasse de ☕ thé ! Amicalement. Carole, Nîmes

  22. Répondre Lucie en ville mars 28, 2020 à 4:11

    Je suis touchée de te savoir malade… Plein de courage et de bonnes ondes, j’imagine que le confinement dans le confinement doit être très dur. Merci de continuer à écrire et de partager tout ça, à bientôt pour un été heureux, libre et ensoleillé !!

  23. Répondre pauline mars 28, 2020 à 5:48

    bises, force, bises encore, repos, courage! Un jour tu te retourneras sur tout ça et tu diras fièrement, j’ai traversé cette tempête là !!

Laisser un commentaire